L'ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr, est ici à gauche de la présidente de la CS des Rives-du-Saguenay, Liz Gagné.

L’audience de Chantale Cyr aura lieu à Saguenay

(Stéphane Bégin) – Le nouvel arbitre du Tribunal du travail, Me Denis Tremblay, accepte d’entendre le dossier de l’ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr, à Saguenay.

La nouvelle a été confirmée à l’avocat de Mme Cyr, Me Éric Lebel, au cours des dernières heures.

« Le nouvel arbitre accepte effectivement de se déplacer à Saguenay pour entendre le dossier, à moins d’exceptions. Pour ma cliente, il s’agit d’une décision importante », a confirmé Me Lebel, lors d’un entretien avec Le Quotidien.

Il a aussi été convenu que les représentants des médias pourront assister aux audiences du Tribunal du travail.

Ce changement de cap survient après que Mme Cyr et son procureur aient demandé la révocation de l’arbitre Me Marcel Morin, de la région de Montmagny, car celui-ci refusait de se déplacer dans la région.

Il voulait tenir les audiences dans la région de Québec, même si cela obligeait Mme Cyr et Me Lebel à s’y installer durant quelques semaines et que ça faisait en sorte d’obliger les témoins de la CS des Rives-du-Saguenay à se déplacer aussi à Québec.

Cette décision du premier arbitre avait soulevé l’ire de la plaignante, estimant que cela n’avait aucun sens. Me Morin a finalement pris la décision de se retirer du dossier.

Me Éric Lebel représente Chantale Cyr.

Long dossier
L’affaire Chantale Cyr retient l’attention depuis son congédiement par les dirigeants de la commission scolaire, en janvier 2018.

L’ancienne directrice générale a contesté son congédiement et avait demandé à être indemnisée. Une demande contestée par la CS.

Mais la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a accepté la demande de Mme Cyr.

La CNESST a même blâmé la présidente de la CS des Rives-du-Saguenay, Liz Gagné, qui avait fait preuve d’une conduite vexatoire envers l’ex-employée.

+

ÉTUDIANTS IMMIGRANTS: UNE FIRME DE QUÉBEC APPELÉE EN RENFORT

(Denis Villeneuve) – Face à la complexité du processus d’immigration qui a causé l’abandon de certains élèves inscrits à ses centres de formation professionnelle, la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay fait appel à l’agence d’immigration privée ImmigrEmploi, de Québec, pour l’aider à la supporter dans le domaine.

À l’occasion du dernier conseil des commissaires tenu mardi, le conseil des commissaires a accordé un contrat de 54 350 $ à la firme qui compte trois membres de son personnel inscrits aux registres québécois et canadien des consultants en immigration. 

Selon Luc Gauvin, président de ImmigrEmploi, la commission scolaire a adopté une excellente stratégie d’attraction de candidats susceptibles de suivre une formation professionnelle, sauf qu’elle ne possède pas les ressources pour compléter toute la paperasse nécessaire à l’obtention d’un statut de séjour temporaire pour ses étudiants. « Le rôle de la commission scolaire est d’admettre les étudiants dans ses programmes et notre travail consistera à remplir les papiers d’immigration », explique M. Gauvin.

La résolution adoptée par le conseil des commissaires mentionne que le travail d’accompagnement dans le processus d’immigration prenait énormément de temps à l’une des ressources, qui n’arrivait plus à bien répondre aux besoins des élèves sur place. Pour étudier au Québec, les étudiants doivent obtenir un certificat d’acceptation du Québec ainsi qu’un permis d’étude.

L’invitation à l’appel d’offres a été faite aussi à Alma International et BCM Immigration qui n’ont pas déposé de prix.

Du côté de la commission scolaire, la responsable des communications Claudie Fortin a mentionné que l’organisme opère un service de recrutement international de citoyens français de Madagascar, du Congo ainsi qu’un service d’intégration des élèves de niveau primaire et secondaire utile, par exemple, pour intégrer les élèves d’employés comme CGI, Ubisoft, provenant de partout.

En 2017-2018, 70 élèves internationaux étaient inscrits à l’un des programmes de la CS, excluant les élèves en francisation générale adulte. 

« C’est la deuxième année qu’on fait appel à une agence d’immigration. Avec l’utilisation d’une ressource à l’interne, notre taux de succès était moins élevé », explique Mme Fortin.

La CS des Rives-du-Saguenay prévoit qu’à la rentrée scolaire actuelle, 90 étudiants internationaux seront inscrits.