Pierre-Yves Villeneuve, Sam Gingras, Jean-Philippe Trépanier, Antoni Bédard et Alexis Gagné seront de retour pour une cinquième année avec leur camion-restaurant le Repère du Clocher.

Le camion-restaurant le Repère du Clocher déménage

Le centre-ville d’Alma accueillera un tout premier camion de bouffe de rue à compter du 22 juin. Après avoir passé plusieurs années à proximité de l’Odyssée des bâtisseurs dans le secteur d’Isle-Maligne, le camion-restaurant le Repère du Clocher déménage sur la rue Saint-Joseph.

Il se retrouvera aux côtés du Restaurant Café du Clocher qui est propriétaire de ce terrain vacant. Le camion-restaurant, qui célèbre sa cinquième année d’existence, sera en service tous les vendredis de 22 h à 3 h jusqu’à la fin du mois de septembre. Selon l’un des copropriétaires, cela permettra de combler une plage horaire qui n’est pas desservie par les autres restaurants. 

Il y a quelques années, le propriétaire Pierre-Yves Villeneuve a offert au gérant du bar, Sam Gingras, et aux cuisiniers, Jean-Philippe Trépanier, Alexis Gagné et Antoni Bédard, d’embarquer avec lui dans l’aventure. Depuis 2014, leur projet a élu domicile devant l’Odyssée des bâtisseurs. L’entente en vigueur obligeait la remorque culinaire à être en exploitation seulement sur ce site. 

Le camion-restaurant offre quelques options de repas alliant le fast food et la cuisine tendance. La poutine au porc effiloché est l’un des grands vendeurs. 

Collaboration

Alors que la venue d’un camion-restaurant dans un événement ou dans une ville est synonyme de concurrence déloyale pour certains, le phénomène est tout autre à Alma. Même si l’été n’est pas encore officiellement débuté, le Repère du Clocher en est déjà à sa deuxième sortie sur les terrains d’entreprises almatoises. Il a commencé la saison en visitant l’usine de la Microbrasserie Riverbend. Jeudi dernier, le camion-restaurant du Café du Clocher a rendu visite au Décanteur bar à vin en compagnie de la Microbrasserie Riverbend. 

L’un des copropriétaires, Sam Gingras, confirme qu’environ sept autres sorties sont au calendrier. Des rendez-vous avec cette gastronomie urbaine sont, entre autres, à prévoir lors d’événements festifs prévus, cet été, à Alma. 

Le Repère du Clocher se retrouvera aux côtés du restaurant Café du Clocher, qui est propriétaire du terrain vacant.

Les camions pas encore populaires au Lac

Phénomène omniprésent dans les grandes villes, la popularité du camion-restaurant, traduction de l’anglais food truck, ne semble pas avoir atteint son plein potentiel dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.  

Au Lac-Saint-Jean, un seul restaurant a exploré cette niche culinaire depuis le lancement d’un projet pilote en 2014 à Alma. L’expérience a été répétée en 2015 et ce n’est qu’en 2016 qu’Alma a finalement modifié sa réglementation.

Sam Gingras, l’un des cinq copropriétaires du Repère du Clocher, affirme ne pas avoir vécu d’opposition lors de la présentation et le développement de son projet. « On s’est plutôt retrouvé dans une zone grise. Les administrateurs ne savaient pas quoi faire avec notre projet », a-t-il expliqué lors d’un entretien avec Le Progrès

La réglementation de la Ville d’Alma, quant au comptoir mobile (ou temporaire) de restauration, se décline en deux options, soit sur le lieu et au moment d’un événement (art. 11.7.2.i) ainsi qu’associé saisonnièrement à un site (art. 11.7.2.2). La première option concerne les activités comme le Festival des bières d’Alma qui accueille plusieurs exposants provenant des quatre coins de la province alors que la seconde option est la présence du Repère du clocher situé à proximité des terrains de l’Odyssée des bâtisseurs et de Tourisme Alma. La conseillère en communication à la Ville d’Alma, Audrey-Claude Gaudreault, confirme qu’aucune autre entreprise du secteur de la restauration ou de l’alimentation qui a une place d’affaires sur le territoire d’Alma n’a manifesté son intérêt pour opérer un camion-restaurant.    

Roberval a également réglementé la présence de cuisines de rues sur son territoire. Les camions sont autorisés dans les zones commerciales 12 CO et 13 CO situées au centre-ville ainsi que dans les zones récréatives de la Marina (1 REC), Place de la Traversée (2 REC) et Pointe-Scott (4 REC). Par ailleurs, le conseil municipal doit en donner l’autorisation. Le camion-restaurant doit fournir des facilités sanitaires publiques s’il se retrouve à plus de 250 mètres d’espace public qui en compte.

À Dolbeau-Mistassini, le règlement sur le zonage permet les commerces saisonniers de restauration dans le cadre d’événements spéciaux comme des festivals, et ce, pour un maximum de 15 jours.