Une première rencontre préparatoire publique de la commission d’enquête sur le projet d’usine de liquéfaction d’Énergie Saguenay, lié au projet d’exportation de gaz naturel de 14 G$ de GNL Québec, avait eu lieu le 4 mars.
Une première rencontre préparatoire publique de la commission d’enquête sur le projet d’usine de liquéfaction d’Énergie Saguenay, lié au projet d’exportation de gaz naturel de 14 G$ de GNL Québec, avait eu lieu le 4 mars.

Le BAPE de GNL Québec toujours sur la glace

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) n’a pas reçu de nouvelles directives du ministre de l’Environnement en vue de la reprise de la commission d’enquête sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec, à Saguenay, après que le mandat lui ait été retiré il y a deux mois.

Le président du BAPE, Philippe Bourke, avait annoncé le vendredi 13 mars l’arrêt des travaux de la commission d’enquête sur le projet d’Énergie Saguenay, mené par GNL Québec, après que le mandat lui ait été retiré par le ministre de l’Environnement Benoit Charette.

L’interdiction de rassemblement visant à limiter la propagation de la COVID-19 empêchait la tenue de la première partie de l’audience publique qui devait débuter le lundi suivant, le 16 mars, à l’hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi.

« Selon l’évolution de la situation, je vous tiendrai informé des suites à prévoir dans ce dossier », peut-on lire dans la lettre signée par le ministre Charette et transmise alors au BAPE.

Le dossier n’a pas évolué depuis, alors que le BAPE se trouve toujours en attente de nouvelles directives de la part du ministère de l’Environnement.

« Au BAPE, on ne s’automandate pas. C’est toujours le ministre qui nous donne les mandats », a rappelé en entrevue Pierre Turgeon, coordonnateur au développement des communications du BAPE.

Pas de réponse du ministère

Le Quotidien n’a pas reçu de réponse à la suite d’une demande adressée au cabinet du ministre de l’Environnement, mercredi via le ministère de l'Environnement, sur les intentions du ministre dans ce dossier et les options envisagées.

Une première rencontre préparatoire publique de la commission d’enquête présidée par Denis Bergeron avait eu lieu, le 4 mars, en lien avec le projet de 9 G$ d’usine de liquéfaction d’Énergie Saguenay au port de Grande-Anse, à La Baie.

La réalisation de l’usine est liée au projet d’exportation de gaz naturel de GNL Québec depuis l’Ouest canadien, un projet totalisant 14 G$. L’entreprise Gazoduq, dont GNL est actionnaire, est le promoteur de la conduite souterraine de gaz naturel de 780 kilomètres envisagée.

Tramway à Québec

Le BAPE a d’ailleurs annoncé jeudi que son mandat sur le projet de tramway à Québec débutera le 6 juillet et durera au moins quatre mois.

Le mandat reçu jeudi de la part du ministre de l’Environnement demande à l’organisation d’adapter ses pratiques afin de respecter les mesures de distanciation sociale en vigueur. Les règles de procédure et les pratiques seront adaptées en conséquence, a indiqué le BAPE.

Le président du BAPE, Philippe Bourke, a affirmé par voie de communiqué que son organisation allait s’assurer « d’offrir des conditions de participation qui, malgré le contexte, permettront au plus grand nombre de citoyens d’obtenir l’information et d’exprimer leurs opinions sur ce projet ».