Samuel Taillon et Josée Bourassa expliquent que la mission de l'ADUQAC est de resserrer le lien des diplômés avec leur alma mater.

L'ADUQAC a sa raison d'être

PAGE UQAC / Le sentiment d'appartenance et la fierté d'avoir étudié à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) existent bel et bien, si l'on en croit la chargée de gestion, Josée Bourassa, et l'agent de liaison, Samuel Taillon, de l'Association des diplômés de l'UQAC (ADUQAC).
L'ADUQAC est une association qui représente tous ceux qui ont terminé un programme à l'UQAC, que ce soit un baccalauréat, une maîtrise, un doctorat ou un certificat. L'adhésion est gratuite, et dès que les personnes reçoivent leur diplôme, elles en sont membres à vie.
« La mission de l'ADUQAC est de resserrer le lien des diplômés avec leur alma mater, c'est-à-dire l'université à laquelle ils ont étudié. C'est pour ça qu'on crée des occasions de se retrouver et de coopérer, et qu'on met en avant le savoir-faire et les réussites des anciens étudiants », explique Samuel Taillon.
En tout, selon Samuel Taillon, l'ADUQAC représente 53 000 diplômés, qui se retrouvent un peu partout dans le monde.
« Récemment, on a créé un nouveau projet. On a envoyé des autocollants électrostatiques aux quatre coins de la planète, ce qui permet aux gens de dire qu'ils sont des diplômés de l'UQAC. On en avait entre 50 et 100, au départ. On pensait les passer en deux mois environ. En une heure et trente minutes, on avait tout passé, et au bout de la semaine, on avait environ 500 commandes de gens qui étaient intéressés », raconte-t-il.
« C'étaient des gens de France, de Colombie, du Brésil, entre autres, parce que l'UQAC a plusieurs programmes délocalisés. Ça nous a démontré que les gens étaient contents d'avoir étudié ici. Il y en a plusieurs qui ont reçu leur autocollant et qui se prenaient en photo et la mettait sur Internet », poursuit sa collègue.
Selon M. Taillon et Mme Bourassa, c'est une preuve que la fierté et l'amour que les gens ont envers l'UQAC ainsi que le fait d'y avoir étudié sont bel et bien présents. Il ne manquait qu'un petit élément pour que les gens se manifestent.
« On souhaite tout le temps que les gens aient ce sentiment d'appartenance. Mais on n'a pas vraiment de retour ou d'éléments pour nous le prouver. Alors, voir cette réponse, c'était très motivant. Ça prouve que ce qu'on fait a sa place », mentionne l'agent de liaison.
Revivre ses années d'université
L'ADUQAC organise des événements, comme les Grandes conférences (voir autre texte), le salon de l'emploi de l'université et la soirée des finissants, qui leur permet d'accueillir les nouveaux membres dans l'association. « On a la chance de faire revivre aux diplômés ce qu'ils ont peut-être vécu, les belles expériences qu'ils ont eues ici. C'est ça qu'on veut leur redonner. On veut également dire aux finissants que même s'ils terminent leurs études en avril, leur expérience n'est pas terminée », mentionne Josée Bourassa.
L'ADUQAC travaille également à construire une grande base de données rassemblant les contacts de tous les diplômés de l'université, pour continuer à maintenir ce sentiment d'appartenance, et permettre aux finissants de l'UQAC de le vivre ensemble. « Ça existe depuis 1988, alors on va fêter nos 30 ans l'année prochaine. Ça va être une grosse année ! », conclut Mme Bourassa.
Un rendez-vous le 18 avril
Dans le but de permettre aux anciens diplômés et aux finissants de cette année de se rencontrer et de partager un moment ensemble, l'Association des diplômés de l'UQAC (ADUCAQ) les invite à participer à la première édition des Grandes conférences, qui aura lieu le 18 avril.
« Les Grandes conférences ont vraiment été créées pour les diplômés et finissants. C'est une très belle occasion pour eux de se rencontrer », mentionne l'agent de liaison de l'ADUQAC, Samuel Taillon.
« Ce qui est bien avec l'idée d'inviter des finissants également, qui seront des nouveaux membres bientôt, c'est que ça permet aux diplômés de l'année dernière, d'il y a 10 ans ou 20 ans de discuter avec eux. C'est très bien pour le réseautage, les contacts ou les futurs emplois peut-être. Il n'y a que du positif ! », ajoute la chargée de gestion de l'ADUQAC, Josée Bourassa.
Pour cette première édition, les participants pourront entendre une conférence de Rémi Tremblay, un homme d'affaires et ancien finissant de l'UQAC en administration, qui a fondé la Maison des Leaders, endroit où il accompagne les patrons, les gestionnaires et leurs équipes. La conférence qu'il donnera aux diplômés s'intitule « Trouver le leader en vous ».
« Le défi des Grandes conférences est de trouver un sujet qui va intéresser des gens de tous programmes confondus. Avec Rémi Tremblay, je crois qu'on a frappé fort », estime M. Taillon.
L'activité se déroulera à l'hôtel Le Montagnais. La salle peut accueillir jusqu'à 500 personnes. Pour le moment, une centaine de diplômés ont déjà réservé leur place, ce qui représente l'objectif que Mme Bourassa et M. Taillon s'étaient fixé. Les billets sont vendus au coût de 25 $. Une dizaine de paires de billets ont également été distribuées aux finissants.
Les Grandes conférences seront tenues annuellement. Les organisateurs ont choisi ce genre d'activité puisqu'elle permet de prendre un moment pour s'arrêter et réfléchir sur une thématique. Par ailleurs, même si l'ADUQAC organise plusieurs autres événements pendant l'année, ces conférences sont les seules qui s'adressent spécifiquement aux diplômés et aux finissants de chaque cohorte et de chaque domaine.
« Nous sommes nouveaux à l'ADUQAC. C'est une nouvelle équipe. Quand on arrive dans un nouveau travail, on a envie de développer de nouvelles choses. Et l'ADUQAC a besoin d'être connue et de créer des activités pour ses membres », conclut Josée Bourassa.