Laiterie de La Baie: la crème glacée aux bananes, un succès

Une folie furieuse s’est emparée de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans les deux dernières semaines. Les épiceries ont été envahies de gens cherchant la crème glacée Festin de la Laiterie de La Baie. Ils cherchaient plus précisément la plus récente saveur mise sur le marché, la crème glacée aux bananes.

«On a fait la première livraison il y a 15 jours et depuis on ne fournit tout simplement pas», explique le directeur de la mise en marché de la Laiterie de La Baie, Normand Duperré. Déjà, 8000 pots de crème glacée aux bananes ont été livrés dans plusieurs épiceries et marchés de la région et la demande est encore aussi forte. La saveur est une nouveauté pour les particuliers, mais pas pour les commerçants, car la Laiterie de La Baie faisait déjà de la crème glacée aux bananes, mais seulement dans un format destiné aux commerces comme les bars laitiers. 

Ce qui est spectaculaire avec cette crème glacée, c’est qu’il y a environ une quinzaine d’années, la compagnie avait essayé de la mettre en marché. «On avait fait des pots de deux litres pour les vendre en épicerie et ça ne se vendait pas du tout. On a même dû en jeter à l’époque. Maintenant, c’est tout le contraire!», raconte avec un sourire Normand Duperré. 

L’idée de mettre en marché des pots de crème glacée aux bananes de deux litres émane de deux collègues au contrôle de la qualité. Vicky Lapointe et Marie-Ève Turgeon ont fini par convaincre leur patron. «Ça fait quelques années déjà qu’on veut la mettre en marché pour les particuliers», explique Marie-Ève Turgeon. 

«On a préparé notre plan, nous sommes arrivées avec les prix et les coûts que ça engendrait. On a finalement obtenu le OK pour commander les couvercles et la suite est connue», ajoute sa collègue, Vicky Lapointe. 

La demande est tellement forte que lorsque la journaliste du Progrès a fait le tour des épiciers du Saguenay, aucun n’avait le fameux pot en stock. « J’ai placé les derniers il y a quelques heures; on en a reçu ce matin et déjà, c’est parti ! », nous a répondu un commis. 

La Laiterie le sait et est prête à réagir. « Je n’ai pas eu le choix d’en refaire vendredi matin ! Je pensais que la production de mercredi allait suffire pour quatre ou cinq jours, mais elle a disparu des tablettes en 24 heures ! », ajoute M. Duperré. 

Il est l’un des quatre propriétaires de La Laiterie qui soufflera ses 100 bougies l’an prochain. « C’est une grosse année, mais c’est vraiment plaisant de voir que même après 100 ans, on grandit encore.» 

Partout au Québec

C’est d’autant plus gros, puisqu’il y a trois semaines, la crème glacée Festin a commencé à être distribuée dans 111 épiceries Maxi partout au Québec. « C’est une très grande fierté de faire voyager notre crème glacée comme ça, nous avons un superbe produit entre les mains, fait avec de la véritable crème. Mais fournir autant, c’est un beau défi ! », mentionne M. Duperré. Après trois générations de propriétaires dans la famille Duperré, la Laiterie de La Baie est l’une des dernières laiteries de proximité au Québec. La région est cependant bien chanceuse, puisqu’elle en a deux sur son territoire, celle de la Baie et Nutrinor, à Alma. 

Normand Duperré, l’un des quatre propriétaires de la Laiterie de La Baie, est accompagné des deux instigatrices de la mise en marché du nouveau produit, Marie-Ève Turgeon et Vicky Lapointe.
La Laiterie de La Baie est victime de son succès. Leur nouveau produit, la crème glacée à saveur de banane, est pratiquement introuvable en épicerie.

Pas pour les frileux!

À La Baie, c’est trois fois par semaine que l’on fait de la crème glacée: le lundi, le mercredi et le vendredi. Vêtus d’un sarrau et la tête couverte d’un filet à cheveux, nous avons pu visiter leurs installations vendredi matin alors qu’ils étaient en pleine production de crème glacée à la banane. « C’est un processus qui prend quand même plusieurs heures », explique la responsable au contrôle qualité et une des instigatrices du projet banane, Vicky Lapointe.

La production commence avec le mélange des ingrédients de base; la crème et le sucre dans un réservoir. « On crée avec ce mélange une crème glacée nature, sans saveur particulière », explique-t-elle. La crème glacée est par la suite transférée dans un autre réservoir où la saveur est ajoutée. « Aujourd’hui, on fait celle à la banane. Ce n’était pas prévu, mais la demande est trop forte », ajoute Mme Lapointe. Dans ce réservoir, le mélange est maintenu à environ 4°C. Il sera ensuite refroidi pour atteindre -7°C à la sortie du canon à crème glacée. « Ça ressemble à une machine à crème glacée comme dans les bars laitiers, mais format géant », explique la jeune femme. 

Les pots sont remplis de crème glacée par les employés de la production, pour ensuite être fermés, et la date de péremption est imprimée sur le pot. « Ça peut prendre jusqu’à trois jours avant que la recette de crème glacée prenne le chemin des épiceries », estime Mme Lapointe. Les pots sont ensuite mis en boîte et placés au congélateur où ils devront y rester pour les 24 prochaines heures. « On essaie de les livrer quand ils ont descendu jusqu’à -18°C. Le mieux, ça serait un peu plus bas, mais à cette température-là c’est correct », explique la responsable du contrôle de la qualité. 

La Laiterie de La Baie effectue deux livraisons par semaine selon les besoins des épiciers. « Avec le boum de la banane, je n’ai eu d’autre choix que de rapetisser les commandes. Certaines épiceries voulaient 25 caisses, j’en avais trois à leur donner, explique Normand Duperré. Mais c’est bien. On a un bon produit et on essaie de le faire goûter à plus de gens possibles. » 

Pour goûter à cette fameuse crème glacée aux bananes, il vous faudra peut-être faire quelques épiceries et jouer de chance, mais selon les employés de la Laiterie, l’attente vaut la peine. « C’est ce pour quoi on a commencé le projet. On se faisait des pots pour nous et nos familles élargies se sont mises à nous en demander plus. C’est là qu’on s’est dit pourquoi pas ? », résume Vicky Lapointe.