Marc Pettersen est le seul a avoir voté contre le budget 2021.
Marc Pettersen est le seul a avoir voté contre le budget 2021.

Le budget 2021 de Saguenay ne fait pas l’unanimité

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Le budget 2021 de Saguenay a été adopté presque à l’unanimité. Seul le conseiller Marc Pettersen a voté contre, estimant que l’effort pour réduire les dépenses de la haute fonction publique n’a pas été suffisant. Ce dernier estime qu’il y a toujours trop de cadres à Saguenay.

« Ce n’est pas un vote contre le conseil municipal que je fais, mais un vote pour nos employés qui sont sur le terrain pour donner des services », a plaidé le conseiller de Chicoutimi-Nord.

Ce dernier estime que l’endettement de la Ville ne se réglera pas par une hausse de taxes, mais plutôt par un «ménage» de la haute fonction publique. Dans le budget, les plus importantes dépenses sont destinées à la rémunération des pompiers et policiers (plus de 51 M$) et l’administration générale (plus de 46 M$). Le remboursement de la dette coûte chaque année 48 M$ aux contribuables.

« Les dettes, ce n’est pas par les taxes qu’on va les baisser. Le prochain conseil, après l’élection, on devra faire un gros ménage dans la fonction publique, a insisté Marc Petersen. Il y a eu un premier ménage, mais finalement, ç’a coûté 1 M$ de plus. Les économies sont souvent faites sur le dos de nos cols blancs, nos cols bleus et nos professionnels.»

Le président de la Commission des finances, Michel Potvin, abonde dans le même sens, même s’il est un des architectes du budget 2021.

« Le budget, il y a eu beaucoup de discussion, mais ce n’est jamais parfait. Oui, il y a des choses à améliorer, pour l’instant, il faut regarder d’où on est parti », a exprimé M. Potvin, en séance du conseil.

Mais quelques heures avant, en séance à huis clos avec les médias, le président de la Commission des finances a déclaré que l’an prochain, il devra y avoir des changements majeurs, car la ville ne pourra pas maintenir la même cadence. En effet, la croissance des revenus serait de l’ordre de 1 M$ par année, alors que la croissance des dépenses frôle les 8 M$.

« Il y a aura des décisions qui vont être difficiles. Maintenir le même canevas est impossible techniquement. Il va falloir faire des choix. Mes choix seront annoncé pendant la campagne électorale, après les Fêtes », a indiqué Michel Potvin, qui confirmera au début de l’année 2021 s’il se présente à la mairie ou en tant que conseiller.

La mairesse et son ancien acolyte de l’ERD semblent en effet avoir des visions différentes de la gestion des finances de la Ville. La mairesse a ajouté qu’elle préférait une approche de collaboration avec la fonction publique pour réduire les dépenses dans les prochaines années.

L’an dernier, les conseillers indépendants avaient voté contre le budget. Cette année, ils se sont ralliés. Mais certains admettent que des décisions difficiles seront à prendre l’an prochain pour maintenir un tel niveau de taxation.

«Après avoir voté contre en 2019, on a reçu un diagnostic complet des finances de la ville à notre demande. Le diagnostic nous a permis de voir qu’il y avait une hémorragie à Saguenay. S on veut continuer de faire du 1,9%, on est encore loin de la guérison. Ça va prendre du courage et du travail pour arriver à maintenir ça dans les prochaines années. Si notre cible collective est de 1,9 %, il faut réduire de 18 M$ nos dépenses, et c’est souvent des services à couper, ou trouver 18 M$ de nouveaux revenus», a répondu la conseillère Julie Dufour, invitée à commenter le plus récent budget.