Le Quotidien

La signature des registres religieux abolie

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Le Quotidien
Depuis le 1er janvier, l’Église catholique du Québec met fin à une vieille coutume bien ancrée parmi les pratiquants en abolissant la lecture des actes ainsi que la signature des parents, parrains et marraines, époux et témoins lors des célébrations de baptême, mariage, funérailles et sépulture.