Palais de justice de Roberval.

L'animateur de vie étudiante remis en liberté

L'animateur de vie étudiante de la Cité étudiante de Roberval, Carol Ménard, qui a été arrêté pour des accusations d'agression sexuelle sur une mineure la semaine dernière, a pu recouvrer sa liberté.
Le juge Michel Boudreault a accepté, mercredi, au Palais de justice de Roberval, la proposition des conditions de remise en liberté de la défense et de la Couronne. L'homme de 60 ans reviendra devant le tribunal le 21 juin pour l'orientation du dossier.
Son avocat, Me Sébastien Talbot, n'a pas voulu faire de commentaires, car il n'avait pris que partiellement connaissance de la preuve. En effet, pour des raisons inexpliquées, la preuve remise à Carol Martel lors de sa comparution mercredi dernier a été égarée. Il n'a pu la consulter qu'hier.
Pas d'information
Aucune information n'a été divulguée concernant les gestes qu'il aurait posés sur une élève. Tout ce qui a été rendu public est que l'homme aurait eu un contact sexuel et aurait incité une jeune de moins de 16 ans à avoir des contacts sexuels. Un crime qui est passible d'une peine minimale de 12 mois d'emprisonnement.
Pour la suite des procédures, Carol Ménard devra demeurer chez une connaissance à Chicoutimi. Il ne pourra pas entrer en contact avec la victime ni se trouver dans un endroit où il y a des mineurs.
Son arrestation a créé une onde de choc à la Cité étudiante et aussi à Roberval. La commission scolaire a déployé une équipe psychosociale pour soutenir ses collègues de travail et pour rencontrer les jeunes qui en sentiraient le besoin. L'homme est très connu et plusieurs élèves l'ont côtoyé depuis les dix dernières années.
Carol Ménard a été relevé de ses fonctions dès son arrestation.