Des étudiants tunisiens pourront bientôt suivre la première formation délocalisée du Cégep de Saint-Félicien.

Le Cégep de Saint-Félicien lance une formation... en Tunisie

En septembre prochain, le Cégep de Saint-Félicien lancera une première formation délocalisée sur le tourisme et l’hôtellerie... en Tunisie. Et ce n’est qu’un premier pas, car une formation sur les soins aux aînés suivra, sans compter les multiples projets en développement.

Dans un premier temps, ce sera une attestation d’études collégiales (AEC) en tourisme et hôtellerie qui sera offerte à la Polytechnique de Sousse, en Tunisie. « On espère lancer la formation dès l’automne », soutient Wassef Ben Ounis, professeur et conseiller pédagogique de l’établissement, qui a travaillé au Québec pendant 17 ans.

Lors de son séjour au Québec pour travailler dans le domaine de l’enseignement en agroalimentaire, il a fait la rencontre de Bernard Naud, un conseiller pédagogique du Service aux entreprises et aux collectivités du Cégep de Saint-Félicien.

Et lorsqu’il est retourné vivre en Tunisie, en 2017, Wassef Ben Ounis a constaté qu’il existait un grand vide en ce qui a trait à l’approche par compétence, un domaine qu’il avait appris au Québec. « Le savoir-faire et le savoir-être étaient quasiment absents des formations », dit-il aujourd’hui. C’est ainsi qu’il a communiqué avec Bernard Naud pour offrir des programmes québécois en Tunisie. Ce dernier a alors créé des rapprochements avec la Polytechnique de Sousse, où il enseigne, et avec la Wiki Academy, à Tunis.

« En offrant des formations canadiennes, ça permet aux étudiants d’aller poursuivre leurs études au Canada, un rêve pour plusieurs, ou encore de bonifier leur demande d’immigration, en s’assurant d’avoir une formation pertinente pour le marché du travail », soutient M. Ben Ounis, qui croit que ces formations seront aussi prisées sur le marché de l’emploi local.

De plus, les programmes, gérés au Québec, permettront au cégep d’accéder à une nouvelle source de revenus, car chaque heure d’enseignement rapporte un montant à l’établissement d’enseignement félicinois. Alors que la majorité des cours seront offerts par des enseignants tunisiens, des professeurs québécois seront aussi appelés à enseigner par moments en Afrique du Nord, remarque Bernard Naud.

En mars dernier, deux protocoles d’entente ont donc été signés pour lancer un programme de tourisme et d’hôtellerie, dès septembre 2019, à la Polytechnique de Sousse, ainsi qu’un programme pour former des étudiants pour offrir des soins dans les CHSLD à la Wiki Academy. Une délégation tunisienne de trois personnes sera en visite dans la région en mai pour créer des contacts avec des entreprises qui désirent recevoir des stagiaires tunisiens à la suite de cette formation spécialisée en gériatrie.

« Cette formation pourrait permettre de pallier le manque de main-d’œuvre, car il manque énormément de personnel dans les CHSLD », remarque Bernard Naud, en soulignant que les Tunisiens parlent déjà français.

Et ce n’est qu’un début, selon ce dernier, car plusieurs autres programmes pourraient être offerts au cours des prochaines années, ajoute ce dernier. Par exemple, des pourparlers sont en cours pour lancer une attestation d’études collégiales en génie civil, et même d’offrir des diplômes d’études collégiales en administration.

Après la Tunisie, Bernard Naud envisage maintenant d’offrir des programmes au Maroc et au Sénégal au cours des prochaines années.

Le Cégep de Saint-Félicien est l’un des premiers cégeps à délocaliser de telles formations en Afrique, où le Cégep de Sherbrooke est également présent.