Me Charles Cantin a pu faire retirer des chefs de vol qualifié et de possession d’un poing américain dans les accusations contre son client.

Le bon temps est terminé pour un voleur

Le Chicoutimien Dany Savard écope d’une sentence de 44 mois de pénitencier après avoir plaidé coupable à une série de vols de motoneiges, d’une génératrice et d’une foule d’objets atteignant une valeur d’environ 300 000 $.

L’homme de 39 ans a passé plus de 18 mois à écumer des chalets sur les monts Valins en compagnie de complices. À la suite de longues discussions, Me Mélanie Paré, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et Me Charles Cantin, en défense, sont parvenus à s’entendre sur les chefs d’accusation, les plaidoyers de culpabilité et la sentence à imposer.

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a écouté le résumé des faits reprochés à Savard et a entériné la suggestion commune précisant que c’était à la limite du raisonnable.

« Je suis en partie impressionné par la quantité de vols, les introductions par effraction et la valeur des vols que vous avez réalisés. Vous avez réussi à ne pas vous faire prendre à de nombreuses occasions. Vous avez réussi à vous payer du bon temps, mais ça a fini par vous rattraper. Aujourd’hui, vous voyez que le crime ne paie pas », a lancé le juge.

Le ministère public a récolté suffisamment de preuve pour démontrer que Savard a été très actif entre décembre 2013 et avril 2015. Il a volé plus d’une douzaine de motoneiges, un VTT, deux motos, une génératrice industrielle, un camion, des remorques et de nombreux autres objets. 

« Il y a eu un vol sur le site d’Arianne Phosphate qui s’est élevé à 100 000 $. Une génératrice et un camion ont été dérobés. L’entreprise a récupéré des items, mais des bris importants ont aussi été faits sur le site et obligé la compagnie à tout remettre en place », a expliquée Me Paré.

Au cours des premiers passages de Savard au tribunal, il occupait plus de cinq pages du rôle des comparutions. Il était possible de compter 49 dossiers et plus de 70 chefs d’accusation.

Au moment des plaidoyers de culpabilité, les avocats ont regroupé plusieurs des dossiers et réduit les chefs d’accusation.

« Les chefs d’accusation sont nombreux, mais mon client n’a pas commis tous les vols. Sauf que lors des perquisitions, les policiers ont retrouvé les pièces des motoneiges dans son garage. C’est un gros dossier de régler », a noté Me Cantin.

Savard a déjà purgé l’équivalent de 20 mois de détention, incluant une thérapie réussie de quatre mois. La sentence de 44 mois tient compte de ces éléments, mais aussi des antécédents judiciaires de Savard, de la quantité de vols et de leur importance.

« Je ne sais pas comment vous auriez réagi si toutes les victimes s’étaient trouvées dans la salle aujourd’hui. Je ne pense pas que ça aurait été facile. Vous devez être de ceux qui se sont dit que ce n’était pas grave de faire des vols, car ce sont les assurances qui vont payer », a laissé voir le juge.