Le conseil de Lamarche compte cinq nouveaux élus, dont la mairesse Lise Garon, qui dit vouloir faire la lumière sur les agissements de l’ancienne administration municipale.

Lamarche n'a plus d'employés administratifs

La municipalité de Lamarche n’a plus aucun employé administratif. Ce sont les nouveaux élus en place qui répondent au téléphone ou s’occupent de certaines opérations courantes. Et l’absence d’une direction générale paralyse le conseil qui ne peut, légalement, prendre de décision importante pour la municipalité.

Après les élections, les échevins et la mairesse ont suspendu la directrice générale, Fabienne Girard, en raison de « rumeurs » de malhonnêteté. La secrétaire adjointe a participé à l’intérim, mais elle est aujourd’hui en congé maladie. Un nouveau directeur général a été nommé il y a un peu plus d’une semaine, mais il a démissionné vendredi, quatre jours après son arrivée à la tête de Lamarche. Le responsable de l’urbanisme aurait aussi quitté ses fonctions. 

Le Quotidien s’est rendu, mardi, aux bureaux de la municipalité qui a récemment fait l’objet d’une tutelle. Trois élus occupaient l’espace administratif. La mairesse, qui avait une rencontre à la mairie, a préféré ne pas commenter la situation pour le moment. 

La directrice générale a été suspendue, précisons-le, avec solde. Les élus ont voté pour la tenue d’une enquête indépendante pour faire la lumière sur ces « rumeurs ». La mairesse n’a jamais voulu s’étendre sur les allégations concernant l’ancienne administration municipale. 

Trois semaines après la suspension de Fabienne Girard, aucune enquête ou vérification n’a encore été lancée, car les élus ne pourraient prendre une telle décision sans direction générale. Mme Girard, qui reçoit son plein salaire, doit donc demeurer chez elle.

Une séance illégale ?

Vendredi dernier, les élus ont tenu leur séance publique. Plus de 100 personnes ont assisté à la rencontre. Il n’y avait cependant aucun employé de la municipalité pour accompagner le conseil dans cette séance. 

Les décisions qui ont été prises n’auraient aucune force de loi et devront être prises à nouveau lorsqu’il y aura une direction générale. 

Joint hier, le représentant du ministère des Affaires municipales n’a pas été en mesure de confirmer si une municipalité peut prendre des décisions, malgré l’absence d’un directeur général, et si elle doit prendre des mesures particulières pour éviter de paralyser les services. 

Des candidats à rencontrer

Aux dires des élus rencontrés, la situation pourrait rentrer dans l’ordre au cours des prochains jours. Ils devaient rencontrer des candidats potentiels, mardi après-midi, pour occuper ce poste. 

Le conseil a également décidé, vendredi dernier, de ne pas renouveler la fête de fin d’année qui se déroule dans le village depuis quelques années. Pour le moment, la priorité de la mairesse demeure l’enquête portant sur la directrice générale et la vérification des finances. Le conseil a demandé de l’aide à la Fédération québécoise des municipalités et fera appel à une firme lorsqu’il aura le pouvoir de le faire.