Le niveau de l'eau très bas sur la rivière à saumons de Petit-Saguenay nuit à la montaison du saumon, qui se fait très rare depuis le début de la saison de pêche.

La saison difficile se poursuit

La saison difficile de la pêche au saumon se poursuit. Malgré la période des grandes mers, le roi des rivières n'est toujours pas revenu dans les cours d'eau de la région. Une situation inhabituelle qui inquiète l'industrie.
Les rivières ne comptent pas sur une quantité appréciable de ce salmonidé, et ce, depuis le début de la saison. Et s'il y avait toujours quelques lueurs d'espoir pour sauver la saison, elles se sont dissipées ces derniers jours.
«On demeure au même stade qu'on était il y a quelques semaines. On a besoin d'eau. L'eau est chaude et basse. On est en mode évaluation chaque jour et il n'y a pas eu de montaison marquée dans les derniers jours», se désole Richard Bernier, directeur général de l'Association de la rivière Petit-Saguenay.
Mario Dallaire est pour sa part coordonnateur de Contact Nature de la rivière à Mars, à La Baie. «On est passé de 56 à 65 saumons ces derniers jours, alors que nous avons habituellement plus de 200 saumons lors des bonnes saisons. C'est une minime amélioration, mais qui ne permettra pas de rattraper la saison», mentionne-t-il.
Selon M. Bernier, la saison difficile est synonyme d'un impact financier de quelque 5000$ pour son organisation. «Je n'ai pas de statistiques sur le nombre de poissons, mais on sait une chose: il y a une très grande différence avec les années passées. Il y a un manque de poissons clair au Québec en entier», informe-t-il.
«C'est très décevant pour les gens qui travaillent dans cette industrie. Ça converge dans le même sens partout ailleurs», précise M. Dallaire.
En fait, si cette saison relève du jamais-vu, la situation n'allait pas en s'améliorant depuis déjà trois années. «On est forcé d'admettre qu'il n'y a pas d'amélioration notable, et cette année est la pire. Le saumon ne revient pas», soutient M. Bernier.
Les saumons adultes remontent les rivières pour la période de fraye, avant de regagner les mers. Habituellement, les saumons reviennent en rivière à quelques reprises pour répéter l'opération. Or, ces retours s'avèrent rares, ce qui diminue les dépôts d'oeufs.
«Depuis 2002, la remise à l'eau du grand saumon est obligatoire. Mais on n'a pas de retour de cette bonne gestion. Il y a plusieurs facteurs qui peuvent expliquer cette situation, comme la surpêche (commerciale) du Groenland qui est passée de 33 tonnes à 47 tonnes en 2013, les changements climatiques et l'aquaculture», détaille Richard Bernier.
«C'est très inquiétant à long terme, poursuit-il. Ça fait trois ans que nous n'avons pas la cohorte de madelinots (petits saumons de quatre à cinq livres) et que les géniteurs sont en baisse constante.»
La température de la rivière à saumons de Petit-Saguenay varie entre 20 et 22 degrés Celsius ces jours-ci. À 23 degrés, la pêche pourrait être interdite.
«Si on reçoit un peu de pluie, le niveau pourrait monter et on peut penser que quelques saumons qui attendent dans l'estuaire pourraient monter, mais on est loin derrière les autres années», termine-t-il.
La situation est similaire à la rivière Sainte-Marguerite, a affirmé une responsable lors d'un court entretien téléphonique.