Larouche désavoue deux conseillers

Le maire de Roberval, Guy Larouche, a une fois de plus généré une controverse majeure lors de la séance plénière de la MRC Domaine-du-Roy mardi soir, alors qu'il a limogé sur place les deux conseillers de sa ville qui doivent siéger à cette instance, avec en toile de fond une séance d'information sur l'Entente de principe d'ordre général intervenue avec trois bandes indiennes du Québec (Mashteuiatsh, Essipit et Natashquan).
Les maires de la MRC ainsi que les conseillers municipaux délégués pour siéger à cette instance avaient planifié une soirée d'information sur les négociations avec les communautés innues pour se réapproprier le contenu de cet important projet. Pour la MRC Domaine-du-Roy, les enjeux sont de taille avec la présence de Mashteuiatsh à l'intérieur du territoire et l'agrandissement projeté du territoire de la réserve.
L'équipe de négociations du gouvernement du Québec s'est déplacée au Lac-Saint-Jean pour répondre aux questions des élus. Le maire de Roberval avait décidé de se présenter seul à la rencontre en prétextant que l'absence des deux conseillers aurait permis de faire pression sur la MRC. Guy Larouche, il faut le rappeler, ne voit pas d'un très bon oeil l'agrandissement du territoire de Mashteuiatsh à même des terres appartenant à des contribuables de Roberval et s'est déjà opposé publiquement à cette possibilité alors que le conseil précédant acceptait le principe.
Les conseillers municipaux Réal Lefebvre et Nancy Guillemette ont malgré tout décidé de se rendre à la réunion afin d'obtenir l'information qu'ils jugent nécessaire à une prise de décision éclairée, selon une source consultée par Le Quotidien. Devant tous les membres de la MRC, Guy Larouche a été lapidaire à l'endroit des deux conseillers en les désavouant et surtout, en soutenant que Réal Labrecque ne serait plus représentant de la ville à la table de la MRC.
La source indique que le maire de Roberval bénéficie encore d'une certaine «patience» de ses collègues des autres municipalités, ajoutant constater que cette période était sur le point de prendre fin en raison de ce comportement qui a laissé transparaître un grand manque de respect à l'endroit de personnes élues pour représenter les citoyens.