L’ancien terrain de la Consol cédé à Saguenay pour 1$

Saguenay devra trouver une vocation publique pour le site offrant une fenêtre sur la baie des Ha ! Ha !

Seize ans après la fermeture de l’Usine Port-Alfred, Produits forestiers Résolu (PFR) cède à Saguenay le terrain de plus de 282 000 mètres carrés pour un dollar. Cette entente pave la voie à l’aménagement d’un nouveau parc municipal offrant une fenêtre sur la baie des Ha ! Ha ! .

 De passage au Musée du Fjord de La Baie, le président et chef de la direction de PFR, Yves Laflamme, et la mairesse de Saguenay, Josée Néron, ont annoncé la conclusion d’une entente dans ce dossier qui a mis plusieurs années à aboutir. 

Soulignant au passage que PFR fêtera l’an prochain son 200e anniversaire de fondation depuis la création des premières compagnies par les Price, M. Laflamme a mentionné que la donation a été faite après plusieurs semaines de négociations plus ou moins intensives. Elles visaient à poser certaines conditions afin que la vocation du terrain soit d’ordre public à perpétuité, ce qui exclut toute construction résidentielle, commerciale et industrielle, et pour que le nom du futur lieu ait un lien avec PFR. « On n’aimerait pas que le futur parc porte le nom de l’un de nos concurrents », a déclaré à la blague M. Laflamme.

La mairesse Néron s’est réjouie du dénouement de ce dossier en affirmant que l’entente garantit la vocation publique du terrain et constitue aussi le début de la planification des lieux, le tout en complémentarité avec le travail effectué par la Corporation d’administration du site de la Consol (CASC), dont la présidente, Aline Lavoie, et le vice-président, François Gagné, étaient présents. Mme Néron a mentionné que le terrain fait partie de l’histoire de Port-Alfred qui a vu des générations de travailleurs se succéder de père en fils pour produire du papier. Selon la mairesse, le plan de match sera de se pencher sur la vocation du futur parc et recueillir les idées pour son aménagement.

Elle a aussi mentionné qu’avant de prendre possession du vaste terrain, la Ville a pris connaissance des études de caractérisation des sols susceptibles de contenir certains contaminants. « Nous avons obtenu les études de caractérisation du terrain et nous allons le développer en respect de sa caractérisation. Ça demeure un terrain qui est un ancien site industriel. Les aménagements seront réalisés pour éviter toute problématique de creusage liée à des choses qu’on ne veut pas rencontrer », a mentionné Mme Néron.

Elle a ajouté que l’arrondissement baieriverain dispose d’une enveloppe de 17 millions $ prévue au plan triennal d’investissement pour l’ensemble des projets de La Baie, une partie de cette enveloppe pouvant servir pour la conception du projet. 

Du côté de la CASC, la présidente Aline Lavoie s’est montrée satisfaite du dénouement du dossier puisque le travail entrepris avec la Ville ne permettait plus vraiment d’avancer tant qu’un transfert de propriété ne se concrétisait pas.