Ce sont 40 employés de Rio Tinto qui ont pris le départ, vendredi matin, sous un soleil éclatant. Ils seront 120 participants à relever le défi au cours des dix prochains jours.

Le « triple » défi des deux Mario

Près de 120 personnes traverseront le lac Saint-Jean au cours des 10 prochains jours dans le cadre du Double défi des deux Mario, qui organise trois traversées cet hiver, amassant au passage plus de 250 000 $ pour la fondation Sur la pointe des pieds. Et c’est un groupe de 40 travailleurs de Rio Tinto qui a été le premier à entamer ce défi vendredi matin.

Il fait -25°C sous le soleil éclatant qui brille sur le lac Saint-Jean, alors que Guylaine Gauthier, une travailleuse de l’Usine Jonquière, s’apprête à traverser le Piekouagami en raquette pour la première fois, au cours des trois prochains jours. « Ça fait plusieurs années que j’y pense, mais je n’avais pas d’amis pour le faire, a-t-elle témoigné, quelques minutes avant le départ sur les berges du Parc national de la Pointe-Taillon. Avec la gang de Rio Tinto, je me suis dit que c’était le temps d’y aller. »

Pour elle, pas question de s’attarder trop longtemps au froid, à l’effort soutenu pour tirer son lourd traîneau dans la neige jusqu’à Roberval, ou encore à l’idée de dormir sous la tente à des températures qui tomberont sous les -30°C. « Je n’ai pas l’impression de mettre ma vie en péril, mais je n’ai pas l’impression que ça va être facile, dit celle qui compte y aller un pas à la fois. Parfois, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort. Ça permet de rester jeune », ajoute la femme de 50 ans, tout sourire.

Tout comme elle, ils sont une quarantaine d’employés de Rio Tinto qui prennent part à la 11e édition du Double défi des deux Mario, qui s’est entamée vendredi matin. L’idée de créer un groupe Rio Tinto, qui s’est engagé à soutenir l’événement pendant trois ans à raison de 15 000 $ par année, est venue d’André Martel, le directeur de l’Usine Alma. « L’an dernier, on était 16 participants de l’Usine Alma à faire la traversée du lac, dit-il, mais il y avait beaucoup plus de personnes qui voulaient se joindre au groupe. »

En lançant un appel à tous, 40 participants ont répondu, amassant plus de 60 000 $ au profit de la fondation. Dans ce groupe, 12 d’entre eux proviennent du siège social de Montréal, comme Francis Gravel, qui travaille en ressources humaines. « L’aventure m’a changé comme personne et je voulais aider la fondation, qui offre des aventures thérapeutiques aux jeunes atteints du cancer », a-t-il commenté.

Pour bien encadrer le groupe et pour s’assurer que tout le monde demeure confortable et bien au chaud, la fondation compte sur une équipe de 22 bénévoles, soit un ratio d’un bénévole pour deux participants. De plus, des vêtements supplémentaires et même des chaufferettes sont disponibles pour réchauffer les participants au besoin. « On fait tout en sorte pour que presque n’importe qui puisse s’attaquer à ce défi », remarque Yan Goyette, responsable de l’événement.

Il faut dire que la fondation Sur la pointe des pieds met le paquet pour que les participants se sentent à l’aise lors de l’aventure, peu importe leur forme physique. « Ce n’est pas une course, souligne Mario Cantin, vice-président associé à la Banque Nationale et fondateur de l’événement. Tout le monde va faire entre 12 et 15 km par jour, tout le monde va geler un peu, tout le monde va se demander un peu ce qu’ils font là, mais tout le monde va être fier d’avoir passé à travers ça . » En surmontant les difficultés, les participants pourront en sortir grandi… tout comme les jeunes qui surmontent un cancer, image Mario Cantin.

Pour la première fois depuis la création de ce défi, Mario Bilodeau ne prendra pas part à cette première traversée de 2019, car il s’est cassé la clavicule en ski il y a quelques semaines. Malgré tout, l’homme qui conserve toujours une attitude exemplaire gardait le sourire, en accueillant les participants. « Je me souviens quand Marie-Hélène Côté a eu une récidive du cancer. Elle avait alors dit que ‘‘c’est juste le cancer’’. Ben pour moi, c’est juste une clavicule », a lancé l’homme, tout sourire, qui compte tout de même faire les deux autres traversées la semaine prochaine…

C’est la deuxième année où le Double défi des deux Mario sera triple, car trois traversées seront organisées, pour le plus grand plaisir de Jean-Charles Fortin, directeur général de la fondation qui estime amasser 250 000 $ grâce à la collecte de fonds réalisée par les 120 participants.