Le Camp des hommes pourrait recevoir la visite des démolisseurs si aucune solution n’est trouvée pour régler le problème d’un mur qui penche de huit pouces.
Le Camp des hommes pourrait recevoir la visite des démolisseurs si aucune solution n’est trouvée pour régler le problème d’un mur qui penche de huit pouces.

Le Camp des hommes est en danger

L’avenir du Club récréatif du parc de la Colline, mieux connu sous l’appellation de Camps des hommes, est plus qu’incertain alors qu’il pourrait être démoli. Cependant, le conseiller municipal du secteur nord de Chicoutimi, Marc Pettersen, demande a ses citoyens de se mobiliser pour conserver les acquis de son secteur.

Une firme d’ingénieur en bâtiment a été embauchée par Saguenay, qui est propriétaire du bâtiment, et a conclu qu’il n’y avait que trois solutions possibles : la rénovation, la démolition et la reconstruction à neuf ou la démolition totale des installations.

Le problème vient d’un mur qui serait incliné de huit pouces et aucun architecte ou ingénieur n’est en mesure de trouver une solution pour sauver l’établissement qui accueillait régulièrement des groupes de plus de 150 personnes. Le Camp des hommes est fermé depuis le début de la pandémie de la COVID-19. « Un problème de structure sur un mur en particulier rend l’édifice dangereux pour ces occupants », peut-on lire dans les conclusions du rapport d’inspection.

De son côté, Marc Pettersen privilégie la démolition et la reconstruction à neuf. « Faire une rénovation peut nous coûter 300 000 $ comme 500 000 $. Il va falloir trouver des solutions pour reconstruire à neuf et conserver les mêmes avantages. Je ne laisserai pas une institution et quelque chose qui fait partie de notre patrimoine à Chicoutimi Nord disparaître. »

Un appel au calme

Plusieurs rumeurs se sont mises à circuler samedi concernant le dossier du Camp des hommes, dont celle que l’établissement serait démoli. « Il y a des choses fausses qui circulent. Pour l’instant, on n’a pas encore statué sur l’avenir du Camp des hommes et on n’est pas rendu là. Il n’y a pas de panique. On ne démolira pas demain matin, ça, c’est sûr, mais il faut se préparer à se battre pour conserver nos acquis », explique M. Pettersen. Avec la COVID-19, Marc Pettersen mentionne qu’il n’y a pas d’échéancier quant à la démolition.

Saguenay a installé une pancarte interdisant l’accès sur les portes de l’établissement.

Une pétition pour le sauver

Un groupe de citoyen a lancé une pétition qui circule sur les médias sociaux. Lancée vendredi, la pétition a déjà recueilli plus de signatures que l’objectif initial de 500. M. Pettersen a lui-même apposé son nom sur la pétition et invite ses citoyens à se mobiliser. « J’invite tout le monde à s’informer et signer la pétition. Ce n’est pas Marc Pettersen qui va sauver le Camp des hommes, c’est toute la population de Chicoutimi Nord. Il faut que les gens soient derrière nous. Je vais me battre jusqu’au bout de mon sang. »

Plusieurs réservations étaient déjà à l’horaire de la salle. « Un spectacle de musique, d’un groupe de musiciens locaux, devra être annulé. Le carnet de locations de la salle est bien rempli de mariages, fêtes d’anniversaire, départs à la retraite et beaucoup d’autres réservations. Elles devront être annulés et les locataires, devront être avisés de la décision de la Ville. Nous sommes très malheureux à l’idée de voir disparaître notre Club Social et ne comprenons pas que Saguenay ne met pas tous les efforts et la volonté politique, pour corriger la situation », peut-on lire dans la pétition créée par Marc-André Lavigne. »