Dans les dernières heures, des employés des travaux publics de Saguenay ont retiré les affiches annonçant une prochaine diminution de la limite de vitesse, mais Saguenay recommande tout de même aux automobilistes de réduire dès maintenant leur vitesse à 70 km/h en raison des nombreux accidents survenus l'hiver dernier.

La vitesse réduite en février seulement

La vitesse sur le boulevard de l'Université, entre les boulevards Talbot et Saint-Jean-Baptiste, ne sera pas réduite légalement à 70 km/h avant le 6 février prochain, une nouvelle occasion pour la présidente de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, de critiquer la façon dont le maire Jean Tremblay a géré ce dossier.
Selon les explications fournies par le directeur des communications de Saguenay, Jeannot Allard, c'est une formalité juridique qui fait en sorte que le règlement adopté le 7 novembre dernier par le conseil ne pourra entrer en application avant le 6 février prochain. Le règlement nécessite l'accord du ministère des Transports et même si son accord à la modification a été donné, le règlement n'entrera en vigueur que 90 jours après son adoption à moins de faire l'objet d'un désaveu dans la Gazette officielle du Québec.
À la suite de l'adoption du règlement, Saguenay avait procédé dans les derniers jours à l'installation des affiches dans le secteur de la cuve du boulevard de l'Université, informant les automobilistes que la nouvelle limite de vitesse serait en vigueur le 12 décembre. Dans les dernières heures, des employés des travaux publics de Saguenay ont retiré les affiches.
En dépit du retard dans la mise en application du règlement, Saguenay recommande aux automobilistes de réduire dès maintenant leur vitesse à 70 km/h en raison des antécédents d'accidents de l'hiver dernier.
ERD
Comme bien d'autres automobilistes, la chef de l'opposition, Josée Néron, a constaté le retrait des affiches et soutient que l'entrée en vigueur du règlement a fait l'objet d'une improvisation totale.
Mme Néron rappelle qu'en avril dernier, elle avait proposé à ses collègues autour de la table que Saguenay s'inscrive au Plan d'intervention en sécurité routière en milieu municipal du gouvernement du Québec qui aurait permis de défrayer le paiement d'une étude de circulation à 100 %, d'établir un diagnostic et de proposer des solutions à la circulation sur le boulevard de l'Université.
« Ce programme aurait permis de s'inscrire à un autre programme pour appliquer les solutions proposées et subventionnées à 100 %. Si on avait adopté cette solution en avril, on aurait pu proposer des solutions en juin ou juillet dernier, juste à temps pour décembre. »
Mme Néron ajoute que le conseil n'a fait que le minimum actuellement en proposant la réduction à 70 km/h. « On n'a fait que me tenir loin du dossier, mais aujourd'hui, je constate que nous avons manqué à nos devoirs. Je me demande s'il faudra attendre qu'il y ait d'autres victimes.»
La chef de l'opposition précise qu'en raison du tracé de la cuve, il est actuellement impossible aux policiers d'émettre des billets de contravention pour la vitesse.
Pour ce qui est de l'étude qu'a fait confectionner le maire Tremblay portant sur les solutions à apporter, Mme Néron affirme que même si elle en a demandé une copie, elle n'a jamais eu le document en mains.