Le Bloc québécois déplore l’autorisation de 100 forages pétroliers par le gouvernement

Emilie Gagnon
Le Quotidien
Selon le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, la porte-parole en matière d’environnement et de développement durable, Monique Pauzé, et le porte-parole en matière de ressources naturelles, Mario Simard, le gouvernement libéral profiterait de la pandémie pour autoriser discrètement 100 forages pétroliers exploratoires à l’est de Terre-Neuve sans évaluation environnementale.

« En cette Journée mondiale de l’environnement, promulgué par les Nations Unies, le gouvernement veut laisser croire qu’il veut privilégier une relance économique qui accélère le virage vert, mais force est de constater qu’il fait exactement le contraire », peut-on lire dans un communiqué, émis vendredi.

Monique Pauzé pense que le gouvernement profite de la pandémie actuelle pour passer « en douce une décision qui aura sûrement de graves conséquences pour l’avenir de notre planète».

Mario Simard, lui, voit non seulement une annonce sournoise dans le temps, mais aussi une illustration de son manque de sensibilité à l’égard de la réalité économique du Québec. « Deux poids, deux mesures, le gouvernement continue d’appuyer des projets pétroliers pendant que l’industrie forestière, durement touchée par la crise économique engendrée par la pandémie, a besoin d’aide. Des dizaines de municipalités forestières au Québec en dépendent », déplore-t-il.

Pour sa part, Yves-François Blanchet rappelle le fait que le gouvernement s’est publiquement engagé à instaurer une relance verte de l’économie post-COVID-19.

« La pandémie a prouvé que le fédéral a des moyens pour intervenir massivement lorsqu’il estime faire face à une crise. Elle a prouvé que si le gouvernement prenait la crise climatique au sérieux, il serait capable d’agir et de faire le choix de l’avenir. La confiance de la population en dépend ainsi que la cordialité de ses relations avec le Bloc québécois et Québec », conclut-il.