Le président régional du Bloc québécois, Robert Bouchard, accompagné des députés Jean-François Fortin (Haute-Gaspésie) et Claude Patry (Jonquière-Alma), ont échangé avec les délégués qui prenaient part, hier, à Alma, au congrès régional du parti politique.

L'automne 2015 dans la mire

Le congrès régional du Bloc québécois aura permis aux dirigeants de mieux connaître l'opinion de la base en prévision de la prochaine élection fédérale, prévue à l'automne 2015.
Environ 25 délégués des circonscriptions de Jonquière-Alma, Chicoutimi-Le Fjord et Roberval-Lac-Saint-Jean s'étaient donné rendez-vous, dimanche, à Alma. L'objectif de la rencontre était de discuter et d'échanger sur la proposition principale, les statuts et règlements et du mandat de l'aile parlementaire. Il s'agissait du tout premier congrès régional. Au terme de toutes les rencontres, les propositions seront débattues lors du congrès national à Rimouski, du 23 au 25 mai.
Le président du BQ régional, Robert Bouchard, sait très bien, tout comme les députés Claude Patry (Jonquière-Alma) et Jean-François Fortin (Haute-Gaspésie), qui étaient présents, que le parti souverainiste à Ottawa a une grosse côte à remonter pour redevenir un fort parti d'opposition.
«Nous sommes confiants. Nous pensons toujours que l'élection de plusieurs députés du Nouveau Parti démocratique (NPD) en 2011 a été le fait d'une importante vague. Nous croyons qu'il y aura un retour du balancier», lance Robert Bouchard.
Lors de la dernière élection fédérale, le Bloc québécois a laissé beaucoup de plumes dans les urnes. Le parti semblait avoir perdu la confiance des électeurs. Près de trois années plus tard, le BQ ne compte que quatre députés à la Chambre des communes et se retrouve sans chef à la suite du départ de Daniel Paillé pour des raisons de santé.
«Il est vrai que nous avons du travail à faire dans les années à venir. Nous avons besoin d'un nouveau chef. Je ne sais pas qui il sera, mais nous avons deux députés intéressés (dont Jean-François Fortin). Peut-être est-ce que cela vaut mieux d'avoir un chef en provenance de l'interne et qui a à coeur de se battre pour le parti et les intérêts des Québécois?», ajoute l'ancien député de Chicoutimi-Le Fjord.
Le parti fondé en 1991 compte environ 1500 membres à l'heure actuelle sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est loin des milliers de membres enregistrés au milieu des années 90, mais cela ne semble pas inquiéter les dirigeants.
«Il est bon que nous ayons pu conserver plusieurs de nos membres après la défaite de 2011. Les gens ont renouvelé leur carte et ça va revenir en grand nombre lors de l'année qui précédera la prochaine élection», soutient le président régional.
Pour revenir au congrès régional, le député Jean-François Fortin précise que les délégués ont pu discuter des éléments qui pourraient être du prochain programme électoral.
«Nous voulons réorienter notre programme. Nous voulons renaître de nos membres. Nous voulons représenter ce que les Québécois veulent de notre parti. En 2015, nous allons présenter un Bloc québécois renouvelé et actualisé, sans pour autant tourner le dos à notre passé. Et des idées, je peux vous dire qu'il y en a au sein de notre parti», a mentionné M. Fortin.
Son collègue de Jonquière-Alma sait très bien que le BQ peut se relever de l'amère défaite de 2011, à laquelle il a contribué en étant élu au NPD avant de retourner sa chemise et se ranger du côté du Bloc québécois. «Nous allons travailler très fort pour être là en 2015 et en plus grand nombre afin de continuer à revendiquer et à défendre les intérêts du Québec», de dire M. Patry.