Lors du passage du Quotidien au siège social du CIUSSS à Chicoutimi, le poulet BBQ a semblé avoir séduit les papilles gustatives des quelques employés qui ont goûté à cinq différentes purées de viande. La photographe du Quotidien a elle aussi pu goûter aux nouveaux menus. Elle a affirmé que la texture était crémeuse et le goût en respect avec la saveur.

L'après patates en poudre

Dès lundi, les patients de l’hôpital de Dolbeau-Mistassini auront le choix entre deux menus à l’heure du dîner et du souper. Ils pourront entamer le repas avec un potage ou une soupe du jour. En accompagnement, des légumes frais ou congelés remplaceront les produits en conserve et les pommes de terre en flocons n’auront plus leur place dans les assiettes. Et les patients souffrant de dysphagie auront eux aussi accès à plus de choix.

Les Dolmissois goûteront les premiers au tout nouveau menu régional établi sur un cycle de trois semaines qui sera offert dans tous les établissements de soins de santé du Saguenay-Lac-Saint-Jean d’ici l’été.

« Moi je vous dirais que le gain, c’est aussi pour les personnes dysphagiques (patients qui ont de la difficulté à avaler) qui doivent se nourrir de mets texturés. Souvent, en centre d’hébergement, on prenait le met régulier et on l’adaptait, soit avec des hache-viande ou un mélangeur, pour le mettre en texture. Maintenant, c’est une production complètement à part », explique Claire Potvin, la responsable régionale des services alimentaires du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle précise que les préparations sont enrichies de différents nutriments.

Lors du passage du Quotidien au siège social du CIUSSS à Chicoutimi, le poulet BBQ a semblé avoir séduit les papilles gustatives des quelques employés qui ont goûté à cinq différentes purées de viande.

Un an pour tout mettre en place

Le CIUSSS travaille activement depuis juin à élaborer de nouveaux plats plus nutritifs et appétissants. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait annoncé à l’automne 2016 qu’il souhaitait améliorer l’offre alimentaire dans tous les établissements de soins de santé de la province d’ici septembre 2018. 

Dans certaines régions, dans Chaudière-Appalaches et à Québec notamment, les patients peuvent déjà goûter à de nouvelles recettes. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est Dolbeau-Mistassini qui donne le coup d’envoi au projet pilote. Au cours des prochaines semaines, les 16 centres d’hébergement et cinq autres hôpitaux de la région vont lui emboîter le pas. 

« Ça demande énormément de planification. L’été, ce n’est pas là qu’on change des menus alors il faut avoir terminé pour juin. C’est un beau cadeau du ministère malgré l’échéancier serré. Ça fait longtemps que nos nutritionnistes nous demandaient d’aller chercher des textures dans les aliments. On voulait de toute façon faire des changements », assure Claire Potvin.

Combien ça coûte ?

Québec n’avait cependant promis aucune aide financière additionnelle pour permettre aux établissements de santé de revoir leurs menus. Il est encore trop tôt pour le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean d’estimer les coûts associés à l’achat de nouveaux ingrédients et d’ustensiles de cuisine.

Le CIUSSS a par ailleurs formé des comités de résidants partout sur son territoire afin de mieux identifier leurs besoins et adapter le menu régional en conséquence. Les rencontres doivent se poursuivre jusqu’à la mi-février.

Les nouveaux mets texturés proposent plusieurs saveurs, telles que poulet BBQ, poulet à la sauce tomate, longe de porc et même tourtière.

LA SAGA DES PATATES EN POUDRE

La saga entourant les patates en poudre a débuté à l’été 2016 alors que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait défendu la qualité de la nourriture offerte dans les centres d’hébergement et de soins longue durée (CHSLD). 

Il soutenait que les menus n’avaient pas besoin d’être améliorés. Cette position avait attiré de vives critiques de toutes parts, notamment de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui soutenait que le gouvernement libéral n’avait aucune considération pour les personnes âgées. 

Le gouvernement du Québec s’était par la suite ravisé en annonçant la mise en place d’une stratégie de révision de l’offre alimentaire en CHSLD à l’automne 2016. 

Au terme d’un projet pilote dans la région de la Capitale-Nationale, le ministre Barrette a invité en grande pompe députés et journalistes à déguster les nouveaux repas servis aux patients.