Gérald Savard

Le budget en hausse de 18% à la MRC du Fjord-du-Saguenay

Les élus de la MRC du Fjord-du-Saguenay ont adopté mercredi soir un budget équilibré de 16,5 M$ pour l’exercice 2018, en croissance de près de 18 % par rapport à 2017.

Selon le préfet Gérald Savard, cette hausse ne s’explique pas par une décision des maires de se lancer dans des dépenses faramineuses, mais plutôt par le fait que la MRC a pris compétence en gestion des matières résiduelles sur tout le territoire des treize municipalités.

Cette décision découle de l’entente régionale intervenue l’an dernier visant à confier à la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean l’enfouissement des déchets de l’ensemble de la région.

Pour les municipalités participantes, les changements ne devraient pas avoir d’effets au plan financier puisque les dépenses occasionnées en gestion des matières résiduelles, qui se trouvaient dans les budgets des municipalités, se retrouvent maintenant dans le budget de la MRC qui prélèvera des quotes-parts plus élevées auprès d’elle. Ce poste budgétaire constitue maintenant 20 % des dépenses de la MRC, comparativement à 8 % auparavant.

Outre ce changement, les contribuables des territoires non organisés (TNO) n’auront pas à subir de hausse de leur compte de taxes puisque le taux du 100 $ d’évaluation demeure à 45 cents.

Les élus ont décidé d’augmenter le budget d’entretien des chemins routiers en TNO pour le faire passer à 62 % des revenus provenant de la gestion des baux de villégiature, comparativement à 60 % auparavant, ce qui porte l’enveloppe disponible pour ce poste budgétaire à 600 000 $.

Un nouveau fond de 100 000 $ dédié au développement du tourisme a été créé afin d’améliorer les présentoirs un peu partout sur le territoire. M. Savard a mentionné qu’au cours de la prochaine année, les dossiers de la sécurité incendie, du développement touristique et du développement des parcs industriels constitueraient les prochains enjeux.

La stabilité dans les revenus et dépenses marque le budget 2018. Avec ses 55 employés, la MRC du Fjord-du-Saguenay gère une masse salariale annuelle de 4,3 M$, ce qui représente 27 % de son budget annuel.

Rivière Péribonka

Les hausses d’achalandage des bateaux de plaisance sur la rivière Péribonka constatées dans les dernières années incitent les MRC de Lac-Saint-Jean-Est, de Maria-Chapdelaine et du Fjord-du-Saguenay à faire alliance afin de procéder au balisage du plan d’eau sur toute sa longueur.

Un appui a été accordé afin que la MRC Lac-Saint-Jean-Est dépose une demande de financement au Fonds d’appui au rayonnement des régions.

Une plainte contre le maire Philôme Lafrance

À peine élu le 5 novembre dernier, le nouveau maire de Petit-Saguenay, Philôme Lafrance, fait face à une plainte d’un citoyen déposée au ministère des Affaires municipales. Cette plainte allègue qu’il n’est pas habile à siéger au conseil en raison de son emploi de directeur du marketing et du développement au Village vacances Petit-Saguenay.

M. Lafrance participait à sa première séance du conseil de la MRC du Fjord-du-Saguenay mercredi. Il a appris il y a deux jours le dépôt de cette plainte qui, selon lui, est basée sur une interprétation abusive de la Loi des cités et villes qui interdit aux employés d’une municipalité ou corporation paramunicipale de siéger à un conseil municipal.

M. Lafrance affirme que le Village vacances n’est pas un organisme paramunicipal puisque Petit-Saguenay n’y nomme pas 50 % de ses administrateurs ou ne contribue pas pour la moitié de ses revenus. « Pensez-vous qu’avant de me présenter à l’élection, je n’ai pas fait de vérifications ? Je ne suis pas allé là la tête en l’air. J’ai été interrogé là-dessus pendant la campagne », affirme le jeune maire.

Il ajoute que dans le cadre de ses fonctions d’élu, il entendait faire preuve de prudence et appliquer un code d’éthique en se retirant de toutes discussions concernant le site.

M. Lafrance affirme que depuis son élection, toutes sortes de rumeurs circulent voulant qu’il se prépare à hausser de façon importante sa rémunération, les taxes municipales et même mettre sous tutelle la municipalité. Il a conclu en conseillant à ses concitoyens de faire preuve de prudence face à tout ce qui circule comme rumeur puisqu’il mise sur l’ouverture d’une ère de transparence, de participation citoyenne et de développement pour sa petite municipalité du Bas-Saguenay.