La Maison Colombe-Veilleux de Dolbeau-Mistassini devrait rouvrir ses portes en début de semaine. L’embauche de personnel et d’une directrice générale permet la reprise des services.

La situation se replace à la Maison Colombe-Veilleux

Après une pause forcée de près de deux mois, la Maison Colombe-Veilleux de Dolbeau-Mistassini devrait rouvrir ses portes en début de semaine. L’embauche de personnel ainsi que la création d’un poste de direction générale permettent la reprise des services de l’établissement de soins palliatifs.

« La fermeture obligée nous a amenés à une réflexion et à un exercice de consultation. Un mandat de diagnostic organisationnel a été confié à la firme Mallette », a expliqué, dans un entretien au Progrès, le président du conseil d’administration, Pierre Hébert.

Le bilan du chemin parcouru depuis l’ouverture de l’organisme, en mai 1991, est à l’origine de quelques changements et améliorations. Le conseil d’administration a d’ailleurs procédé à la nomination d’une directrice générale au cours des derniers jours. Marie-Pierre Tremblay, qui occupe cette nouvelle fonction, a déjà amorcé le travail au sein de la maison de soins palliatifs qui est accessible aux 25 000 résidants de la MRC de Maria-Chapdelaine.

Trois nouvelles infirmières, des préposés et du personnel pour la cuisine s’ajouteront aux employés existants. Afin d’assurer un service de qualité aux bénéficiaires, sept jours sur sept et 24 heures sur 24, la Maison Colombe-Veilleux, qui est le plus petit établissement de soins palliatifs au Québec, a besoin de six employés.

« C’est un vent de renouveau. Ce fut difficile de fermer. Cela nous a permis de faire le tour de nos employés et de repartir sur de bonnes bases », a affirmé M. Hébert.

Ce dernier assure avoir été appuyé par la population lors de cette épreuve. Il souligne également la collaboration de Service Québec qui apporte son aide à travers des programmes d’aide existants.

Rappelons que faute de personnel, la Maison Colombe-Veilleux a été forcée, quelques jours avant les Fêtes, d’interrompre ses services. La fermeture temporaire avait obligé trois clients à quitter l’endroit.