L'amphithéâtre + sur la glace

Le conseil de Saguenay fait une pause dans le projet d’implantation d’un nouvel amphithéâtre dans le centre-ville de Chicoutimi pour consacrer plutôt ses efforts vers une consultation axée sur l’offre de stationnement dans le secteur.

Cette décision a été prise lundi soir par le conseil en invoquant la situation financière de la Ville à la suite de l’adoption d’une nouvelle résolution qui n’avait pas été inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée.

Face à la contestation de la hausse de taxes, le conseil a décidé de prendre une nouvelle orientation en considérant également l’état de l’autogare du Havre et le besoin de stationnements dans le centre-ville.

C’est le président de l’arrondissement de Chicoutimi, Michel Tremblay qui a présenté la résolution en expliquant que le dossier de l’amphithéâtre n’était pas facile en raison du contexte économique. « On a décidé au niveau des élus de Chicoutimi qu’il faut qu’il se passe quelque chose sur la zone ferroviaire. »

La mairesse Josée Néron a mentionné que les élus souhaitent une consultation et que si une consultation indique que c’est un amphithéâtre qu’il faut, ce sera cette infrastructure qui sera construite. Selon elle, les élus partiront d’une page blanche.

Les élus de Saguenay ont mis sur la glace le projet de nouvel amphithéâtre sur la zone ferroviaire de Chicoutimi.

En point de presse, la mairesse Néron a clairement exprimé la nécessité de consulter les citoyens afin de déterminer ce qu’ils désirent voir réaliser sur la zone ferroviaire. Elle a rappelé que Saguenay est aux prises avec une autogare qui arrive en fin de vie utile tandis que le Centre Georges-Vézina cumule déjà 70 années de service. Interrogée afin de savoir si le changement de cap ne visait pas à calmer la grogne parmi les citoyens, Mme Néron a refusé cette interprétation en réitérant que le conseil souhaite redémarrer les discussions à partir d’une page blanche en dépit de la présentation à grand déploiement qu’elle avait faite devant la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-le Fjord. La nouvelle consultation devrait permettre aux citoyens de s’approprier le projet quel qu’il soit.

La présentation de cette résolution imprévue a fait la joie des nombreux citoyens présents déjà survoltés à la salle Pierrette-Gaudreault.

Lors de la période de questions du public, un citoyen a remercié les conseillers de l’arrondissement de Jonquière pour le travail d’opposition au projet en raison de l’importante dette de la ville.

Interrogée afin de savoir si le changement de cap ne visait pas à calmer la grogne parmi les citoyens, la mairesse Josée Néron a refusé cette interprétation.

Autres sujets

Parmi les autres sujets abordés, le conseil a donné son appui à la pétition présentée lundi par le député péquiste Sylvain Gaudreault et le comité de citoyens regroupant les usagers de la Société de transport de Saguenay (STS) afin d’obtenir du financement supplémentaire de Québec.

Le conseil a autorisé une modification au plan d’urbanisme afin de permettre l’implantation d’une superclinique dans le cadre du projet L’Axe sur la propriété de Gestion immobilière Perron à l’intersection des boulevards Talbot et du Royaume. L’entreprise a déjà fait part publiquement de son intention de développer dans le secteur un nouveau pôle commercial d’importance qui impliquerait un investissement global de 55 M$.

Les entreprises Yvon-Marie Bergeron inc. souhaitent l’implantation d’un nouveau bâtiment commercial à l’intersection du boulevard Harvey et de la rue Saint-Rémi à Jonquière sur l’ancien terrain occupé autrefois par Pièces d’auto Laurentien. Un nouveau restaurant rapide pourrait prendre place.

Les élus membres de la Commission de l’aménagement du territoire ont refusé une demande de Nutrinor qui a signifié son intention d’apposer une enseigne publicitaire à l’extérieur du Centre Georges-Vézina.