Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Camping St-Louis à Dolbeau-Mistassini change de mains.
Le Camping St-Louis à Dolbeau-Mistassini change de mains.

Le Camping Saint-Louis de Dolbeau-Mistassini est vendu

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Acheté en 2001 par Pauline Gaudreault, son fils Dave Beaulieu et sa fille Mélanie Simard, le Camping Saint-Louis de Dolbeau-Mistassini passe entre les mains de nouveaux hommes d’affaires. Le trio a décidé de vendre le site à Robin Hudon et Luc Tremblay, 20 ans après en avoir fait l’acquisition.

Bien que les signatures n’ont pas encore été officialisées chez le notaire, Pauline Gaudreault a confirmé la nouvelle au Quotidien.

À 65 ans, elle raconte que l’heure de la retraite a bel et bien sonné. Après avoir passé toutes ces années à accueillir les touristes, elle croit que c’est maintenant rendu à son tour de sortir de la région pour voir du pays.

« Je rêve de m’acheter un motorisé et voyager. Depuis 20 ans que j’envoie les touristes voir toutes sortes de choses et moi, je n’ai jamais rien visité! »

Le Camping St-Louis à Dolbeau-Mistassini vient tout juste d’être vendu.

Une bonne affaire

Contrairement à d’autres secteurs économiques, l’industrie du camping a réussi à se tirer d’affaire en période de pandémie mondiale. Pauline Gaudreault est la première à reconnaître la chance d’avoir pu poursuivre les opérations du camping malgré la crise sanitaire.

« Avec la COVID-19, on a une business qui a continué de fonctionner. On a été chanceux dans tout ça. C’est dommage pour les autres entreprises par contre. »

Sans vouloir confirmer le montant final de la transaction, elle évalue à près de 1,5 M$ la valeur pour l’ensemble du site.

Elle précise que dans sa configuration actuelle, le Camping Saint-Louis a 165 terrains, dont 90 sont occupés par des clients saisonniers. Elle ajoute que le domaine a « le double de superficie pour agrandir. »

Elle est d’ailleurs convaincue que les Dolmissois Robin Hudon et Luc Tremblay font une bonne transaction, surtout que « l’on avait beaucoup de touristes qui passaient, car on est bien placé et proche de tout, entre Dolbeau et Mistassini. »

Elle avoue avoir pleine confiance envers les nouveaux acheteurs. « Ils sont plus jeunes, donc ils vont avoir la possibilité de continuer et d’investir encore. Moi, j’ai investi ce que je pouvais. En 20 ans, j’ai tout refait l’électricité, l’eau et les égouts, etc. »

Avis aux habitués du camping, l’ancienne propriétaire sera fidèle au poste pour le début de la saison estivale afin d’assurer une transition. « Je vais continuer cet été, jusqu’à la mi-juin au moins pour aider les nouveaux acheteurs. »

En revanche, elle se dit très fière du travail accompli avec ses deux enfants et que tous les trois quittent cette aventure entrepreneuriale la tête haute.

« On est fier d’avoir remis le camping en ordre. Quand nous l’avions acheté, il n’était pas dans cet état et là, c’est vraiment un beau camping. Je suis fière aussi d’avoir réussi à m’en occuper pendant tout ce temps. »

Nouveaux propriétaires

Pour sa part, Robin Hudon a également confirmé s’être associé avec Luc Tremblay afin de se porter acquéreur du camping dolmissois.

Déjà impliqué dans diverses entreprises, dont son garage Automobiles RH situé tout juste à l’entrée de la ville sur la route de la Frîche, Robin Hudon explique que sa collaboration est surtout financière, tandis que Luc Tremblay et sa conjointe s’occuperont des opérations courantes du camping. Ce dernier possède quelques bleuetières dans la région.

Questionné sur les investissements à venir, Robin Hudon affirme qu’il n’y aura pas de gros chantiers au cours des prochains mois.

« Cette année, on va remettre les chalets en ordre, donc il n’y aura pas grands changements. En revanche, l’année prochaine, on veut refaire le restaurant et les jeux d’eau. »

En qui concerne de possibles ajouts de nouveaux terrains, il préfère faire preuve de prudence même si la superficie du domaine le permet.

« On veut améliorer ça au cours des prochaines années (...) On veut l’agrandir, mais on va attendre de voir la demande. »