Plusieurs dames regardaient avec intérêts les robes de mariées.

Le « vintage » gagne en popularité

Les mariages reviennent en force. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean célébrera environ 475 mariages, cette année, une centaine de plus qu'il y a cinq ans. Et les célébrations de style « vintage » gagnent en popularité.
Depuis quelques années, plusieurs futurs mariés optent pour les célébrations plus intimes dans le confort de leur cour arrière. « Les célébrants sont beaucoup en demande aussi. Les gens aiment de plus en plus les mariages en plein air, chez eux », explique Andrée Duval, responsable du Salon des mariés, qui avait lieu en fin de semaine à l'Hôtel La Saguenéenne de Chicoutimi.
Les mariages dans des décors champêtres sont également très prisés par les couples. « Nous remarquons une grande popularité pour les mariages dans les granges. La jute et les pots Masson, par exemple, sont aussi très recherchés par les mariés pour leur décor. Les couples cherchent des endroits pittoresques pour s'unir, comme à La Pulperie, par exemple, qui est très populaire pour les réceptions », ajoute la spécialiste, qui oeuvre dans le domaine du mariage depuis plus de 30 ans.
Les robes plus simples et en dentelle reviennent également à la mode depuis quelques années.
Malgré une tendance marquée pour les célébrations de style « vintage », les mariages organisés dans les destinations soleil et les mariages princiers restent fort prisés par les tourtereaux.
« Je dirais que, depuis cinq ou six ans, les gens se marient de plus en plus. Et ils le font souvent avec un célébrant. Aujourd'hui, n'importe qui peut célébrer un mariage. Il suffit de suivre un petit cours », explique Andrée Duval.
1200 visiteurs
Hier, plusieurs personnes se sont déplacées à La Saguenéenne de Chicoutimi afin de visiter les 56 kiosques. Gâteaux, robes, photographies, maquillages et coiffures; il y en avait pour tous les goûts et tous les prix.
Le Salon des mariés a attiré environ 1200 personnes durant la fin de semaine, ce qui a grandement satisfait l'organisatrice Andrée Duval.