L’eau ne coulera plus au Bassin, au cours des prochaines semaines.

Le barrage du Bassin en rénovation

La papetière Résolu entreprend les travaux de réfection des évacuateurs de crue du barrage Chicoutimi, situé dans le quartier du Bassin, avec des investissements de l’ordre de 3,5 M$.

Le barrage Chicoutimi est dans la classe C du registre québécois des ouvrages, avec une capacité de retenue d’un million de mètres cubes d’eau. Érigé en 1923, il a une hauteur de 28,4 mètres. Il a fait l’objet d’une évaluation de sécurité en 2008 et il a alors été convenu de réaliser les travaux à l’horizon 2018.

« Nous avions prévu à l’époque de procéder à la réfection de nos systèmes d’évacuation et c’est ce que nous allons faire au cours des prochains mois. Nous avons commencé la première phase et les travaux sont répartis en six phases différentes », explique le porte-parole de la papetière, Karl Blackburn.

Les travaux semblent relativement simples à première vue, mais vont demander une grande coordination entre Résolu, le Centre d’expertise hydrique du Québec (CEHQ), le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Hydro Saguenay et Saguenay, ainsi qu’Elkem métal, qui exploite une centrale.

L'eau ne coulera plus au Bassin, au cours des prochaines semaines.

Résolu devra procéder à l’assèchement d’une zone nécessaire devant le barrage afin de réaliser les travaux sur les quatre vannes d’évacuation et la vanne de contrôle située sous le barrage qui alimente la turbine.

« Il y aura des impacts mineurs dans le secteur au cours des prochains mois. Les gens vont constater la présence des travailleurs ainsi qu’une circulation plus intense. Il y aura plus de bruit pendant les interventions. Les premières phases se déroulent jusqu’au 14 juillet et ainsi de suite jusqu’à la fin des travaux prévue en novembre. »

Résolu devra également procéder à l’assèchement du bassin afin de colmater le batardeau qui servira à créer l’espace de travail. Les évacuations seront donc assurées par la vanne interne. Il s’agit de la première phase qui débute cette semaine.

« On doit aussi prévoir des mesures de sécurité. Nous allons en tout temps conserver la capacité d’utiliser des vannes pour évacuer une crue soudaine », reprend le porte-parole de l’entreprise.

Résolu estime que les entreprises de la région vont bénéficier de retombées économiques très intéressantes. Une partie du travail qualifiée de minime par le porte-parole de Résolu sera réalisée à l’extérieur pour des raisons d’expertise spécifique à ce genre d’ouvrage.