Le maire Régis Labeaume a insisté, quelques minutes avant la mise en circulation de 175 000 billets d'entrée pour la visite du nouvel amphithéâtre, sur la complexité de gérer la foule attendue.

Labeaume courtise les gens de la région

«Quant à moi, les gens de la région sont tous copropriétaires!», assure à propos du Centre Vidéotron le maire de Québec Régis Labeaume, de passage à Saguenay pour une tournée de promotion du nouvel amphithéâtre.
«210 millions$ payés avec leurs taxes, ce n'est pas rien! Tous les Québécois ont contribué à la construction. Plus particulièrement, c'est l'amphithéâtre de l'Est-du-Québec, pas juste de la ville de Québec!», poursuit-il.
Le bassin de population de cette portion de la province a été soigneusement intégré dans les calculs de planification pour l'achalandage. «Ç'a été critiqué, mais on connaît notre monde, souligne le premier magistrat. On sait que les gens vont venir dans des autos remplies, et même par autobus!»
Selon Régis Labeaume, toute vedette internationale qui viendra faire un tour à Montréal pourra aussi être accueillie au Centre Vidéotron. «Deux heures et demie de route en moins pour voir un spectacle, c'est très appréciable! C'est même possible de faire l'aller-retour, mais je vous conseille de rester dormir à Québec», glisse-t-il avec un sourire en coin.
Rencontré dans le hall de son hôtel hier, en fin d'après-midi, tout juste arrivé de la capitale provinciale et un peu fatigué, le maire tenait à convier en personne les Saguenéens et les Jeannois à visiter l'amphithéâtre gratuitement, en du 3 au 7 septembre sur réservation, et à assister au match des Remparts contre Chicoutimi le 13 septembre.
«Question de politesse et de déférence», mais aussi parce que les habitants de la région sont «fiers», parle en connaissance de cause le Robervalois d'origine qui déteste l'idée «des grosses villes qui regardent de haut». Il promet toute qu'une fête, et compte même sur la présence du maire Jean Tremblay - avec qui il dîne aujourd'hui - lors de la rencontre sportive.
«Ce n'est pas un hasard si Rimouski et Chicoutimi sont les premiers clubs à venir jouer. On l'a voulu comme ça parce que les partisans sont les plus proches et on compte sur eux.»
Durant sa tournée, le maire visite entre autres le Bas-Saint-Laurent, Trois-Rivières et ira même «écoeurer un peu» Montréal. Sa famille encore présente dans la région est très excitée, et il sent un engouement partout dans la province pour son «bel» amphithéâtre. «L'apothéose, ce serait le retour des Nordiques», ne peut-il s'empêcher de mentionner.
Régis Labeaume se rappelle d'ailleurs que dans le temps de l'équipe, 35% de l'assistance provenait de l'Est-du-Québec.