La Santé publique surveille Dolbeau-Mistassini

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
La direction de la Santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean a les yeux tournés vers la MRC de Maria-Chapdelaine et les résidences privées pour personnes âgées alors que certains indices tendent à démontrer un ralentissement de la transmission communautaire pour l’ensemble de la région.

En entrevue avec Le Quotidien lundi, le directeur de la Santé publique, Dr Donald Aubin, affirme que le nombre de cas additionnels dans le secteur Dolbeau-Mistassini, qui a connu une hausse importante de 25 au cours des derniers jours, témoigne d’une circulation importante dans la communauté. Il est même possible que la situation se rétablisse lentement ailleurs dans la région et qu’elle connaisse une hausse dans cette MRC qui a été relativement épargnée depuis le début.

« Pour le moment, on constate qu’il y a une importante éclosion dans une résidence privée (31 cas sur 38 logements). Il faudra voir si l’activité s’intensifie dans la communauté », insiste le médecin qui a toujours gardé l’oeil sur cette partie de la région en raison du fragile équilibre dans le réseau de la santé.

La Santé publique a confirmé 116 nouveaux cas dans son bilan quotidien, lundi. Selon Donald Aubin, en raison de la fluctuation des chiffres sur une base quotidienne pour différentes raisons, il est fort probable que la région soit en ce moment dans une zone de 130 cas sur une moyenne de 7 jours. Ce qui signifie que la région a quitté la fourchette des 150 cas par jour en moyenne.

Il reste que la pandémie a tout de même frappé très fort jusqu’à maintenant. La région a passé le cap des 5000 cas, dont la majorité en novembre et, jusqu’à maintenant, 1 personne sur 50 au Saguenay-Lac-Saint-Jean a obtenu un diagnostic positif. « Nous aurions des résultats beaucoup plus élevés avec des tests sérologiques », souligne Donald Aubin, puisqu’il est assuré que certaines personnes infectées n’ont développé aucun symptôme de la maladie.

Si, dans le secteur de Dolbeau-Mistasssini, le nombre de cas par 100 000 habitants a connu une progression importante, il est par contre en diminution dans Lac-Saint-Jean-Est. Pour cette MRC qui a attiré l’attention de tout le Québec, le nombre de cas par 100 000 habitants est passé de 700 à 546. Il est également en diminution dans le secteur de Jonquière, selon le directeur de la Santé publique. Le nombre de cas actifs reste relativement stable, ce qui signifie un recul de la maladie si l’on considère que des gens guérissent chaque jour.

La propagation du virus est tout de même importante dans les résidences privées pour personnes âgées alors que 8 établissements sont en ce moment considérés en situation critique. La Villa des pins de Dolbeau-Mistassini a fait bondir le bilan de la MRC de Maria-Chapdelaine, tandis que la situation est toujours assez préoccupante au Manoir Champlain de Chicoutimi, avec 178 cas incluant les employés.

La gestion des lits d’hospitalisation est toujours préoccupante, selon le directeur de la Santé publique. L’hôpital de Chicoutimi doit toujours composer avec un nombre important de nouveaux cas chaque jour au sein de son personnel. Donald Aubin explique que Chicoutimi est un hôpital avec une activité très intense et est donc un lieu propice à la propagation en plus d’accueillir la plus importante concentration de patients COVID-19 dans la région.

Dans le cadre de cette gestion, l’hôpital de Chicoutimi a transféré, selon Donald Aubin, certains patients atteints de la COVID-19 — et dont les conditions gériatriques le justifiaient — vers le CHSLD Jacques-Cartier, qui est toujours considéré en éclosion avec une zone chaude. Il n’y a pas eu de transfert additionnel vers Québec même si 5 personnes sont toujours aux soins intensifs COVID-19.

En entrevue à Radio-Canada lundi, la présidente et directrice générale du CIUSSS Julie Labbée a confirmé que l’établissement voulait ouvrir 7 lits additionnels d’hospitalisation pour accueillir des patients atteints de la COVID-19. Les lits ouverts à Roberval sont en ce moment disponibles et le CIUSSS les réserve pour la population des deux MRC du nord du Lac-Saint-Jean.

La situation est toujours difficile pour le personnel du CIUSSS dans les milieux d’éclosion en raison de la précarité des ressources humaines. Le CIUSSS doit également supporter les résidences pour aînées quand des éclosions surviennent.

Malgré une amélioration des différents indicateurs, le directeur de la Santé publique rappelle que la population doit toujours adopter des comportements sécuritaires. Malgré cette situation fragile, le magasinage des Fêtes bat son plein et représente un risque de propagation.

Donald Aubin ne recommande pas d’arrêter le magasinage des Fêtes. Il demande toutefois aux gens de fréquenter les magasins quand c’est plus calme et surtout de ne pas demeurer longtemps à l’intérieur. Malgré le ralentissement de la progression de la maladie, la région reste toujours l’endroit où il y a la plus grande présence du virus dans la communauté au Québec.