Le bilan du PQ au coeur des discussions

Les candidats des deux principales formations politiques au Saguenay ont divergé d'opinion sur les mérites du gouvernement de la première ministre Pauline Marois, mardi matin, lors d'un débat organisé par le Cercle de presse du Saguenay.
Le candidat et député péquiste sortant de la circonscription de Dubuc, Jean-Marie Claveau, a énuméré une liste de projets locaux incluant la finalisation de l'approbation de la desserte ferroviaire de Grande-Anse et l'accompagnement des projets miniers de Niobec et d'Arianne Phosphate.  Il a cité divers projets sociaux dont le financement  permanent du Service budgétaire de La Baie, la coop de solidarité de Petit-Saguenay et le centre sportif de Saint-David-de-Falardeau.
Le candidat libéral de Dubuc, Serge Simard, défait en septembre 2012, a quant à lui reproché à son successeur de ne pas avoir su conserver le point de service du Centre jeunesse à La Baie.  «Le syndicat fait bien son travail dans ce dossier-là».  Serge Simard estime qu'il ne s'est rien passé à La Baie depuis 18 mois.  Il s'attribue la réalisation du projet de desserte ferroviaire.
La majorité des questions des journalistes a été adressée à messieurs Claveau et Simard.  La candidate de Québec solidaire a défendu les efforts faits en matière d'économie sociale par le péquiste, «qui a fait sa job de député, comme tout député élu doit faire, qu'il soit libéral, caquiste ou solidaire».  Elle a souhaité que le prochain élu s'applique à bien faire ce type de travail.
Sur un tout autre registre, la candidate de la Coalition Avenir Québec, Mélanie  Boucher, a déclaré avoir constaté, depuis l'arrivée au pouvoir du Parti québécois, «une nette baisse dans le secteur des affaires.  C'était épouvantable».  Cela aurait débuté, selon elle, par une conférence de presse de la ministre Ouellet «sur le coin de la rue en espadrilles» qui aurait envoyé un mauvais signal aux entrepreneurs dans le secteur minier.
À son avis, ce n'était guère mieux sous le règne des libéraux.
Intégrité
L'ancien ministre libéral ne regrette aucunement avoir voté à neuf occasions contre la création de la Commission d'enquête sur l'industrie de la construction (CEIC).  Il était absent lors d'un dixième vote.  Serge Simard assure que le gouvernement libéral de l'époque a tout de même créé l'UPAC qui a donné des résultats.  Quant au reste, s'il y a des gens coupables de quelque chose, ils paieront pour leurs gestes.   D'ailleurs, personne ne lui parle de ce sujet au cours de la présente campagne.
Le candidat péquiste Claveau a invité les électeurs à ne pas revenir à ces années libérales et a rappelé la promulgation par son parti de la loi 1 sur l'intégrité qui vient changer les règles du jeu.  «Nous, on a fait reculer la corruption, c'est l'intégrité qui avance», a ajouté le candidat péquiste.
Emploi
Les candidats ont tous fait profession de foi envers la création d'emploi au Saguenay et affiché leur volonté d'accompagner l'industrie dans ses projets en facilitant son financement.  Une particularité pour Québec solidaire: sa candidate Marie-Lise Chrétien-Pineault voudrait que le gouvernement détienne 51 % du projet minier d'Arianne Phosphate.