L'actualité régionale express

Maison Jean-Eudes Bergeron: Québec donne 1,3 million $

(Laura Lévesque) – C’est au tour de Québec de confirmer officiellement son aide à la Maison Jean-Eudes Bergeron d’Alma, menacée de fermeture depuis un an. 

Le gouvernement accorde une aide de 1,3 million $ à l’Office municipal d’habitation d’Alma pour l’acquisition de cette résidence destinée aux personnes handicapées. Québec n’annonce toutefois aucun coup de main pour combler le déficit qui s’est creusé pendant les négociations entre le gouvernement, la coopérative et Alma.

La subvention prévoit que tous les résidants pourront bénéficier du programme Supplément au loyer, une mesure qui limitera le coût de leur loyer à 25 % de leur revenu. À ce montant, Alma ajoute un crédit de taxes indexable de 17 500 $ par année sur 35 ans.

« Pour une personne handicapée ayant besoin de services particuliers, un logement est bien plus qu’un simple toit. Pour elle, il s’agit surtout d’un cadre de vie sécuritaire, susceptible d’assurer son développement social et affectif. C’est pourquoi nous avons tout mis en œuvre pour que ces locataires puissent demeurer dans leur résidence. Je tiens à féliciter tous les partenaires qui ont permis la réalisation de ce projet », a exprimé par voie de communiqué le premier ministre Philippe Couillard.

Questionné sur la dette, qui frôle les 175 000 $, le cabinet du premier ministre demeure prudent. « Le CIUSSS analyse actuellement la demande », a répondu l’attaché de presse du premier ministre. Le gouvernement s’est engagé, rappelons-le, à combler les déficits pour deux mois, soit août et septembre derniers. La situation devait être réglée à l’automne, mais les négociations se sont poursuivies jusqu’en 2018.

La prison pour une 3e fraude

(Laura Lévesque) – Reconnu coupable de fraude pour une troisième fois, Daniel Simard écope d’une première peine de prison. 

L’Almatois dans la fin trentaine devra purger 90 jours de détention, de manière discontinue, pour avoir floué deux personnes en 2014. 

L’homme avait reçu un acompte totalisant 8600 $ pour l’achat de véhicules pour deux clients. Simard avait été mandaté pour en faire l’acquisition, en raison de la particularité des véhicules. Devant des délais interminables, les deux personnes ont demandé à être remboursées, ce que l’accusé a tardé à faire, inventant plusieurs excuses. Il a finalement fait des chèques aux clients, mais ils étaient sans provision. 

Avant de recevoir sa sentence, mercredi, au Palais de justice d’Alma, Daniel Simard et son avocat, Me André Villeneuve, ont assuré qu’un chèque serait déposé aux greffes avant la fin de la journée. Le chèque de 8600 $ sera versé aux victimes. 

Daniel Simard, qui se décrit comme un travailleur autonome, n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. Il y a plusieurs années, il a plaidé coupable à une accusation de fraude. Il a entièrement remboursé ce qu’il devait, lui évitant une peine de détention ou des travaux communautaires. À la deuxième offense, toutefois, l’Almatois a obtenu une sentence de travaux communautaires. 

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, Simard avait des problèmes de jeu compulsif. Depuis son crime, l’homme aurait complété une thérapie pour régler sa dépendance. 

Sylvain Gaudreault candidat

(Pascal Girard) – Sans surprise, le député Sylvain Gaudreault sera de nouveau candidat dans Jonquière lors de la prochaine élection provinciale. Au terme de la période de mise en candidature ouverte par l’association des membres du Parti québécois dans Jonquière, l’actuel député a été la seule personne à se manifester. La candidature du député sera officialisée lors d’une assemblée d’investiture qui aura lieu vendredi dès 18 h au Delta Saguenay. Pour l’occasion, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, sera de passage pour venir appuyer son député et prononcera une allocution.

Réal Thivierge poursuivi également

(Pascal Girard) – Selon TVA, le notaire Samuel Blais, impliqué dans la saga de la Pourvoirie des Laurentides, aurait déposé une poursuite de 175 000 $ contre Réal Thivierge, l’ancien propriétaire de la pourvoirie. Ce dernier, originaire de Saint-Félicien, accusait le notaire Blais, de Dolbeau-Mistassini, d’avoir retiré des garanties de l’acte de vente lorsqu’il a vendu sa propriété pour 900 000 $ à Maxime de Varennes en avril 2015. Le notaire dit être en arrêt de travail depuis le 30 avril 2016 en raison des allégations de M. Thivierge. La récente poursuite est en fait une contre-poursuite, car Réal Thivierge avait intenté une poursuite de 1 M$ contre M. de Varennes et Me Blais. Il est possible que les deux causes soient débattues en même temps, a estimé l’avocat de Maxime de Varennes à TVA. Il a aussi avancé que la poursuite pourrait être majorée. 

Salaire minimum à 15 $: positif selon l’IRIS

(Anne-Marie Gravel) – Un salaire minimum à 15 $ engendrerait des retombées économiques positives pour l’ensemble des régions du Québec. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’augmentation de la masse salariale serait de l’ordre de 76 à 116 millions $ selon les différents scénarios évalués, une hausse qui profiterait particulièrement aux femmes. 

Quelques jours avant de voir le salaire minimum passer à 12 $ de l’heure, l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) publie une nouvelle fiche socioéconomique qui évalue les impacts économiques régionaux d’une hausse du salaire minimum à 15 $.

L’étude conclue que les retombées positives qui consistent en l’augmentation de la masse salariale des travailleurs à bas salaires sont de neuf à 11 fois supérieures à l’effet des pertes d’emplois appréhendées pour l’ensemble du Québec. Les retombées économiques pour l’ensemble de la province atteindraient de 2,2 à 3,4 milliards de dollars.

« Les retombées économiques dues à l’augmentation du salaire minimum à 15 $/h sont extrêmement bénéfiques pour chaque région du Québec, même en tenant compte des faibles pertes d’emplois anticipées », affirme l’économiste Pierre-Antoine Harvey, l’un des auteurs de la fiche. 

Dans la région, l’augmentation de la masse salariale est évaluée à 76 M$ sans effet d’émulation et à 116 M$ avec effet d’émulation. L’effet d’émulation représente l’impact d’une hausse du salaire minimum sur la rémunération des personnes dont le taux horaire se situe juste au-dessus du nouveau salaire minimum. 

Par ailleurs, c’est au Saguenay-Lac-Saint-Jean que les retombées seraient les plus favorables aux femmes qui récolteraient 59,5 % de l’augmentation de la masse salariale. 

Pires routes du Québec: la population invitée à se prononcer

(Anne-Marie Gravel) – Pour une quatrième année consécutive, CAA-Québec donne la parole aux usagers de la route en les invitant à voter pour les pires routes de la province. 

Le public est invité à se rendre au piresroutes.com afin d’identifier des routes en piteux état au cours du prochain mois. Un palmarès des artères ayant reçu le plus de votes sera ensuite publié. 

CAA-Québec communiquera avec les responsables de chacune des routes sélectionnées afin de connaître leurs intentions. Selon l’organisme à but non lucratif, par le passé, plusieurs ont ensuite été réparées. 

« On est très fier de donner le coup d’envoi à l’initiative, d’abord parce que c’est un succès de foule et parce que les usagers du réseau ont droit de s’attendre à mieux. Pas moins de 25 000 votes ont été enregistrés lors des trois dernières années ! C’est une occasion unique qu’on offre aux gens de s’exprimer et de livrer un message très clair aux autorités : on veut un réseau routier efficace, sécuritaire… et voici où il reste du travail à faire », résume Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec. 

Cette année, CAA-Québec remettra 25 cents par vote, jusqu’à concurrence de 3500 $, à sa Fondation en sécurité routière. 

La somme servira au développement des brigades scolaires, un programme qui touche des milliers de jeunes du primaire annuellement.

Selon les données de CAA, 30 % des automobilistes québécois ont dû faire réparer leur véhicule après avoir roulé dans un nid-de-poule au cours des cinq dernières années. Le coût d’une réparation se situe en moyenne entre 100 et 500 $.

Au Canada, CAA affirme que la somme des dommages annuels enregistrés s’élève à 1,4 milliard $. 

CAA-Québec souligne que selon les chiffres du Conseil du Trésor, la moitié des routes sont en « mauvais » ou en « très mauvais » état. 

Selon l’actualisation effectuée en 2016 par CAA-Québec des données du ministère des Transports de l’Ontario datant de 1996, il coûte 250 fois plus cher de refaire une route, après 15 ans, que de réaliser un entretien préventif assidu.

« C’est pire ou c’est mieux qu’avant ? Peu importe, les besoins sont encore énormes et le demeureront. C’est simple, l’entretien du réseau routier doit demeurer une priorité », affirme Sophie Gagnon, de CAA-Québec.

Une formation en prévention du suicide

(Anne-Marie Gravel) – Le Centre de prévention du suicide 02 a offert une formation de quatre heures à des intervenants jeunesse qui oeuvrent principalement en maison des jeunes à Saguenay. Une douzaine d’intervenants ont pu être formés grâce à des fonds amassés spécifiquement pour la prévention du suicide chez les jeunes grâce à une initiative citoyenne. Un second groupe d’intervenants jeunesse sera formé au Lac-Saint-Jean d’ici quelques jours. Le DVD Agir avant, agir à temps, un outil d’intervention, est également offert gratuitement. Christine Gagnon, instigatrice de la collecte de fonds, est passée saluer les intervenants lors de la formation. Le Centre de prévention du suicide rappelle que toute personne qui a besoin d’aide peut téléphoner au 1-866-APPELLE (277-3553) 24 heures sur 24.

Petit pont résistant

Cinq étudiants de Technologie du génie civil du Cégep de Chicoutimi se sont illustrés le 21 avril à une compétition de génie à l’université de Sherbrooke qui consistait à réaliser un pont en bâtons de Popsicle. Celui-ci a supporté une charge de 2 436 lb, ce qui a permis aux représentants du collège d’obtenir la deuxième position parmi les 13 équipes inscrites dans la catégorie collégiale. En plus de s’initier aux sciences et aux technologies, les participants courent la chance de gagner un total de 2600 $ en bourse. Sur la photo, on voit les membres de l’équipe composée de Samuel Côté, Patrick Lamontagne, Francis Sauvageau, Denis Simard et Yannick Lapointe.