Jules Robichaud-Gagnon, Stéphane Simard et Robi Guha, de la compagnie technologique TLM, font partie de ceux qui profitent des terres de Jean Villeneuve, qui les accompagne sur le cliché capté en plein coeur du jardin collectif.

Le bonheur est dans le champ

La première expérience de location de terres jardinières initiée par Jean Villeneuve est un succès. L’agriculteur de Saint-Bruno a été un témoin privilégié de la récolte des locataires, surpris par la facilité et la fertilité des terres du rang 6.

Jean Villeneuve est cet homme qui s’est retrouvé en page frontispice du Quotidien du 13 septembre 2017, il y a pratiquement un an jour pour jour. Le propriétaire proposait de prêter gratuitement un petit lopin de terre ou de louer une plus grande superficie à un prix modique, afin que des familles puissent y faire pousser des légumes.

De façon directe et indirecte, une vingtaine de familles ont profité de cette initiative humaniste.

« Pour une première année, on peut dire que c’est très positif, a résumé d’entrée de jeu Jean Villeneuve, rencontré sur son terreau fertile. Comme je l’avais dit l’an dernier, c’est facile de récolter sur mes terres. Les gens ont été surpris de ça. Certains se demandent où est le bonheur ; il est dans le champ ! »

Activité du club social
M. Villeneuve avait une intention familiale pour son projet, mais il s’est surtout transformé en activité sociale pour TLM, entreprise en développement de logiciels. Jean Villeneuve a offert une présentation de son idée au club social de la compagnie, qui a rapidement répondu par l’affirmatif.

« Je n’avais jamais fait ça de ma vie ! », a lancé l’agriculteur en parlant de son pitch de vente. Force est d’admettre qu’il s’en est bien tiré.

C’est d’ailleurs en voyant le reportage publié dans Le Quotidien que l’équipe de TLM a décidé de communiquer avec Jean Villeneuve.

« Il y avait un objectif familial, mais on l’a vu différemment et on a décidé d’embarquer, a réagi Robi Guha, président et fondateur de TLM. Une quinzaine de personnes ont fait leur part, à différente échelle. Toute la terre était préparée pour qu’on fasse le travail et c’était facile. Ça nous a pris environ quatre heures pour tout planter. Ça fait une belle activité, qu’elle soit amicale ou familiale. On a été surpris de voir à quel point c’était facile de récolter. »

Les jardiniers en herbe n’ont pas eu à trimer dur pour récolter le fruit (ou légume!) de leur travail.

Patates, carottes, courgettes, haricots, tomates, oignons, radis et maïs sont au nombre des légumes récoltés.

« On avait une conversation de légumes au bureau, s’est étonné Robi Guha. C’est quelque chose de différent pour nos employés et certains ont pris un plaisir fou à venir ici. »

Sous les bons conseils de Jean Villeneuve, les jardiniers en herbe n’ont pas eu à trimer dur pour récolter leur semence. Certifiées biologiques, les terres du rang 6 à Saint-Bruno de Jean Villeneuve ont rendu la vie facile aux néophytes en la matière.

« Malgré l’été sec, on a fait zéro arrosage, a soulevé l’agriculteur. C’est une terre à l’état sauvage et il faut faire confiance à la nature. »

Les gens de TLM ont loué environ un quart d’acre (200 pieds carrés). D’autres terres sont disponibles pour les personnes intéressées, que ce soit des familles ou des petits groupes.

« Ça peut parfois être intimidant pour une famille de décider de venir ici, mais ça fait une belle activité de gang », a mentionné Jean Villeneuve.

Il est assuré que l’agriculteur de Saint-Bruno va de nouveau offrir ses terres à la population la saison prochaine.

Les personnes intéressées peuvent communiquer avec Jean Villeneuve au 418-669-8690.

La récolte a été pour le moins remplie de succès pour l’équipe de TLM.

« Les gens récoltent beaucoup pour ce qu’ils investissent », a fait valoir le propriétaire.

+

UNE BELLE OCCASION DE PRENDRE DU SOLEIL

Sans le vouloir, Jean Villeneuve a déboulonné certains mythes en accueillant une partie de la famille TLM sur ses terres.

Ce projet valorisant a séduit une bonne partie des employés chez TLM, qui passent la majeure partie de leur temps devant un écran d’ordinateur à développer des logiciels. « Quand on fait de la programmation, il y a le stéréotype de la personne blême devant un clavier d’ordinateur, mais il n’y a pas juste ça dans la vie, a partagé Jules Robichaud-Gagnon, programmeur chez TLM. C’est une belle occasion de démontrer qu’on est capable de prendre du soleil ! »

L’équipe de TLM va renouer avec « ses » terres brunoises l’an prochain.

« On s’est sali les mains, ça, c’est clair, a ajouté Jules Robichaud-Gagnon C’était une idée lancée par nos patrons qui sont très flyés et on a décidé d’embarquer. On a eu vraiment beaucoup de plaisir à venir ici. On va maintenant se faire des belles poutines avec nos patates fraîchement cueillies et on va pouvoir nourrir nos familles avec les différents légumes. »