Les différents cours d’eau de la région seront bientôt sous surveillance.

La Sécurité civile prépare le terrain pour la crue printanière

La direction de la Sécurité civile du Québec met les dernières touches à la vaste opération de la crue printanière, alors que les cours d’eau du Québec seront sous la loupe pendant toute la durée de la fonte des neiges.

Pour le moment, explique le directeur régional pour le Nord-du-Québec et la Côte-Nord, Gaétan Lessard, le personnel de la Sécurité civile est en période de veille et de préparation pour le début de la crue. Il n’y a pas de date officielle puisque les différents phénomènes météorologiques font foi de tout à partir du moment où la fonte de neige débute.

« Nous devons faire les différentes vérifications sur le terrain avec nos partenaires. Pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, nos données confirment que le couvert de neige au sol est légèrement supérieur à la moyenne. Ça peut changer puisqu’il y a des annonces de chute de neige dans les prochains jours », a déclaré le directeur régional.

Il faut être prudent dans l’interprétation de la donnée sur l’état du couvert de neige. Gaétan Lessard explique qu’un couvert de neige supérieur à la moyenne ne signifie pas nécessairement une crue problématique et l’inverse est également vrai. Cette situation a été constatée l’an dernier dans l’ouest du Québec.

« On peut se retrouver avec un couvert de neige plus ou moins normal avec l’arrivée d’un système dépressionnaire en provenance de l’ouest des États-Unis qui amène des précipitations importantes et ça accélère la fonte pour faire augmenter rapidement les débits dans les rivières », explique le haut fonctionnaire.

Dans la région, la Sécurité civile accordera une attention spéciale pour le bassin versant de la rivière Shipshaw. Les problèmes survenus l’automne dernier avec les déversements à la dam-1 du réservoir Pipmuacan, qui ont provoqué des inondations dans les secteurs forestiers et des niveaux élevés en bordure des résidences situées le long de la rivière Shipshaw, incitent la sécurité civile à agir avec prudence.

Rio Tinto est un joueur important pendant la crue printanière dans la région avec les ouvrages de la Péribonka. L’entreprise a déjà procédé à des déversements sur la rivière Grande-Décharge en prévision de la crue printanière. Rio Tinto mettra en place un nouveau plan de gestion du lac Saint-Jean alors que le niveau sera plus élevé au printemps et plus bas en automne.

Rio Tinto a fait face à une crue printanière qui a dépassé la normale l’an dernier, alors que le niveau a atteint la barre des 17 pieds. 

Le réseau de surveillance des cours d’eau a été érigé avec les directions générales des municipalités. Le réseau sera réactivé au cours des prochains jours et la Sécurité civile devrait transmettre aux responsables de chacune de ces municipalités les différentes informations recueillies auprès des différentes organisations qui détiennent des informations sur les conditions de neige au sol.

« Habituellement, il y a toujours un peu plus de surveillance dans les endroits où il y a eu des problèmes l’année précédente », ajoute le directeur régional.