Les équipes de plongeurs et de sauveteurs de la Sûreté du Québec ont déplacé leur travail sur la rivière Grande-Décharge dans le secteur de Saint-Coeur-de-Marie.
Les équipes de plongeurs et de sauveteurs de la Sûreté du Québec ont déplacé leur travail sur la rivière Grande-Décharge dans le secteur de Saint-Coeur-de-Marie.

Lac Saint-Jean: les recherches reprendront dimanche

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Les recherches visant à retrouver les quatre motoneigistes français disparus, depuis mardi soir, sur les eaux du lac Saint-Jean dans le secteur de Saint-Henri-de-Taillon n’ont rien donné, samedi. Les conditions météorologiques ont compliqué, samedi, le travail de la trentaine d’agents de la Sûreté du Québec. Les recherches aériennes, terrestres et nautiques reprendront dimanche matin soit plus de quatre jours après le drame.

La zone de recherche a été déplacée dans le secteur de Saint-Coeur-de-Marie après que le corps de Gilles Claude ait été retrouvé, vendredi midi, alors qu’il flottait sur la rivière Grande Décharge soit à deux kilomètres du site initial de recherche. La zone de recherche est qualifiée de colossale par le porte-parole de la Sûreté du Québec, le sergent Hugues Beaulieu, atteignant ainsi une dizaine de kilomètres. 

L’important déploiement comprenait, pour une autre journée, l’hélicoptère de la Sûreté du Québec, des motoneiges ainsi que des embarcations nautiques. Le corps policier utilisait, depuis quelques jours, trois bateaux pneumatiques, un nombre qui a été augmenté samedi afin de maximiser la surveillance à la surface de l’eau.  

Quatre motoneigistes français manquent toujours à l’appel depuis, mardi soir. Le guide montréalais a été retrouvé le soir de l’accident alors que le corps de Gilles Claude été repêché, vendredi midi.

Les conditions météorologiques ont compliqué le travail des équipes de plongeurs et de sauveteurs de la Sûreté du Québec. La température s’est grandement refroidie dans la nuit de vendredi à samedi alors que le brouillard était au rendez-vous samedi matin. Une couche de glace s’est formée sur les eaux s’ajoutant aux conditions difficiles de recherche.

Le porte-parole de la Sûreté du Québec explique que ces conditions ont retardé le début de certaines opérations, affecté le fonctionnement des embarcations en plus de réduire le temps de travail des plongeurs.  

La zone de recherche s’étend maintenant sur une dizaine de kilomètres. Le corps d’un des touristes a été repêché à deux kilomètres du site initial de recherche.

Rappelons que Yan Thierry, 24 ans, Jean-René Dumoulin, 24 ans, Julien Benoît, 34 ans et Arnaud Antoine, 25 ans n’ont pas été revu depuis mardi soir, lorsque le groupe de huit motoneigistes français accompagné d’un guide québécois ont quitté les sentiers balisés pour traverser le lac Saint-Jean. 

Des sacs contenant des effets personnels dont des vêtements ont été repêchés alors que deux motoneiges ont été localisées mercredi et quatre autres, jeudi. Une dernière motoneige n’a pas encore été repérée.