La mauvaise qualité de la glace nouvellement formée à L’Anse-Saint-Jean a incité l’Association de pêche blanche à annuler la saison.
La mauvaise qualité de la glace nouvellement formée à L’Anse-Saint-Jean a incité l’Association de pêche blanche à annuler la saison.

La saison de pêche blanche annulée à l'Anse-Saint-Jean

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Les caprices de Dame Nature forcent l’annulation de la saison de pêche blanche sur le Saguenay à L’Anse-Saint-Jean pour des motifs de sécurité. Ainsi en a décidé l’Association de pêche blanche locale rattachée à la ZEC jeudi après avoir constaté que l’épaisseur de la glace était insuffisante pour permettre l’embarquement des 125 cabanes prévues sur les glaces en 2020.

La décision a été annoncée par Henri Simard, président de la ZEC de L’Anse. Selon les explications fournies, le secteur a été victime d’un phénomène météorologique il y a deux semaines, alors qu’un redoux combiné à des vents d’ouest a complètement emporté au large le couvert de glace existant, explique Ghislain Pelletier, un Anjeannois rencontré dans le secteur qui pêche sur les glaces depuis le début des années 90. La présence de marées et de la rivière Saint-Jean qui se jette dans l’anse ont également contribué à la perte du couvert de glace.

Même si le froid a été un peu plus mordant dans les derniers jours, il ne suffit, selon lui, que d’un coup de pelle ou de tranche pour transpercer la glace et arriver à l’eau claire.

Le maire de L’Anse-Saint-Jean ne peut que compatir avec les commerçants qui se verront privés des retombées de l’activité de pêche blanche. Lucien Martel

M. Simard confirme que des sondages effectués ces derniers jours ont permis de constater la présence d’une épaisseur de glace d’environ huit pouces constituée d’un frasil et de neige formant une glace de mauvaise qualité.

Étant donné que la glace ne s’épaissit que très lentement et qu’il faudrait attendre une semaine ou deux pour qu’elle atteigne une épaisseur de 12 pouces, l’association a décidé de tout annuler et de ne pas aménager de pont de glace permettant l’accès des automobiles et des grosses cabanes sur les eaux du Saguenay.

Lors du passage du Progrès, une vingtaine de bâtiments légers et de tentes étaient disséminés un peu partout sur l’anse.

Henri Simard , président de la ZEC de L’Anse-Saint-Jean

Henri Simard a mentionné que la sécurité doit primer avant tout, d’autant plus que les événements tragiques de Saint-Henri-de-Taillon sont encore d’actualité.

Pour l’association, qui n’en est qu’à sa troisième année de gestion de pêche blanche, il s’agit d’une perte sèche puisque les 125 locateurs qui avaient déboursé 125 $ pour la saison seront remboursés. Il ajoute que cette année, l’association a investi 25 000 $ pour la construction de cabanes flambant neuves et deux cabanes servant de toilettes, le tout à des fins de location touristique. M. Simard mentionne que la pêche blanche à L’Anse-Saint-Jean attire de plus en plus de citoyens de Baie-Saint-Paul, de La Malbaie, de Tadoussac et de Saint-Siméon.

L’absence des pêcheurs sur glace a des effets sur l’économie anjeannoise, selon Frédéric Gagné et Dominique Pelletier, deux des huit copropriétaires du Marché Richelieu Amyro, l’établissement le plus près du plan d’eau. « On voit déjà qu’il y a une baisse puisque l’an passé, ça faisait déjà trois fins de semaine que le village de pêche était ouvert », affirme M. Gagné. Les ventes de mets préparés, d’alcool et de bière sont en décroissance comparativement à l’an dernier.

Frédéric Gagné et Dominique Pelletier, épiciers au Marché Richelieu , constatent déjà les baisses des ventes.

Rencontré à son bureau de l’hôtel de ville, le maire Lucien Martel ne pouvait que compatir avec les commerçants, propriétaires d’hébergement et restaurateurs qui ne pourront toucher les retombées de cette activité hivernale. Il a rappelé que la municipalité a apporté son aide il y a trois ans à la prise en charge de l’activité par l’association de pêche blanche parce qu’il s’agit de bénévoles sérieux, soucieux d’assurer la sécurité du public.