Lawrence Potvin, maire Métabetchouan.

Lawrence Potvin crie à l'injustice

La répartition de l'enveloppe budgétaire dédiée au Fonds de développement des territoires continue d'attirer les foudres du maire de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, Lawrence Potvin. Pour lui, la décision prise par ses pairs est « une occasion ratée ».
Réunis en séance publique, mercredi soir, les élus de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est ont adopté à l'unanimité une résolution pour que la répartition de l'enveloppe de 840 000 $ par année soit faite équitablement entre les 14 municipalités de la MRC, et ce, jusqu'en 2020.
Peu importe son emplacement, sa superficie ou son indice de développement, chaque localité recevra une somme de 60 000 $ par année pour soutenir des projets structurants. 
Lawrence Potvin crie à l'injustice. Selon lui, le développement économique n'est pas une question d'individualité, mais plutôt une affaire de collectivité.
« Ce programme vise les mêmes objectifs que la politique nationale de la ruralité, qui est d'aider les municipalités dévitalisées. Chez nous, Transports Jean-Marie Bernier a perdu 125 emplois, Norfruit a perdu une quarantaine d'emplois et de petites entreprises ont diminué. On aurait pu regarder ça comme MRC et placer une enveloppe pour réaliser des projets collectifs plutôt que des projets individuels », affirme l'élu. Pour sa part, le préfet André Paradis a préféré ne pas commenter les déclarations du maire de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Comme tous les autres maires de la table, il voit d'un bon oeil la décision qui a été prise.
« Les municipalités ont 60 000 $ par année pour les trois prochaines années, ce qui leur permet de développer de plus gros projets structurants. »
Par le passé, les budgets du Fonds de développement des territoires faisaient partie de la Politique nationale de la ruralité et la Ville d'Alma ne pouvait pas bénéficier de ces sommes.
« Nous sommes 13 805 dans le secteur sud et il y a 8214 citoyens dans le secteur nord. Le sud touche moins de 40 % de l'enveloppe alors que la majorité du Fonds de développement des territoires s'en va vers le nord », déplore Lawrence Potvin.
En 2014-2015, l'enveloppe pour le soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vue des municipalités s'élevait à 425 000 $.