Contenu commandité
Le casse-tête des maisons de soins palliatifs du Lac-Saint-Jean
Actualités
Le casse-tête des maisons de soins palliatifs du Lac-Saint-Jean
Dépendantes de subventions gouvernementales et de revenus philanthropiques, les maisons de soins palliatifs du Lac-Saint-Jean ont vu leurs dons chuter, au cours des derniers mois, en raison des restrictions entourant les célébrations funéraires et de l’annulation de la plupart des activités-bénéfices. La prime COVID offerte dans le milieu de la santé et le recrutement de 10 000 préposés aux bénéficiaires par Québec se sont ajoutés aux casse-tête entourant la rémunération et la rétention de la main-d’oeuvre.
Partager
Soli-Can Lac-Saint-Jean Est traversera la tempête

Actualités

Soli-Can Lac-Saint-Jean Est traversera la tempête

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La bonne santé financière de Soli-Can Lac-Saint-Jean Est permettra de traverser la crise causée par la pandémie. L’organisme, qui a besoin d’environ 1000 $ de dons quotidiennement, a été privé de milliers de dollars en raison de l’annulation d’activités-bénéfices et de la baisse du nombre de rites funéraires. Les dons en mémoire représentent environ 50 % de dons provenant de la communauté.

L’organisme, qui doit récolter 30 000 $ de dons mensuellement, a observé, depuis la pandémie, des mois où les dons totalisaient à peine 8000 $. La Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) permet, en partie, de contrer les pertes.

Le Havre du Lac-Saint-Jean continue contre vents et marées

Actualités

Le Havre du Lac-Saint-Jean continue contre vents et marées

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La maison de soins palliatifs Le Havre du Lac-Saint-Jean a décidé de maintenir les opérations, et ce, malgré une perte de dons qui s’élève, depuis le début de la crise sanitaire, à près de 10 000 $ mensuellement. Les problématiques découlant de la COVID-19 se sont ajoutées à un important rattrapage salarial orchestré au cours de la dernière année.

Le conseil d’administration a réfléchi, au début de l’été, à la possibilité d’interrompre les services pendant la période estivale. En raison de la demande, il a été convenu de poursuivre les opérations.

La Maison Colombe-Veilleux toujours en recrutement

Actualités

La Maison Colombe-Veilleux toujours en recrutement

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Rouverte depuis près de deux mois, la Maison Colombe-Veilleux de Dolbeau-Mistassini maintient le cap. Les besoins de main-d’oeuvre occupent toujours le conseil d’administration de l’unique maison de soins palliatifs de la MRC de Maria-Chapdelaine, laquelle a dû fermer ses portes pendant cinq mois en raison d’un manque de personnel. À cela s’ajoutent les défis découlant de la COVID-19.

Malgré la reprise des services, l’équipe de la maison de soins palliatifs aurait tout de même besoin de recruter une infirmière et des préposées aux bénéficiaires supplémentaires.