Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Lamarche veut miser sur le tourisme pour se développer.
Lamarche veut miser sur le tourisme pour se développer.

Lamarche: une coopérative pour stimuler le tourisme

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Après quelques années à développer un plan touristique pour la municipalité, Lamarche se tourne finalement vers une coopérative afin de relancer ce secteur d’activité. L’organisme, qui en est à finaliser son incorporation, devrait officiellement voir le jour d’ici quelques semaines.

Formé de différents acteurs du milieu touristique, ce regroupement du domaine privé a d’abord été approché par la mairesse Lise Garon afin de reprendre en main les démarches amorcées par la municipalité il y a quelques années.

« J’ai pris l’initiative afin que tout ça aille de l’avant et que nous puissions poser des gestes concrets. Une fois la coopérative incorporée, les acteurs intéressés ainsi que les membres éventuels vont se réunir afin d’évaluer ce que nous voulons pour le tourisme à Lamarche. Nous espérons que ça profite au plus de gens possible, et que ça crée un engouement pour notre avenir économique », explique Éric Lessard, le responsable du regroupement et guide de pêche professionnel.

La nature au coeur du développement

L’objectif de la coopérative est simple: mettre en valeur les plus grands atouts de la municipalité, soit la nature qui l’entoure, ainsi que la proximité du lac Tchitogama et de la rivière Péribonka. De nombreuses idées ont d’ailleurs été évoquées par le passé: tours d’hydravions, balades sur le lac, excursions guidées, etc. Éric Lessard croit d’ailleurs que d’anciens projets pourraient être réactivés.

« Il y a déjà plusieurs soumissions qui avaient été faites par le passé, mais de la façon dont c’était envisagé, ça ne fonctionnait pas pour eux. Avec la nouvelle vision de la coopérative, ces gens-là se sentent beaucoup plus concernés. »

Geneviève Raymond et Éric Lessard travaillent tous deux à lancer la coopérative touristique.

Le développement de l’industrie de la motoneige, déjà bien installée dans le secteur, fait bien sûr partie des plans de la coopérative. Mais celle-ci vise aussi d’établir un tourisme quatre saisons, en acquérant une clientèle de l’extérieur.

« Nous voulons établir des standards de qualité internationale pour ce que nous avons à offrir. Nous ne sommes pas obligés d’avoir une centaine de projets, mais si nous réussissons à en mettre trois ou quatre sur pied, et que c’est bien fait et professionnel, nous allons pouvoir viser des clientèles aux États-Unis ou en Europe », projette le responsable du regroupement.

Pour les vrais amateurs de pêche

Le corridor du lac Tchitogama et de la rivière Péribonka fait aussi de plus en plus d’adeptes parmi les pêcheurs. Éric Lessard avoue d’ailleurs avoir fait beaucoup d’efforts pour le promouvoir, même s’il admet qu’il ne s’agit pas nécessairement d’un plan d’eau qui se prête à tous. « Le territoire est très grand. Il faut vraiment connaître le poisson et ses déplacements pour être capable de le trouver et de le faire mordre. »

Afin de pousser plus loin sa passion, celui qui est guide de pêche pour la plateforme Fishing Spot, ainsi que collaborateur au magazine Aventure chasse et pêche, travaille d’ailleurs à établir à Lamarche une académie de pêche qui opérerait tout au long de l’année.

« Ça fait des années que je structure ce projet-là et je veux le faire ici. Nous avons le plan d’eau et le bassin de clientèle pour le faire, et même attirer des gens de l’extérieur. De plus en plus, les jeunes aussi s’intéressent à la pêche, nous pourrions y faire des ateliers scolaires ou des camps de vacances », raconte le guide.

Le lac Tchitogama attire, en été, de nombreux amateurs de pêche.

Quant à la mairesse de Lamarche, Lise Garon, celle-ci aussi voit grand pour l’avenir de sa municipalité. « Tout est possible! Nous avons le potentiel pour attirer des dizaines de milliers de touristes », affirme-t-elle. Bien que la municipalité ne soit pas partie prenante du développement de la coopérative, Mme Garon assure toutefois que celle-ci apportera tout le soutien possible à l’organisation.