La mairesse de Saguenay Josée Néron recommande aux propriétaires de chalet ou d’une résidence secondaire de s’isoler volontairement pendant 14 jours à leur arrivée au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
La mairesse de Saguenay Josée Néron recommande aux propriétaires de chalet ou d’une résidence secondaire de s’isoler volontairement pendant 14 jours à leur arrivée au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La Santé publique «pas contre» un isolement de 14 jours des visiteurs en région

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La mairesse de Saguenay Josée Néron recommande aux visiteurs qui ont une propriété au Saguenay-Lac-Saint-Jean de s’isoler pendant 14 jours à leur arrivée dans la région, une suggestion à laquelle le directeur national de la santé publique Horacio Arruda ne s’est pas opposé.

Josée Néron a précisé sa pensée, mardi en avant-midi, en marge d’une conférence de presse, après avoir affirmé lundi en entrevue à Radio-Canada qu’elle recommandait aux visiteurs de Montréal de s’isoler volontairement à leur arrivée au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Les gens qui vont vouloir – c’est ce qu’on entend – venir au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont plus des gens qui ont des propriétés ici. Il y en a quand même quelques-uns. Donc, ma suggestion était tout simplement en ce sens là, je vous rassure », a-t-elle affirmé, en faisant référence aux propriétaires de chalets ou ayant une résidence secondaire.

Elle a indiqué que sa recommandation concerne les circonstances actuelles en évoquant la situation dans certaines régions « plus chaudes », où l’éclosion de COVID-19 demeure préoccupante, sans toutefois mardi nommer précisément la région de Montréal.

« Je ne dis pas aux gens de l’extérieur de la région de ne pas venir nous visiter », a-t-elle insisté. La mairesse de Saguenay a expliqué qu’une période d’isolement volontaire de 14 jours permettrait aux visiteurs de rassurer la population, et leur voisinage en particulier, en démontrant qu’ils « prennent acte de leurs responsabilités civiles ».

Les barrages routiers contrôlant l’accès au Saguenay-Lac-Saint-Jean ont été levés lundi.

« Je ne peux pas être contre »

Questionné en point de presse national, mardi, sur cette recommandation de la mairesse de Saguenay, et sur l’intention des Îles-de-la-Madeleine de demander une quarantaine aux visiteurs, le directeur national de la santé publique Horacio Arruda n’a pas réprouvé ces demandes.

« Moi, je ne peux pas être contre, en termes de santé publique, c’est clair », a-t-il affirmé, en soulignant la situation en particulier aux Îles-de-la-Madeleine. Le Dr Arruda a rappelé que malgré le déconfinement de certaines régions et la levée du contrôle policier, les déplacements entre régions étaient justifiés « quand c’est relativement essentiel ».

Aux Îles-de-la-Madeleine, le maire Jonathan Lapierre a annoncé la semaine dernière l’intention de sa communauté d’imposer une quarantaine de 14 jours aux visiteurs qui se rendront sur l’archipel à partir du déconfinement prévu le 18 mai.

« C’est une question de climat social aussi, a exprimé le directeur national de la santé publique. Que les gens le recommandent, ça peut être une possibilité. Mais moi, je pense aussi, on veut se fier au jugement des personnes, c’est-à-dire que si vous voulez aller à votre chalet dans le nord, arrangez-vous pour ne pas exposer les populations locales. »

Il a rappelé que si des « comportements inappropriés » causaient des éclosions « importées par Montréal », Québec adoptera les mesures nécessaires pour remédier à la situation.

Une recommandation personnelle

Josée Néron a précisé avoir voulu rapporter des préoccupations qui lui ont été transmises, mais que sa recommandation demeure « bien personnelle ».

Elle différencie cette recommandation du mandat qui lui avait été donné, le 4 mai, par le conseil municipal de Saguenay, afin de transmettre les inquiétudes des citoyens aux autorités en vue de la levée des barrages routiers.