Andrée Laforest a été élue députée de Chicoutimi, le 1er octobre, puis a été nommée ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

L’agenda garni d’Andrée Laforest

Les 100 premiers jours au pouvoir de la députée et ministre caquiste Andrée Laforest se sont déroulés sous le signe de l’apprentissage et du travail. L’entrepreneuriat, le travail en région et les suivis citoyens restent ses grandes motivations. L’année à venir s’annonce tout aussi chargée pour celle qui apprivoise de nouvelles fonctions politiques depuis trois mois.

La principale intéressée confie avoir beaucoup travaillé puisque la fonction ministérielle l’oblige à beaucoup d’études de dossier. Élue lors de l’élection générale québécoise du 1er octobre, elle assure être fin prête à amorcer le travail qui l’attend au courant de l’année 2019.

« Je suis contente. Je peux voir tout de suite, en trois mois, comment j’ai pu apporter des projets chez nous, comment j’ai pu rencontrer des citoyens. En fait, j’ai pu connaître c’est quoi la vie politique. Je suis vraiment heureuse de l’avoir fait. En siégeant avant les Fêtes, cela nous a donné une belle expérience de c’est quoi l’Assemblée nationale », a-t-elle exprimé, lors d’un bilan des 100 premiers jours de son mandat.

En plus de ses fonctions de députée de Chicoutimi, Andrée Laforest a également dû apprivoiser les responsabilités reliées à celle de ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, et de ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. « Je suis très heureuse et très contente d’avoir la confiance du chef, François Legault. C’est un beau poste, un poste-clé. C’est vraiment impressionnant. Il y a 1139 municipalités au Québec. Chaque municipalité a des règlements différents, il y a beaucoup d’études [à faire] », a-t-elle expliqué.

Force est d’admettre que les 100 premiers jours au pouvoir de la ministre Laforest ne se sont pas faits sans heurt. Sa position quant à la taxation des barrages hydro-électriques que possède Rio Tinto a fait réagir des élus de divers paliers politiques ainsi que de nombreux citoyens. Son refus de revoir le taux de taxation était une décision assumée. « Il faut comprendre que lorsque j’arrive avec une décision, une déclaration, l’équipe de Québec a passé dessus, on l’a étudiée. M. Legault a donné son mot. Je n’aurais pas la prétention de prendre une décision sur les barrages sans consulter mon chef », assure la députée de Chicoutimi.

D’ailleurs, elle rappelle l’importance de conserver les entreprises dans la région au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Mme Laforest appuie cela notamment par le désir de son chef de créer des emplois et de garder les entreprises au Québec.

Projets 2019

L’année à venir sera chargée et remplie de défis. « Je vais voir comment on peut faire avancer tous les grands projets (Métaux BlackRock, GNL Québec et Arianne Phosphate), considérant que l’environnement est l’enjeu essentiel de ces projets. Il faut que les citoyens voient que si on veut faire avancer les projets, c’est pour donner des emplois à notre région. Je les prendrai vraiment à cœur », explique-t-elle.

La réfection de certaines routes, dont celles d’Hébertville-Station et de L’Ascension-de-Notre-Seigneur, l’étude pour un deuxième pont à Chicoutimi et le pacte fiscal sont quelques-uns des projets qui seront suivis de près par la ministre Laforest.

Par ailleurs, celle-ci confie que deux annonces sont à prévoir dès la semaine prochaine pour le Saguenay, dont « un gros projet », sans en dire davantage.

Amphithéâtre 

Dans le dossier d’un nouvel amphithéâtre à Chicoutimi, pour lequel les opinions sont diamétralement opposées, Andrée Laforest assure qu’elle sera à l’écoute des citoyens. Elle assure avoir beaucoup discuté du dossier avec la mairesse de Saguenay, Josée Néron. « Le centre Georges-Vézina est désuet, le stationnement à étages aussi. Maintenant, à quel prix on va le faire ? C’est cela qu’il faut décider. Et il faut être logiques dans cette décision », fait valoir la députée de Chicoutimi.

D’ailleurs, une rencontre est prévue, mercredi en avant-midi, entre la mairesse de Saguenay et la députée de Chicoutimi. Ce sera l’occasion de faire le tour de tous les dossiers sur la table.