Marie-Ève Desbiens et Alexandre Brassard (à la droite de la photo) recevaient des amis sous un abri.
Marie-Ève Desbiens et Alexandre Brassard (à la droite de la photo) recevaient des amis sous un abri.

La tradition l'emporte dans les rues de Roberval

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le boulevard Saint-Joseph de Roberval n’avait, mercredi soir, rien de comparable aux années passées alors que s’y tient habituellement le Souper dans les rues qui s’inscrit parmi les festivités de la Traversée internationale du lac Saint-Jean. Même si la pandémie de COVID-19 a contrecarré les plans des 10 000 personnes qui y participent bon an mal an, ce ne fut pas suffisant pour empêcher les irréductibles de se réunir. La Traversée internationale du lac Saint-Jean et la Ville de Roberval avaient concocté une relecture du traditionnel rendez-vous en organisant le Souper dans ma rue.

Les Robervalois étaient ainsi invités à organiser un repas dans leur cour en respectant les mesures entourant les rassemblements extérieurs. Les familles et les amis qui se sont retrouvés, l’instant d’une soirée le long du boulevard Saint-Joseph, se sont plutôt regroupés aux quatre coins de la ville.

Les Marcoux de Roberval avait prévu se réunir bien avant que le Souper dans ma rue soit annoncé.

Les conditions météorologiques semblaient favorables à ces rassemblements dispersés jusqu’à ce que la pluie s’invite, elle aussi, à souper. Attachés à leurs traditions, les Robervalois et leurs invités se sont placés à l’abri tout en poursuivant leur rassemblement.

Il était impensable pour la famille de Claude Marcoux de passer à côté de ce traditionnel rendez-vous. Le clan comptait se réunir, mercredi soir, et ce, bien avant que l’organisation de la Traversée et la Ville annoncent le Souper dans ma rue.

Les Gagnon avaient remplacé la traditionnelle tourtière pour des bouchées. Ils avaient tout de même décoré leur cour.

Céline Marcoux qui réside maintenant à Rosemère racontait que son père, âgé de 86 ans, tenait à poursuivre la tradition. Cinq de ses six enfants participaient à la rencontre accompagnés de leur conjoint, enfants et amis. C’est un peu moins de 20 personnes qui étaient réparties parmi des tables n’accueillant qu’un maximum de 10 résidants provenant de trois adresses. Tout ce beau monde prenait le repas sous les arbres.

La musique, l’odeur de la succulente tourtière du Lac-Saint-Jean et le bonheur de se retrouver résumaient leur rencontre.

Le portrait du centre-ville de Roberval n’avait rien à voir avec les années précédentes. La population se retrouvait plutôt aux quatre coins de la ville.

Un peu plus loin, Marie-Ève Desbiens et Alexandre Brassard recevaient des amis devant leur résidence. Le duo avait prévu le coup alors qu’un abri protégeait le groupe de la pluie. Les habitués de la soirée suivant le Souper dans les rues avaient, cette année, remplacé la tourtière par un barbecue. Un changement qui n’avait visiblement pas d’incidence sur le plaisir entre amis.

La famille Gagnon avait décoré le devant de leur maison. Le petit groupe a préféré, cette année, un service de bouchées à la fameuse tourtière. Lors du passage du Quotidien, plus tôt en soirée, ils espéraient que le temps incertain ne gâche pas leur rendez-vous improvisé.

Habituellement, 10 000 personnes occupent le boulevard Saint-Joseph de Roberval lors du Souper dans les rues.

Rappelons que les activités sportives et culturelles de la 66e Traversée internationale du lac Saint-Jean ont été annulées en raison de la pandémie de COVID-19.