Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme

Langues autochtones: un financement qui diminue

Le gouvernement du Canada investit 8,7 millions de dollars dans 48 projets voués aux cultures et aux langues autochtones au Québec. Une subvention de près de 46 000 dollars sera attribuée à Mashteuiatsh pour faciliter l’apprentissage du nehlueun chez les jeunes. Si l’aide financière est appréciée, la communauté innue espère qu’un programme à long terme sera mis sur pied au lieu de miser sur des interventions ponctuelles, afin d’assurer la pérennité de la langue.

En 2016, seulement 15,6 % des Autochtones au Canada se disaient capables de soutenir une conversation dans une langue autochtone, comparativement à 17 % en 2011 et à 21 % en 2006. À Mashteuiatsh, près de 25 % de la population parle encore le nehlueun, la langue innue.

Pour augmenter le nombre de locuteurs, Pekuakamiulnuatsh Takuhikan a mis sur pied un programme Taht tshishik neluetau (Parlons de plus en plus le nehlueun) pour enseigner la langue aux plus jeunes de la communauté, explique Stacy Bossum, conseiller délégué au patrimoine, à la culture et à la langue. « On a axé le programme pour les plus jeunes il y a trois ans, parce que ce sont les jeunes qui apprennent le plus rapidement et qu’il faut commencer tôt pour avoir un impact durable », explique-t-il, tout en ajoutant qu’un livre a été publié pour aider les parents à accompagner leurs enfants dans l’apprentissage.

Alors que Mashteuiatsh avait reçu 113 000 et 168 000 dollars lors des deux dernières années, la communauté doit se contenter d’un montant de 46 325 dollars cette année, qui vient tout de même bonifier les 315 000 dollars investis dans la langue et la culture par le conseil de bande. « L’aide financière est toujours appréciée, mais ce n’est pas le montant qu’on a demandé, ajoute ce dernier. De plus, on reçoit toujours la réponse de financement tardivement, ce qui rend la mise en place du programme plus difficile. »

Stacy Bossum espère que la nouvelle loi sur les langues autochtones garantira un financement à long terme des programmes d’apprentissage. « Avec du financement ponctuel, on perd parfois nos ressources humaines clés pour l’enseignement de la langue », ajoute-t-il.

Au cours des prochaines années, les choses pourraient s’améliorer, car le budget fédéral de 2019 prévoit 333,7 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2019-2020, et 115,7 millions de dollars par année par la suite pour la mise en œuvre de la Loi sur les langues autochtones.

« Les langues autochtones font partie intégrante de l’identité de notre pays. Elles jouent un rôle important dans la transmission de la culture, soutient Pablo Rodriguez ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme. La plupart des langues autochtones au Canada sont considérées en danger, et nous reconnaissons l’importance de les préserver. Le gouvernement du Canada est fier d’offrir un appui financier aux projets qui permettent aux peuples autochtones au Québec de se réapproprier et de revitaliser leurs langues, ou encore de promouvoir leur patrimoine culturel. De plus, les projets annoncés aujourd’hui s’inscrivent parfaitement dans l’esprit de la Loi sur les langues autochtones, qui est entrée en vigueur le 21 juin dernier. »

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, deux autres projets seront subventionnés par le Programme des Autochtones, qui vise la préservation et la revitalisation des langues et cultures autochtones par l’intermédiaire de projets et d’activités communautaires.

L’Université du Québec à Chicoutimi reçoit ainsi 111 245 dollars pour des ateliers d’initiation aux langues innue et atikamekw, et la Boîte Rouge VIF, organisme autochtone à but non lucratif qui a pour mandat la préservation, la transmission et la valorisation des patrimoines culturels communautaires, par une approche de concertation et de co-création, recevra 85 876 dollars pour le projet « Redonner une musicalité aux objets ».