Lac Otis: une cause naturelle explique la mort de dizaines d’éperlans

Les dizaines d’éperlans retrouvés inertes aux abords du lac Otis sont morts d’une cause naturelle. Le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages a complété ses analyses et tout porte à croire qu’une période de frai difficile en partie causée par un printemps froid serait à l’origine de la situation.

Amélie Bérubé, biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, confirme que les spécimens analysés, tous d’âge adulte, n’étaient pas atteints d’une quelconque maladie. «Il n’y a aucune évidence de maladie infectieuse, assure-t-elle. C’est une bonne nouvelle.»  

Tous les éperlans acheminés au Centre québécois sur la santé des animaux sauvages étaient toutefois en période postfrai. 

«L’hypothèse d’une mortalité due à un épuisement suite à la période de frai, une période souvent difficile pour les poissons, est celle retenue. On a connu un printemps atypique qui pourrait expliquer les mortalités. L’eau est demeurée plus froide plus longtemps ce printemps. Si l’eau est plus froide, le système immunitaire des poissons est en dormance ou au ralenti.» 

Des champignons ont été découverts sur certains spécimens. «Au cours de la période de frai, il y a beaucoup de frottements entre les poissons, ce qui peut affecter la couche de mucus qui leur sert de protection. Les champignons peuvent alors se propager plus rapidement. » 

La biologiste ne s’inquiète pas pour la population d’éperlans du lac Otis. 

«La situation ne perdurera pas dans le temps. Si les conditions sont normales au prochain printemps, il n’y aura aucun problème. Une seule année comme celle-là ne sera pas néfaste pour l’espèce dans le lac Otis.»   

Élections 2019

Discours en 2005 sur le mariage gai : toujours pas d'excuses de Scheer

SAINT-JEAN, N.-B. — Au moment où son rival libéral multiplie les actes de contrition pour se faire pardonner les «blackfaces» de son passé, le chef conservateur refuse de s'excuser pour un discours passé que la communauté LGBTQ juge offensant.

Pour la deuxième journée consécutive, Andrew Scheer a préféré contourner la question lorsqu'on lui a demandé pourquoi il ne s'était toujours pas excusé pour un discours fait en chambre en 2005.

Dans ce discours, tenu pendant le débat sur le projet de loi autorisant le mariage des conjoints de même sexe, M. Scheer, alors simple député, âgé de 25 ans, a offert une série d'arguments. Parmi ceux-ci, il a déclaré que de demander combien de pattes auraient un chien si on comptait sa queue comme une patte ne fait pas de sa queue une patte. Il en a alors conclu que d'adopter le projet de loi serait comme forcer les Canadiens à appeler une queue une patte.

Vendredi matin, à son premier arrêt de campagne de la journée, M. Scheer n'a pas offert d'excuses. Il s'en est tenu à dire qu'il avait déjà réagi à cette affaire.

Il y a un mois, les libéraux ont déterré la vidéo du discours aux Communes de M. Scheer pour l'embarrasser. Vendredi matin, le chef conservateur disait que le sujet du jour était plutôt les excuses de Justin Trudeau.

Par ailleurs, M. Scheer a promis de dépenser 1,5 milliard $ dans un premier mandat conservateur pour mieux équiper les hôpitaux des provinces en appareils d'imagerie par résonnance magnétique (IRM) et d'appareils de tomodensitométrie (TDM).

Actualités

Importante saisie de stupéfiants à Chicoutimi

La police de Saguenay a mis la main sur une importante quantité de stupéfiants lors d’une saisie menée dans une résidence privée de Chicoutimi jeudi après-midi.

Une femme de 37 ans qui se trouvait dans la demeure située sur la rue du Canal a été arrêtée puis libérée sous promesse de comparaître. 

Les policiers ont ainsi saisi 21 livres de cannabis illégal, 19 734 $ en argent, 206 grammes de Wax, un litre d’huile de haschisch et 300 comprimés de drogue de synthèse. 

Les enquêteurs ont eu la puce à l’oreille grâce à des informations fournies par Postes Canada, qui avait mis la main sur un paquet contenant du cannabis illégal destiné à cette adresse. 

Actualités

Une campagne vachement bien faite

Près de 140 personnes ont pu assister en primeur, jeudi soir, à la projection intégrale de la nouvelle campagne de publicité des producteurs de lait du Québec, sous le thème d’un « télaitroman », sur les terres du producteur de La Baie, Daniel Gobeil.

L’événement, qui se tenait en simultané sur 14 fermes laitières de la province, a été l’occasion pour plusieurs producteurs et partenaires régionaux de découvrir ce concept publicitaire à grand déploiement de 16 épisodes qui met notamment en vedette les comédiens Paul Houde, Sonia Vachon, Émilie Bibeau, Fabien Cloutier et Julien Poulin, en plus d’une dizaine d’autres personnages interprétés par des artistes très connus du showbiz québécois.

Actualités

Opération de la SQ contre la distraction au volant

Une opération de sensibilisation aux dangers liés à la distraction au volant sera menée, du 20 au 26 septembre, partout à travers la province. L’ensemble des services de police du Québec, en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et Contrôle routier Québec (CRQ), s’uniront pour cette opération concertée nommée Distraction 2019. De nombreuses opérations policières seront menées afin d’intervenir auprès des conducteurs distraits par l’utilisation du cellulaire, d’un appareil électronique portatif ou d’un écran d’affichage.

L’opération se déroulera sous le thème « Si vous conduisez, laissez votre cellulaire de côté ! » puisque même s’il existe plusieurs sortes de distractions, l’usage du téléphone cellulaire en demeure la principale source. La distraction au volant augmente grandement les risques de commettre d’autres infractions et d’être impliqué dans un accident puisque le conducteur quitte la route des yeux. La distraction au volant est l’une des principales causes de collisions mortelles ou causant des blessures graves au Québec.

Actualités

Le projet Zéro gazon inauguré à l'école Saint-Pierre d'Alma

C’était jour de fête, mercredi, à l’école Saint-Pierre d’Alma. Parents, élèves ainsi que membres du personnel, de la direction et du conseil d’établissement s’étaient donné rendez-vous afin d’inaugurer la nouvelle cour d’école Zéro gazon réalisée grâce à l’implication citoyenne. Le projet de végétalisation unique au Québec représente un investissement total de 125 000 $ en dons monétaires, en biens et en équipements en plus de l’implication de plus de 400 personnes bénévoles.

Le problème de grande chaleur qui incommodait autant les élèves que les enseignants est à l’origine de l’idée de « cour d’école du futur » imaginée par l’enseignante en anglais intensif, Marie-Christine Fortin.

Actualités

L’AEPC veut faire partie de la solution

L’Association des établissements privés conventionnés (AEPC) souhaite faire partie de la solution dans l’hébergement des aînés en perte d’autonomie. Elle a amorcé une tournée des régions du Québec afin de faire connaître son modèle à la population et aux membres du gouvernement alors que François Legault a promis la création de plusieurs maisons des aînés au cours de son premier mandat.

L’AEPC était de passage au Foyer Saint-François de Chicoutimi, jeudi, seul établissement du genre de la région, dans le cadre d’une tournée québécoise qui vise à faire connaître ses services. L’association souhaite mieux faire connaître les avantages du modèle privé conventionné pour l’hébergement des aînés et des personnes vulnérables.

Actualités

Zone boréale s’allie à des distributeurs

Les produits alimentaires en provenance du Saguenay-Lac-Saint-Jean occuperont une place de choix dans les catalogues de deux distributeurs d’importance. Une entente de partenariat a été signée avec les entreprises Eugène Allard et Services alimentaires Gordon.

Jeudi, la Table agroalimentaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, gestionnaire de la Zone boréale, a annoncé la création de la déclinaison Distributeurs/Zone boréale visant à permettre une meilleure exposition des denrées provenant des producteurs de petits fruits, des transformateurs, des fromagers, etc. de tous les recoins de la région. L’objectif est d’avoir la chance de se tailler une plus grande place auprès des consommateurs avec l’amélioration du réseau de distribution.

Actualités

La Maison de soins palliatifs inaugurée

Près d’une année après son ouverture, la Maison de soins palliatifs du Saguenay a été inaugurée, jeudi, en présence de nombreux acteurs ayant largement contribué à la réalisation de ce projet de 5,2 millions $.

Érigée au 1845 rue Deschênes, à Arvida, derrière le Centre d’hébergement Des Chênes, la nouvelle Maison de soins palliatifs compte une douzaine de chambres afin de desservir la population du Saguenay et de la MRC du Fjord-du-Saguenay. Depuis son ouverture, 193 personnes ont séjourné entre les murs du nouvel établissement pour y recevoir des soins dispensés par la trentaine d’employés syndiqués.

Actualités

Des immigrants pour sauver la formation professionnelle

Les commissions scolaires du Pays-des-Bleuets et du Lac-Saint-Jean investissent 100 000 $ dans le but de recruter de la clientèle internationale pour les formations professionnelles. L’objectif : attirer 80 étudiants d’ici quatre ans pour combler les besoins de main-d’œuvre dans la région et pour augmenter la clientèle, qui a chuté de 43 % depuis cinq ans.

« Avec la baisse de clientèle que l’on a vécue, la capacité d’accueil est là, soutient Frédéric Morin, coordonnateur des services aux entreprises à la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean (CSLSJ). Sur le plan des statistiques, on veut surtout regarnir des programmes qui ne partent pas. »

Actualités

Tuée par une chute et non la morphine

La Baieriveraine Alma Mailloux n’est pas décédée à 106 ans d’une surdose de morphine entraînant une dépression respiratoire fatale, mais plutôt de complications aiguës découlant d’une chute de sa hauteur survenue à son centre d’hébergement. En raison de son grand âge, il s’agit d’un décès accidentel.

Le bureau du coroner du Québec a fait parvenir au journal Le Quotidien le nouveau rapport du coroner en lien avec le décès de la centenaire, survenue le 3 mai 2016. Il s’agirait d’un exercice assez peu commun de commander un deuxième rapport en lien avec une mort.

Actualités

Une vidéo contre le projet de GNL [VIDÉO]

Des citoyens du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont participé à la création d’une vidéo contre le projet de GNL Québec. La vidéo intitulée Gazoduq/GNL non merci ! a été produite afin « d’informer la population sur les méfaits du projet », en réponse à l’annonce des promoteurs qui ont promis récemment des millions de dollars aux communautés touchées.

En plus des citoyens, quelques personnalités publiques ont participé à la vidéo produite par Le Pacte pour la transition, en collaboration avec La Coalition Fjord, le collectif Gazoduq Parlons-en et G-Mob/Déclaration d’Urgence Climatique (DUC). Les Cowboys Fringants, Raoul Duguay, Louise Latraverse et Michel Marc Bouchard, originaires de la région, ainsi que Dominic Champagne, instigateur du Pacte pour la transition, figurent notamment dans la vidéo.

Actualités

Deux fois plus d’infirmières seront formées au Cégep de Chicoutimi

Le Cégep de Chicoutimi fait d’une pierre deux coups en ajoutant une nouvelle cohorte d’étudiantes en soins infirmiers à partir de l’hiver prochain. En plus d’accélérer le parcours scolaire des aspirantes, l’ajout d’une deuxième vague d’étudiantes chaque année viendra pallier en partie la pénurie de main-d’œuvre qui touche le secteur de la santé, espère l’établissement d’enseignement.

À partir de la prochaine session, le cégep devrait donc accueillir une vingtaine de nouvelles candidates qui sortiront avec leur diplôme en 2023. Actuellement, les cohortes d’étudiantes doivent commencer leurs études à l’automne et certains cours obligatoires ne sont offerts qu’une fois l’an, à l’automne, ce qui entraîne parfois des délais pour les étudiantes qui souhaitent commencer leurs études en janvier.

Actualités

Terrain du stade de soccer intérieur: une question de dynamitage selon Saguenay

Si Saguenay a finalement écarté le site de l’École polyvalente Jonquière pour y construire le stade de soccer intérieur, c’est notamment pour une question de dynamitage. C’est du moins ce qu’explique le conseiller municipal et grand argentier de Saguenay, Michel Potvin, qui a tenu à rectifier certaines informations avancées par un ex-cadre de la Commission scolaire De La Jonquière.

Dans l’édition du Quotidien de mercredi, le cadre à la retraite de la commission scolaire expliquait que l’organisation avait proposé à la Ville de Saguenay un terrain gratuit situé en bordure de la polyvalente. Plusieurs avantages venaient avec ce choix, notamment l’accessibilité et la proximité avec les jeunes de l’école secondaire. Au Quotidien, le cadre à la retraite affirmait que l’option de la polyvalente n’avait pas été retenue pour la simple et bonne raison que le choix du site actuel était déjà bouclé.

Actualités

Le projet de fusion des caisses Desjardins de La Baie et du Bas-Saguenay accepté

Le projet de fusion des caisses Desjardins de La Baie et du Bas-Saguenay peut aller de l’avant. Les membres présents aux assemblées générales extraordinaires, tenues simultanément à La Baie et à L’Anse-Saint-Jean, mercredi soir, ont voté en faveur du plan mis en place. Il devra maintenant être présenté et approuvé par l’Autorité des marchés financiers avant d’être déployé.

La totalité des 66 membres présents au Vieux Théâtre de La Baie a voté en faveur, tandis que ce fut plus serré à L’Anse-Saint-Jean. Plus de 150 membres Desjardins s’étaient déplacés dans la salle principale de la station de ski du mont Édouard et, de ce nombre, tout près de 80 pour cent ont accepté de voter pour la fusion. Les deux tiers devaient voter positivement pour que le projet soit entériné.

Actualités

Objectif octobre 2020 pour le projet d'éoliennes Belle-Rivière

Le dernier échéancier du projet d’éoliennes Belle-Rivière, évalué à près de 70 millions $, prévoit une mise en service officielle en octobre 2020, soit près de cinq ans après la date initiale. Les travaux de construction débuteront au cours des prochains jours afin d’assurer à temps les premiers tours de pales des six éoliennes installées sur des terres privées de Saint-Gédéon, de Saint-Bruno et d’Hébertville-Station.

Une séance publique d’information dévoilant les étapes subséquentes du projet éolien de 24 MW s’est tenue devant une salle comble, mercredi soir, à la salle communautaire de la municipalité de Saint-Gédéon. L’ensemble du projet a été présenté aux 40 personnes qui y participaient, dont des citoyens et plusieurs élus de municipalités de la MRC Lac-Saint-Jean-Est.

Actualités

Le milieu des affaires rencontre les médias

La Chambre de commerce et d’industrie Lac-Saint-Jean-Est s’est invitée, mercredi, dans la réflexion entourant la crise des médias qui frappe actuellement l’univers de la presse écrite. Une partie de la communauté d’affaires almatoise a eu l’opportunité de s’entretenir avec les dirigeants des journaux Le Quotidien, Le Lac-Saint-Jean et Informe Affaires.

La réalité de ces trois médias écrits régionaux qui offrent un contenu différent, mais complémentaire, a été présentée à la cinquantaine de participants à l’initiative de la chambre de commerce. Les actuels défis, la place occupée par les réseaux sociaux ainsi que l’indépendance des salles de nouvelles figuraient parmi les divers sujets abordés.

Actualités

Sépaq: en grève pour le début de la chasse

À moins d’une entente de dernière minute, les employés syndiqués de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) amorceront un mouvement de grève, du samedi 21 septembre au jeudi 26 septembre. Plus de 500 employés participeront au débrayage qui aura des impacts sur le début de la saison de la chasse à l’orignal.

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a annoncé les avis de grève qui vont toucher les 13 réserves fauniques de la Sépaq, le parc national d’Anticosti, ainsi que le service de ventes et de réservations du siège social à Québec. L’Auberge Port-Menier d’Anticosti sera également fermée.

Actualités

Transport adapté de la STS: une pétition lancée

Une pétition a été lancée, mercredi, dans l’espoir de forcer le retour des services du transport adapté de la Société de transport du Saguenay (STS), qui a subi des coupes la semaine dernière. Quelques heures à peine après avoir été mise en ligne, la pétition avait récolté plus de 140 signatures.

La pétition «On veut notre transport adapté pour aller à la discothèque le vendredi à Chicoutimi et Jonquière» est une initiative de Catherine Desbiens, qui utilise le transport entre sept et dix fois par semaine. «La discothèque, c’est important pour moi, car on peut faire du social et de l’exercice, tout en dansant sur de la bonne musique», a souligné Catherine Desbiens, lors d’un échange avec Le Quotidien.

Politique

Le Bloc veut interdire les pesticides tueurs d’abeilles d’ici quatre ans

SAINT-MATHIEU-DE-BELOEIL - Le Bloc québécois estime que l’époque des tergiversations et des demi-mesures en matière de pesticides tueurs d’abeilles est terminée et que le temps est venu de passer à une interdiction complète, mais progressive.

De passage dans une ferme biologique de la Montérégie, mercredi, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a fait part de son intention de présenter dès le retour en chambre un plan de retrait d’ici quatre ans des pesticides néonicotinoïdes assorti d’un fonds de 300 millions $ pour la recherche et la transition pour les producteurs agricoles.

Lui-même ministre de l’Environnement dans le bref gouvernement péquiste de Pauline Marois, Yves-François Blanchet avait entrepris une démarche de retrait pour se heurter aux lobbys des producteurs agricoles et, surtout, des fabricants de pesticides.

Il fait valoir qu’il a été démontré que les néonicotinoïdes sont à l’origine d’une décimation des colonies d’abeilles.

De plus, le ministère québécois de l’Environnement a détecté entre 2015 et 2017 des traces de ce pesticide au-delà des critères de la qualité requise pour la protection des espèces aquatiques dans 79 à 100 pour cent des échantillons d’eau. L’Institut national de la recherche scientifique (INRS) a par ailleurs conclu qu’il a des effets négatifs sur le système endocrinien des humains.

Il dénonce le fait que, malgré les recherches scientifiques menées durant sept ans par Ottawa qui ont démontré les effets dévastateurs des néonicotinoïdes sur les insectes pollinisateurs et les invertébrés aquatiques, Santé Canada se soit contenté de simplement en restreindre l’usage à certaines étapes de la floraison.

Selon le Bloc, le délai de quatre ans permettra aux agriculteurs de s’adapter pendant que la recherche sur des produits moins nocifs sera menée à terme.

Le Bloc deuxième au Québec dans les intentions de vote, selon un sondage Léger

OTTAWA - Les résultats d’un nouveau sondage laissent croire que la première semaine de campagne a eu peu d’effet sur les intentions de vote en vue du scrutin fédéral du 21 octobre.

Les personnes ayant répondu au sondage mené du 13 au 17 septembre par Léger pour La Presse canadienne ont placé les libéraux et les conservateurs pratiquement à égalité.

Les appuis au Parti libéral du Canada demeurent inchangés à 34 pour cent, mais le Parti conservateur du Canada perd deux points pour se retrouver à 33 pour cent.

Le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert du Canada luttent toujours vigoureusement pour l’obtention de la troisième place, à bonne distance des meneurs.

Le NPD obtient 12 pour cent des intentions de vote contre 11 pour cent pour les verts. Ces chiffres sont les mêmes que ceux obtenus lors d’un autre coup de sonde mené par Léger tout juste avant le déclenchement de la campagne, mercredi dernier.

En queue de peloton, le nouveau Parti populaire du Canada (PPC) de Maxime Bernier récolte quatre pour cent des intentions de vote.

Toutefois, les nouvelles données révèlent plusieurs légères inflexions qui, une fois accumulées, offrent une pointe favorable aux libéraux. Parmi ces signaux, on note une légère diminution dans l’intérêt des électeurs pour un changement de gouvernement.

À la question «Qui ferait le meilleur premier ministre?», le chef libéral Justin Trudeau gagne deux points pour atteindre 27 pour cent d’appuis, alors que le chef conservateur accuse un recul d’un point, à 22 pour cent d’appuis. La cheffe du Parti vert, Elizabeth May, obtient huit pour cent des appuis, presque à égalité avec le chef du NPD, Jagmeet Singh, à sept pour cent. Maxime Bernier récolte de son côté, trois pour cent.

L’appétit pour le changement a légèrement diminué, avec 54% des personnes interrogées qui souhaitent changer de gouvernement, un résultat en baisse de trois points par rapport au dernier sondage Léger. Trente pour cent des gens ont déclaré vouloir maintenir le gouvernement libéral en place, en hausse de deux points.

Le vice-président exécutif de Léger, Christian Bourque, a déclaré que les résultats étaient typiques d’un sondage de début de campagne, alors que les électeurs font preuve de prudence .

«Très souvent, l’aiguille ne bouge pas au début de la campagne», a-t-il déclaré lors d’une interview.

Il a toutefois ajouté que les conservateurs devront prendre de la vitesse s’ils veulent empêcher les libéraux de se faire réélire.

«Personne ne semble avoir trouvé d’élan, ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle pour les libéraux, mais c’est une mauvaise nouvelle pour les conservateurs qui ont encore beaucoup à faire.»

Dans les résultats par provinces, qui sont un peu moins fiables en raison de la taille réduite des échantillons, les libéraux mènent dans les deux plus grandes provinces, qui représentent près de 60% des 338 sièges à pourvoir le 21 octobre.

Le Bloc deuxième au Québec

Chez les électeurs québécois, les libéraux sont fortement en avance à 36 pour cent d’appuis, devant le Bloc québécois à 22 pour cent et les conservateurs à 21 pour cent.

Dix pour cent des électeurs québécois sondés disent soutenir le Parti vert, contre sept pour cent pour le NPD et trois pour cent pour le PPC.

À la question «Qui ferait le meilleur premier ministre?», les Québécois préfèrent Justin Trudeau dans une proportion de 28 pour cent, comparativement à 18 pour cent pour Andrew Scheer. Jagmeet Singh et Elizabeth May obtiennent chacun cinq pour cent d’appuis.

Actualités

Stade de soccer intérieur: un terrain gratuit avait été offert

La nouvelle polémique entourant le site du centre de soccer intérieur a fait ressortir la proposition faite à Saguenay par la Commission scolaire De La Jonquière. Le coordonnateur aux ressources matérielles, qui était en poste à l’époque, et aujourd’hui à la retraite, a rappelé au Quotidien les avantages du terrain offert à la Ville et situé immédiatement à côté des gymnases de l’École polyvalente de Jonquière.

« En tant que payeur de taxes, on peut se questionner à savoir si le rôle d’une infrastructure publique comme un centre de soccer est plus utile aux jeunes à côté d’une polyvalente ou pour supporter des commerces. L’offre faite par la commission scolaire comportait plusieurs avantages et aurait pu faire l’objet d’un protocole d’entente intéressant pour les contribuables », explique l’ex-cadre de la commission scolaire, questionné par Le Quotidien.

Actualités

Un futur candidat veut poser des questions

Un premier candidat démontre de l’intérêt pour succéder au conseiller municipal Jonathan Tremblay dans le district numéro un de Saguenay. Daniel Tremblay-Larouche a fait part de ses intentions de briguer les suffrages comme conseiller indépendant.

Sur les ondes de la station CKAJ, M. Tremblay-Larouche a annoncé publiquement son intention de tenter de se faire élire pour une seconde fois. M. Tremblay-Larouche a fait une première tentative à l’élection municipale de 2013 alors qu’il n’avait que 23 ans. Il avait alors subi la défaite contre le conseiller Réjean Hudon. « J’aimerais d’abord dire que M. Tremblay (Jonathan) est un homme que je respecte et que je connais bien. Il mérite d’être remplacé par quelqu’un à la hauteur », affirme le candidat.

En tant qu’ex-promoteur privé d’un stade de soccer et ex-président du Club de soccer de Jonquière, M. Tremblay-Larouche aimerait siéger autour de la table du conseil afin de poursuivre l’idée de faire appel au privé pour le stade intérieur. Il rappelle qu’à l’époque où il tentait d’aller de l’avant avec le projet, en janvier 2018, lui et ses associés avaient reçu une écoute respectueuse de la nouvelle administration municipale, sauf que la Ville a changé de cap pour porter seule la construction quelques mois plus tard. 

Selon lui, le dossier a été mal géré puisque des réponses n’ont pas été obtenues dès le lancement du projet. C’est ce qui explique, selon lui, que la Ville ait dû concéder que les coûts de construction de l’immeuble seraient finalement de 29 millions $. Il s’interroge sur le concept défini en se demandant pourquoi le futur stade de soccer intérieur devrait être doté d’une boutique de sport alors qu’il sera construit au cœur d’un secteur commercial. « Lorsque tu te présentes à la banque que sont les contribuables, tu te présentes avec un dossier complet. Je veux comprendre ce qui s’est passé », déclare-t-il.

M. Tremblay-Larouche croit en ses chances puisqu’il estime être bien connu dans le milieu jonquiérois en tant que propriétaire de La Crèmerie des Halles, concessionnaire du Bubble Football et du restaurant du Camping de Saint-Félix d’Otis. « Je ne suis pas riche, mais je m’implique partout au municipal, au provincial et au fédéral. »

Avant d’aller plus loin dans son programme, M. Tremblay-Larouche préfère attendre le déclenchement de l’élection partielle par respect pour le conseiller sortant.

Actualités

L’enquête se poursuit pour le policier de Saguenay rapatrié de Haïti

Le dossier du policier de Saguenay rapatrié de Haïti en 2017 n’est pas fermé. Les dirigeants du service de police analysent toujours la situation à savoir si des sanctions devront être prises.

En mars 2017, Le Quotidien avait publié l’histoire en exclusivité. Elle a refait surface au cours des derniers jours à Radio-Canada, où on y mentionne qu’un policier de Saguenay avait été sorti d’une mission de l’Organisation des Nations Unies (ONU), précisant que plus de 30 mois après le rapatriement du patrouilleur, aucune sanction n’a été mise en application au sein du service de police.

Actualités

Affiche de l'OTL Gouverneur: Le Montagnais en furie

Le propriétaire de l’hôtel Le Montagnais, sur le boulevard Talbot à Chicoutimi, est dans tous ses états, alors que le conseil d’arrondissement de Chicoutimi est en processus de changement de zonage pour rendre réglementaire la taille de l’affiche de son concurrent, OTL Gouverneur, qui n’avait pas fait de demande de dérogation préalable auprès de la Ville.

Sylvain Couture s’était déplacé pour assister à la séance régulière du conseil d’arrondissement de Chicoutimi.

Actualités

Colloque de Femmessor: vaincre la peur de se lancer en affaires

Le manque de confiance en soi demeure, en 2019, une des principales raisons qui empêchent les femmes de se lancer en affaires. L’organisme Femmessor présentait donc son colloque annuel, mardi, à l’hôtel Delta, pour inspirer les entrepreneures à pousser leurs rêves un peu plus loin.

Louise Lamontagne, directrice régionale du bureau Femmessor, explique que l’entrepreneuriat féminin se porte généralement bien dans la région, mais qu’il existe encore plusieurs freins chez celles qui désirent fonder une entreprise.

Actualités

Une méthode plus simple pour renouveler sa carte d'assurance maladie

Les citoyens qui ne possèdent pas de permis de conduire auront une façon simplifiée de renouveler leur carte d’assurance maladie grâce à une intervention du député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, auprès du Protecteur du citoyen.

Dans la situation actuelle, un détenteur d’un permis de conduire peut se rendre directement dans un point de service de la Société d’assurance automobile (SAAQ) et présenter une autre pièce d’identité valide. Toutefois, ceux qui n’ont pas de permis doivent se rendre d’abord dans une pharmacie pour une prise de photo et ensuite la faire authentifier dans un CLSC, à moins de demeurer à Québec ou Montréal et de pouvoir se rendre directement aux points de service de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Actualités

2,5 M$ pour un nouveau gymnase à l'école primaire de Saint-Méthode

À compter du mois de janvier, les 152 élèves de l’école primaire Carrefour étudiant, dans le quartier Saint-Méthode à Saint-Félicien, pourront profiter d’un nouveau gymnase moderne. Avec une structure de bois et de larges fenêtres, cette infrastructure permettra également d’aménager une nouvelle classe et une bibliothèque avec mezzanine dans l’ancien gymnase.

Le gymnase actuel a une dimension d’environ 10 mètres par 10 mètres, une surface trop petite pour y pratiquer tous les sports qui sont généralement enseignés à l’école, souligne Jérémie Gagnon, le directeur de l’établissement. « En arrivant au secondaire, les élèves ne sont pas au même niveau, parce qu’ils n’ont pas joué aux mêmes jeux que les élèves des autres écoles primaires », dit-il.

Actualités

L’édifice de Jacques Lacroix est vendu

Le visage du haut de la rue Racine, à Chicoutimi, est encore appelé à changer. La Compagnie des 21, formée par l’homme d’affaires Roch Delisle et son fils David, de Signature Laflamme, et par l’entrepreneur en construction Steeve Gagnon, vient d’acquérir l’immeuble du bijoutier Jacques Lacroix, situé au 327 rue Racine.

L’édifice, âgé de 120 ans, subira une cure de rénovation-reconstruction majeure, selon David Delisle, nouveau copropriétaire. « Il est fort probable que l’immeuble ne ressemble plus à ce qu’il est actuellement. C’est un immeuble qui mérite beaucoup d’amour », affirme-t-il.

Actualités

Énergir repousse le début des travaux

L’incertitude entourant le début des travaux de l’usine de traitement de minerai de Métaux BlackRock force Énergir à revoir son échéancier pour la construction de la desserte en gaz naturel de la zone industrialo-portuaire (ZIP) de Saguenay, située dans le secteur de Grande-Anse, à La Baie. Énergir n’amorcera pas ses travaux avant l’été 2020.

Pour l’instant, Métaux BlackRock est le seul client qui désire acheter du gaz naturel à Énergir dans la ZIP. La minière prévoyait initialement commencer la construction de son usine de transformation cet été. Par voie de communiqué, elle a annoncé à la fin août que les travaux débuteraient au plus tôt au printemps 2020. Ce report a un effet boule de neige sur les plans d’Énergir.