Ghislaine Hudon, mairesse de Lac-Bouchette
Ghislaine Hudon, mairesse de Lac-Bouchette

Lac-Bouchette, au Lac-Saint-Jean: la mairesse gouverne de chez elle

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
L’état d’urgence sanitaire a été déclaré, il y a déjà un peu plus de deux semaines, sur l’ensemble du Québec. Depuis, la gestion de la crise de la COVID-19 occupe toutes les administrations municipales, et ce, peu importe leur envergure. Le Quotidien s’est intéressé à la façon dont est vécue la maladie à coronavirus dans les municipalités du Lac-Saint-Jean, dont certaines ne comptent que quelques centaines d’habitants et disposent de moins de ressources que les grandes villes. Premier arrêt : Lac-Bouchette.

La mairesse de Lac-Bouchette, Ghislaine Hudon, doit continuer de gouverner la localité d’un peu plus de 1000 habitants en plus de respecter les consignes et directives gouvernementales.

Âgée de plus de 70 ans, la représentante du conseil municipal se retrouve à effectuer ses tâches à partir de la maison puisque le gouvernement recommande aux personnes dans cette tranche d’âge de rester à la maison, sauf en cas de nécessité.

« Mes contacts extérieurs sont très limités. Je suis confinée, je suis en mode télétravail. Je suis en contact chaque jour avec la direction générale. Je me rends à la municipalité à peine quelques heures par semaine et c’est pour des dossiers qui l’obligent », témoigne Ghislaine Hudon.

Alors que de grandes villes doivent mettre à pied des dizaines d’employés temporaires, les municipalités du Lac-Saint-Jean ne se retrouvent pas, de manière générale, avec cette problématique.

« Ça va quand même bien. On est, comme tous, en mesures d’urgence. Les bureaux sont fermés, mais les gens peuvent nous rejoindre par téléphone et par courriel. Tous les employés travaillent. Dans les petites municipalités, on n’a pas d’employés de trop », explique Mme Hudon.

L’élue, qui est en poste depuis 2013, assure que les directives émises par le gouvernement caquiste sont respectées au sein de la petite communauté de la MRC du Domaine-du-Roy. En revanche, comme ça semble être le cas partout au Québec, le retour au pays des « Snowbirds » est suivi de près.

« La population surveille beaucoup les gens qui reviennent du Sud. Il y a eu quelques cas. On l’a su tout de suite et eux aussi l’ont su », conclut-elle.