Pierre Pelletier est le commandant du centre de recrutement de Chicoutimi.

L'assermentation de militaires sous le signe de la diversité

L'assermentation de dix nouveaux membres des Forces armées canadiennes avait une saveur particulière, vendredi, à la Place du citoyen de Chicoutimi. D'abord parce qu'elle avait lieu devant public, ce qui est plutôt rare, mais également parce qu'elle se tenait dans le cadre du Festival international des Rythmes du monde (FIRM).
Les Forces armées canadiennes (FAC) ont une volonté claire de faire une plus grande place à la diversité au sein de leurs équipes, en ouvrant leurs portes aux Autochtones, aux minorités visibles et aux femmes. D'ailleurs, les FAC visent une représentativité féminine de 25 pour cent d'ici les 10 prochaines années, a fait savoir le capitaine Pierre Pelletier, commandant du centre de recrutement à Chicoutimi. Cette représentativité est actuellement de 15 pour cent.
La tenue de l'assermentation dans le cadre du FIRM était donc justifiée.
« Avec la diversité du festival, ça rime bien avec nos priorités donc on voulait absolument le souligner de cette façon », a ajouté le capitaine Pelletier.
Joe Rakotoharison, originaire de Madagascar, représente parfaitement cette diversité. Vendredi, il a été assermenté, s'enrôlant dans les Forces à titre d'officier des transmissions. Celui qui habite à Chibougamau depuis cinq ans a plusieurs bonnes raisons de servir son pays d'accueil.
« C'est un peu de tout, mais c'est avant tout pour trouver une stabilité d'emploi, a commenté M. Rakotoharison, installé au Canada depuis une douzaine d'années. Je suis ingénieur en électronique et j'ai aussi une maîtrise en informatique donc c'est bien de savoir que mes études sont reconnues. Ça m'enchante de pouvoir être officier dans ma spécialité. Bien évidemment, je suis également fier de servir le pays qui nous accueille généreusement. »
Joe Rakotoharison est ravi de savoir que les Forces armées canadiennes affichent une volonté de diversifier davantage leurs effectifs.
« Le Canada est un pays qui accueille tout le monde, donc je trouve que c'est normal et c'est tout à fait à propos », a-t-il réagi.
Outre M. Rakotaharison, neuf autres membres se sont engagés à servir les Canadiens. Tous les individus obtiennent un emploi à temps plein au sein des Forces armées canadiennes.