Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Camion style militaire avec citerne, boite aménagée et génératrice.
Camion style militaire avec citerne, boite aménagée et génératrice.

L’atelier de soudure SVA d’Albanel ne manque pas de contrats, mais plutôt d’employés

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
En 2002, quand Sylvain Villeneuve a décidé de se lancer en affaires et de démarrer son atelier de soudure, SVA Inc à Albanel, il était loin de se douter qu’un jour, ce qui allait freiner le développement de son entreprise serait la pénurie de main-d’œuvre et non pas le manque de contrats.

Avant de partir à son propre compte, Sylvain Villeneuve travaillait comme employé, mais les mises à pied qui se sont succédées et qui étaient hors de son contrôle l’ont un jour encouragé à démarrer son entreprise.

« Quand j’étais employé, j’ai connu un temps où je n’étais pas capable de trouver de l’ouvrage alors que j’avais les qualifications requises, et maintenant que je suis devenu patron, je ne suis pas capable de trouver de main-d’œuvre! »

Il le reconnaît d’emblée, le nerf de la guerre ces temps-ci, ce n’est pas d’augmenter son chiffre d’affaires, mais bien de combler son manque de personnel et ainsi développer une relève pour assurer le futur de son entreprise.

« J’ai une équipe de huit employés actuellement, mais idéalement, il faudrait être douze (…) ça nous affecte et ça nous freine carrément », déplore-t-il.

Ses besoins ? « Des soudeurs, des manœuvres, du monde avec des aptitudes en dessin et en mécanique, mais il n’y en a pas (…) et il nous faudrait une équipe de soir. »

D’ailleurs, il espère que le travail manuel sera de nouveau valorisé auprès des jeunes. « Tu as beau être informaticien, le jour où tu vas vouloir te faire construire une maison, ce n’est pas un ordinateur qui va visser ton deux-par-quatre sur ton mur! »

Une partie de la solution pourrait bien se trouver à plus de 5000 kilomètres de la région. « On a réussi à trouver un Colombien qui devait arriver avec sa famille avant Noël, mais à cause de la pandémie, tout est bloqué là-bas. C’est un soudeur dans son pays. »

Pour ce qui est de la relève familiale, l’un de ses garçons met la main à la pâte et travaille dans l’entreprise. « Un jour, il va falloir une relève. Présentement, j’ai un de mes garçons qui est là et j’espère qu’il voudra continuer. »

Sylvain Villeneuve, propriétaire de l’atelier de soudure SVA Inc d’Albanel.

Petite équipe

Pour l’entrepreneur, la gestion des ressources humaines représente tout un défi, mais il est clair que pour lui, travailler au sein d’une petite équipe comporte son lot d’avantages.

« Nos employés ne sont pas des numéros. On les connaît bien, leurs forces, leurs faiblesses et on leur donne des jobs qu’ils aiment faire. On s’organise pour qu’ils soient heureux ici. On les encadre, les aide et les dirige dans ce qui les passionne. Dans notre petit atelier, nos employés s’impliquent du produit brut au produit final et il y a une certaine fierté par rapport à ça. J’aime ça », explique-t-il.

Par ailleurs, M. Villeneuve estime qu’il offre de bonnes conditions salariales, que cela n’est pas un obstacle au recrutement. « Le problème n’est pas là. On ne reçoit pratiquement pas de C.V. », admet-il.

Produits

Situé tout juste derrière la résidence familiale, son atelier, qui se spécialise dans la soudure en aluminium et en acier inoxydable, conçoit et fabrique différents produits en tout genre, allant des accessoires pour les véhicules hors route (VHR) aux tours pour panneaux solaires, en passant par des unités de services qui s’installent sur toutes sortes de camions.

« Notre spécialité, c’est de faire tout ce que le monde pense impossible à fabriquer. Je me suis diversifié là-dedans », dit-il fièrement.

Signe que son entreprise peut fabriquer à peu près n’importe quoi, un des employés finalisait l’installation d’un support sur le toit d’une fourgonnette destinée au « vanning », une demande qui illustre bien que cette tendance est en pleine croissance, alors que de plus en plus de gens adoptent ce mode de vie.

L’une de ses plus grandes fiertés ? « Au début, je devais pratiquement donner mes produits et même les livrer, car les clients ne se déplaçaient pas. Maintenant, ils viennent ici, à Albanel! »

Station de lavage portative

Parmi les autres produits qu’il a sortis tout droit de son atelier, il y a les stations de lavage de mains portatives.

Il raconte qu’au printemps 2020, comme la pandémie venait d’alléger son carnet de commandes, il a décidé du jour au lendemain de concevoir et de fabriquer avec son équipe ce type de station, ajoutant ainsi un tout nouveau produit à son catalogue déjà bien rempli.

Au printemps 2020, l’entreprise a décidé de se lancer la dans fabrication de stations de lavage de mains portatives afin de diversifier son offre de produits.

C’est à la suite de demandes de clients qu’il s’est alors lancé dans le projet. « Le premier client a été mon beau-frère. Il n’était pas capable d’en avoir. »

Il l’avoue candidement, il n’aime pas trop se tourner les pouces à ne rien faire et, au rythme où son entreprise poursuit sa croissance, cela ne risque pas d’arriver de sitôt.