Lab-École: Antoine-de-Saint-Exupéry sélectionnée

Sept écoles qui doivent être construites ou agrandies profitent de 2 millions $ supplémentaires chacune « pour mettre du wow, pour mettre du beau », annonce le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx. Ces projets sélectionnés par Lab-école n’auront pas de plan ou de recette déjà prête à suivre, mais tout à créer.

(Patricia Cloutier) - L’architecte Pierre Thibault, l’athlète Pierre Lavoie et le chef Ricardo Larrivée, les fondateurs de Lab-école, superviseront les sept chantiers qui devraient être prêts pour la rentrée 2021.

Sur une enveloppe totale de 60 millions $, 14 millions $ ont été réservés pour divers aménagements qui amèneront les jeunes à bouger, à mieux manger et, au final, à mieux apprendre. « L’école parfaite, elle existe déjà au Québec, elle est en pièce détachée », a souligné M. Larrivée, qui prône maintenant la mise en commun des bonnes idées. 

Une fois que Lab-école aura constaté ce qui fonctionne bien et ce qui fonctionne moins bien avec les enfants, le fruit de ses travaux sera rendu disponible à toutes les commissions scolaires et les règles de construction du ministère de l’Éducation pourront être modifiées. D’ici là, tout projet d’agrandissement ou de construction d’école peut profiter d’une hausse de financement de 15 %, pour ajouter des éléments comme de plus grandes fenêtres ou des espaces de travail d’équipe. 

Aucune école secondaire n’a été sélectionnée sur la quarantaine de projets soumis à Lab-école par les commissions scolaires, car il s’agit de projets qui comportent des « coûts beaucoup plus importants », indique M. Proulx. 

Motivation et collaboration

Les projets ont été choisis sur la base de deux critères : la motivation de l’équipe-école ou de la commission scolaire à innover et la collaboration avec la municipalité, pour bien aménager le pourtour de l’école et favoriser le transport actif, a expliqué M. Thibault. Les projets ont également été dispersés dans différentes régions du Québec. 

M. Proulx s’est défendu de faire une annonce électorale avec Lab-école, malgré la présence du premier ministre Philippe Couillard à ses côtés. Reste que son travail comme politicien dans le dossier de la transformation des bâtiments scolaires a été reconnu. « On a vu passer plusieurs ministres [de l’Éducation], mais il y en a un qui s’est démarqué, c’est Sébastien, que j’ai vu visiter des écoles », a soutenu M. Lavoie. 

Le gouvernement a annoncé en 2017 qu’il investissait 3 millions $ sur deux ans pour créer Lab-école, un organisme sans but lucratif pour lequel MM. Thibault, Lavoie et Larrivée travaillent bénévolement. Une deuxième phase de projets Lab-école n’est pas exclue dans les années à venir. 

+

L'ÉCOLE ANTOINE-DE-SAINT-EXUPÉRY CHOISIE

(Louis Tremblay) - La cure de rajeunissement de 3 M $ confirmée par le gouvernement du Québec pour l’école Antoine-de-Saint-Exupéry de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay permettra de régler les problèmes d’espace de travail et de sécurité pour cette école construite dans les années 1950.

La sélection de cette école primaire qui fait la fierté de la commission scolaire a été accueillie avec satisfaction par la présidente. Le ministère a choisi un projet de réfection au lieu d’une nouvelle école et la présidente Liz Gagné indique que la commission se mettra rapidement au travail avec le ministère et le groupe Lab-École pour monter le projet.

« Le plus important problème de l’école est l’espace. L’immeuble a été érigé dans les années 1950 et aujourd’hui, nous avons besoin de locaux pour permettre aux différents professionnels de faire leur travail. En raison de sa situation, il est impossible de penser à un agrandissement avec la présence d’une montagne d’argile », explique la présidente. Les travaux vont mettre en présence les participants au Lab-École (alimentation, architecture et saines habitudes de vie). Le budget alloué par le ministère est de l’ordre de 3 M $. Interrogée sur les montants accordés, la présidente considère qu’il sera possible d’améliorer l’école de façon significative pour répondre aux besoins des équipes.

L’école primaire située sur le boulevard de l’Université accueille plus de 160 élèves. Il s’agit d’une école située dans un secteur ou l’indice de pauvreté est parmi les plus élevés. Malgré cette situation, la présidente de la commission scolaire affirme que les résultats académiques des enfants sont avantageusement comparables à ceux des autres écoles primaires de la commission.

Au chapitre des besoins, l’école ne possède pas de service de garde. Une petite cuisine est disponible, mais n’a rien des installations modernes que l’on retrouve dans les endroits où il y a des services de garde.

Liz Gagné souligne que l’équipe-école réalise un travail exceptionnel auprès des jeunes. Ce sont, selon la présidente, des enseignants et professionnels engagés envers les enfants. 

+

QUATRE NOUVELLES CLASSES DE MATERNELLE 4 ANS DANS LA RÉGION

(Myriam Arsenault, stagiaire) - Quatre nouvelles classes de maternelle 4 ans seront ouvertes à temps plein pour l’année 2018-2019, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ces classes seront à temps plein et dans les milieux défavorisés. Elles font partie des 111 nouvelles classes de maternelle qui ouvriront leurs portes dans tout le Québec, un investissement de 14 millions de dollars.

« Nous devons offrir à nos enfants des occasions d’apprendre à lire, à écrire et à compter. Il s’agit de fondations importantes sur lesquelles ils pourront bâtir leurs futurs apprentissages. Nous devons tout mettre en œuvre pour éveiller le goût d’apprendre chez chaque enfant », a partagé Philippe Couillard, premier ministre du Québec, dans un communiqué de presse.

Par ailleurs, dans chaque commission scolaire, des agents de transition seront ajoutés. Il s’agit d’un investissement de huit millions de dollars. Trois millions de dollars sont investis pour l’achat de matériel scolaire des nouveaux élèves. En plus, 600 000 $ sont spécialement réservés pour l’achat de livres jeunesse dans les classes préscolaires et primaires de premier cycle. Les intervenants ne sont pas oubliés dans ces nouveaux investissements. De la formation, du soutien et de l’accompagnement seront offerts pour ceux en éducation préscolaire. 

« L’offre de services éducatifs sera bonifiée, ce qui permettra aux jeunes de s’initier rapidement au milieu scolaire et de s’éveiller au plaisir d’apprendre. Nous leur donnons ainsi les outils nécessaires pour entreprendre leur vie scolaire avec les meilleures chances possible de réussite », a affirmé Serge Simard, député de Dubuc et adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans un communiqué de presse.