Éric Martel-Poliquin, ingénieur à la Direction de la modélisation des systèmes de transport, a dévoilé les faits saillants de la première enquête origine-destination réalisée dans la région métropolitaine de Saguenay.

L’automobile est la reine au Saguenay

Les citoyens de Saguenay aiment davantage les automobiles que leurs concitoyens du reste du Québec, des véhicules qu’ils utilisent à raison de 412 700 déplacements quotidiens, le plus souvent en solo pour leur travail, la prise du repas du midi, le magasinage. Et ils délaissent les services de transport en commun, utilisés majoritairement par les étudiants.

Voilà un résumé de la première enquête origine-destination réalisée pour le ministère des Transports (MTQ) sur le territoire de la Région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay, dévoilée vendredi. L’enquête, réalisée en 2015, dans la foulée de l’incendie survenu sur le pont Dubuc, a été présentée par Éric Martel-Poliquin, ingénieur à la Direction de la modélisation des systèmes de transport, accompagné par Sonia Boucher, directrice des inventaires et du plan au MTQ.

Elle a consisté à interroger 7500 ménages par téléphone, 1400 conducteurs via des entrevues réalisées en bordure de la route et 3000 questionnaires acheminés à partir de relevé de plaque d’immatriculation, explique M. Martel-Poliquin.

Parmi les premiers constats de la volumineuse étude, les citoyens du Saguenay et des municipalités environnantes affectionnent les véhicules automobiles et les camions, puisqu’ils disposent de 108 150 voitures, pour un taux de motorisation de 0,80 par personne, ce qui est l’un des plus élevés dans les RMR étudiées. Pour les municipalités en périphérie, comme Larouche, Saint-Honoré et Saint-David-de-Falardeau, le taux de 1,56 est le plus élevé parmi ceux relevés dans les autres RMR du Québec, notamment Trois-Rivières et Sherbrooke. C’est peut-être ce qui explique qu’au Saguenay, l’automobile est de loin le mode de transport le plus sollicité. Une forte majorité des déplacements (86 %) sont effectués par des conducteurs se déplaçant seuls.

Le document révèle que parmi les motifs de déplacement les plus courants, le travail est le plus souvent invoqué, suivi des études, tandis que le magasinage arrive au troisième rang. Les loisirs, comme les sorties au restaurant ou la visite d’amis, se classent en quatrième place.

Selon M. Martel-Poliquin, l’étude démontre, sans surprise, que pendant la période de pointe du matin, 49 % des déplacements sont réalisés pour des motifs de travail. Sur une période de 24 heures, les déplacements combinés pour le magasinage et les loisirs sont pratiquement égaux à ceux combinés pour le travail et les études. L’enquête a permis d’établir un inventaire des 25 pôles de déplacement les plus importants à Saguenay ,qui constituent 17 % des déplacements quotidiens.

Le classement révèle que les déplacements à Place du Royaume se situent au premier rang (10 150). Suivent l’Université du Québec à Chicoutimi (5050), l’hôpital de Chicoutimi (4520), le secteur Costco/Rona (3660) et Place du Saguenay (3520). Le Cégep de Jonquière est le principal pôle de déplacement de l’arrondissement de Jonquière, avec 3230 déplacements, suivi de près par le Faubourg Sagamie (3130). À La Baie, le pôle de déplacement principal est la Base militaire de Bagotville, avec 1740 déplacements, devant les Galeries de La Baie (1660).

Tranport en commun
Puisque l’automobile demeure la reine, il va s’en dire que les déplacements par le mode du transport en commun sont le parent pauvre. Il ne contribue que pour 2,1 % des déplacements sur 24 h et 3,5 % pour la période de pointe du matin, la plupart par les étudiants universitaires. La part du transport en commun est plus faible à Saguenay qu’à Sherbrooke et Trois-Rivières.

M. Martel-Poliquin a mentionné que les données relevées se rapprochent beaucoup sur plusieurs plans de celles de la RMR de Trois-Rivières, entre autres sur le taux d’utilisation de l’automobile, le taux d’occupation du covoiturage ou l’achalandage de l’heure du dîner.

Il a mentionné que l’enquête produite pour la première fois dans la RMR Saguenay constitue une photographie du moment et une première étape qui devrait servir pour la planification du développement routier.

Le document produit ne permet pas de déterminer si le réseau routier de Saguenay est sur ou sous-utilisé.

Deuxième pont
Interrogé sur la nécessité de construire un nouveau pont sur le Saguenay à la hauteur de Chicoutimi, M. Martel-Poliquin mentionne que quotidiennement, 12 % des traversées sur le Saguenay se font du nord vers le sud via le pont de Sainte-Anne, devant le pont de Kénogami (7 %) et le pont d’aluminium (2 %).