Les experts en sciences judiciaires et en médecine légale de Montréal se sont déplacés à Saguenay pour analyser la scène et amasser des preuves.

L'assassinat d'Alexandre Larouche serait lié au crime organisé

Le meurtre d’Alexandre Larouche, tué au cours des derniers jours dans une résidence de Chicoutimi-Nord, est lié au crime organisé.

Une histoire de dettes d’argent serait au coeur de cette affaire, dont les détails sont gardés secrets par la Sûreté du Québec (SQ). Et au moment d’écrire ces lignes, aucun suspect n’a encore été appréhendé par les différents corps policiers.

Âgé de 22 ans, Alexandre Larouche a été assassiné dans la maison de sa mère, située sur la rue Johanna. Le meurtre serait survenu dans les derniers jours. La victime aurait été vue pour la dernière fois dans la soirée de samedi. Une fête s’est d’ailleurs tenue dans cette maison, selon des témoins rencontrés sur les lieux. Le corps a été retrouvé mercredi, par un ami.

Vers 20 h 30, jeudi soir, le corps de la victime a été sorti de la maison, selon des informations recueillies sur place.

Le meurtre est survenu dans un quartier résidentiel paisible de Chicoutimi-Nord.

« Il y a eu un party, samedi. Et les jours suivants, on était surpris du calme dans la résidence. On se disait qu’Alexandre était parti en vacances quelque part. Parce qu’il y avait souvent des allées et venues à cet endroit, et c’était très calme dans les derniers jours », raconte un des voisins de la victime.

Sans donner plus de détails, la SQ a confirmé que la victime était liée au crime organisé. Il a été impossible de savoir si Larouche a été tué par balle ou d’une autre manière. « Le corps présentait des marques de violence », a répondu le porte-parole de la SQ, Hugues Beaulieu.

Basée à Montréal, l’équipe du Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale s’est déplacée à Saguenay pour analyser la scène, expliquant de plus longs délais. Les experts ont commencé leur travail en après-midi, jeudi. La Sécurité publique de Saguenay travaille en collaboration avec la Sûreté du Québec dans ce dossier.

Alexandre Larouche était « connu des milieux policiers », selon les informations de la Sûreté du Québec. Il avait été identifié comme étant un proche du milieu criminalisé. Il ne possède cependant aucun antécédent en cette matière. Larouche n’avait qu’un dossier judiciaire. En février dernier, il a plaidé coupable à une accusation de conduite avec les facultés affaiblies.

Alexandre Larouche était âgé de 22 ans au moment de son décès. Selon les informations publiées sur sa page Facebook, il aurait travaillé chez Nordia et Ernest.

Premier meurtre de 2018
Alexandre Larouche est la victime du premier meurtre à survenir en sol saguenéen depuis le début de l’année 2018.

Près de 20 % des assassinats au pays sont liés au crime organisé. Et si on se fie aux dernières données de Statistique Canada, ce sont les meurtres les plus difficiles à élucider.

+

L’homicide sème la consternation sur Facebook

Accablées par la mort de leur proche et ami, plusieurs personnes ont tenu à rendre hommage à Alexandre Larouche, par l’entremise de sa page Facebook. 

Avant même la confirmation de l’identité de la victime, on pouvait lire plusieurs messages d’amour et d’incompréhension sur le réseau social.

« Repose en paix, Alex ... Toute la gang du Nordia, on est bien tristes », a écrit Tanya Lagacé, sur la page Facebook de Larouche. 

« J’espère juste qu’ils vont trouver les sans-coeur qui ont pu te faire ça .... C’est irréel », a aussi commenté Claudia Tremblay. 

Selon ce qu’on peut lire sur sa page Facebook, la victime travaillait chez Ernest. Elle aurait également occupé un poste chez Nordia. 

« Tu ne méritais certainement pas une mort aussi malsaine. Toujours en train de rire et de vouloir aider, il n’y en avait pas deux comme toi. Ça, c’est certain ! J’espère que tu es bien, là-haut. Veille sur les gens que t’aimais, beau coco », a écrit publiquement Emanuelle Gagnon.

Une jeune femme, se présentant comme la soeur de la victime, a aussi commenté le tragique événement, dans un touchant message. « J’ai de la difficulté à y croire. On dirait que c’est irréel. J’espère me réveiller un jour et apprendre que finalement, tout ça, ce n’est pas vrai. Tu as été présent du début jusqu’à la fin. (Tu as) toujours été là pour aider les autres dans le besoin. Tu ne méritais pas ce qu’ils t’ont fait. Personne ne mérite ça, en fait. Sache que tu as été un grand frère extraordinaire. Je t’aime d’amour. Prends soin de toi, et veille sur moi et toute la famille. Je t’en supplie. Tu resteras gravé dans mon coeur à jamais. »

Le père sur place

Le père de la victime s’est rendu au domicile mercredi, après la découverte du corps. L’identification officielle s’est cependant effectuée le lendemain. La mère de la victime se trouvait également à l’extérieur de la région, au moment de la macabre découverte.

(Les messages tirés de Facebook ont été corrigés, pour faciliter la lecture)