Nancy Poulin (devant), représentante nationale de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean, et Andrée Poirier, présidente de l’APTS, ont rencontré des travailleurs de la santé, lundi à Jonquière
Nancy Poulin (devant), représentante nationale de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean, et Andrée Poirier, présidente de l’APTS, ont rencontré des travailleurs de la santé, lundi à Jonquière

L’APTS réclame de meilleures conditions de travail

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) veut améliorer les conditions de travail de ses membres. Le coronavirus a démontré l’importance du travail des employés du système de santé, essentiel pour traverser des crises, estime le syndicat.

Les revendications de l’APTS touchent principalement les salaires, les retraites, les droits parentaux, mais surtout les conditions de travail des membres de ce syndicat qui rassemble 106 métiers différents. L’étendue de ces professions va des avocats aux ergothérapeutes, en passant par les éducateurs, les hygiénistes dentaires et les psychologues.

Leurs conditions parfois difficiles ont été mises en lumière, durant la crise de la COVID-19, affirme Andrée Poirier, présidente de l’APTS, au début d’une tournée qui a commencé à Jonquière, lundi, et qui se poursuivra tout l’été aux quatre coins du Québec.

« La COVID est venue illustrer ce que l’on dénonce depuis des années, les failles du système. Elle a aussi démontré qu’on est capable de sortir de l’argent quand c’est le temps. La prochaine négociation [est importante] parce qu’on vient de voir que pour passer à travers des crises, pour donner des soins de santé à la population, ça prend un réseau public de santé fort », lance Mme Poirier.

« On est souvent les oubliés du réseau de la santé », illustre sa collègue Nancy Poulin, représentante nationale de l’APTS pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, devant l’hôpital de Jonquière, sous un chaud soleil de juillet.

La tournée provinciale de l’APTS a débuté à Jonquière, lundi après-midi.

Selon Nancy Poulin, il est présentement difficile de recruter du personnel. « Il y a une pénurie de main-d’oeuvre actuellement. On a vu pendant la crise que le réseau public sauve des vies, qu’il est important. Si on veut que le réseau fonctionne, bien ça va prendre des conditions pour les employés. »

Localement, le problème se fait majoritairement sentir au Lac-Saint-Jean. « Le bassin de main-d’oeuvre est concentré au Saguenay. Le Lac, c’est une porte tournante. Les gens ne restent pas. Beaucoup de personnes commencent au Lac-Saint-Jean, mais dès qu’ils ont de l’ancienneté, ils reviennent au Saguenay », indique Nancy Poulin, tout en précisant qu’il est difficile de dire combien il manque exactement d’employés dans le réseau de la santé.

Négociations

Le contrat de travail de l’APTS a pris fin le 1er avril 2020. Un cahier de demandes a été déposé en octobre 2019. Malgré le contexte exceptionnel, les négociations n’ont jamais été interrompues par la pandémie de COVID-19.

« Il y a eu une tentative de négociations accélérées, il y a ensuite eu des discussions. Présentement, on vit plus une négociation traditionnelle. Tout est reparti, mais lentement », explique Nancy Poulin.

UNE PRIME MÉPRISANTE, DIT LA FSSS-CSN

La prime offerte à ceux qui accompagnent les finissants de l’attestation d’études professionnelles en soutien en soins d’assistance en établissement de santé est « méprisante », affirme la FSSS-CSN.

Dans un communiqué, le syndicat a dénoncé cette prime fixée à cinq dollars par quart de travail. La FSSS-CSN croit qu’une majoration du taux horaire de cinq dollars serait plus appropriée.

« Depuis des mois, à chacune des occasions, le gouvernement souligne la contribution exceptionnelle des anges gardiens, mais lorsque vient le temps de reconnaître concrètement cette contribution, le gouvernement offre des miettes », a indiqué Gaston Langevin, président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et métier de la santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean.