L'interdiction du transport à la sablière Calida est toujours en vigueur.

La sablière Calida pourra poursuivre le concassage

Saguenay ne pourra pas faire cesser les activités de concassage de la sablière Calida du chemin des Chutes, à La Baie, qui ont suscité l'ire du voisinage cet automne. « Mais c'est clair, net et précis que ce que nous avons vécu n'arrivera plus », prévient toutefois la conseillère municipale du secteur, Martine Gauthier.
Saguenay avait mandaté en janvier un procureur dans le but d'obtenir une opinion juridique sur le droit acquis de la sablière située non loin du centre plein air Bec-scie.
Selon les premières informations obtenues par Martine Gauthier, le droit acquis de la sablière est valide et Saguenay ne pourra faire cesser les activités de concassage ou obliger la fermeture de la sablière.
« Nous avons aussi regardé avec le député Serge Simard, avec Québec, et rien ne peut être fait. Mais une chose est certaine, c'est que l'entreprise a une responsabilité d'acceptabilité sociale », a-t-elle insisté lors d'un entretien avec Le Quotidien.
Séance d'information
Une séance d'information sera organisée pour informer les citoyens du secteur des détails de l'opinion juridique obtenue. « Un avocat sera là pour leur expliquer et répondre à leurs questions, a-t-elle ajouté. C'était important pour nous de faire preuve de transparence et d'avoir l'opinion d'une tierce partie. »
La quarantaine de résidants du secteur qui avaient été convoqués dans ce dossier à une première réunion au début du mois de décembre avec un médiateur recevront une lettre d'invitation pour la séance qui devrait se tenir dans les alentours du 20 février.
L'invitation sera aussi élargie et d'autres citoyens du quartier recevront une invitation. Les personnes non invitées, mais intéressées à assister à la séance, pourront aussi le faire puisque l'événement sera ouvert au public et aux médias.
Régler d'ici le printemps
Mme Gauthier souhaite en arriver à une entente entre les citoyens du chemin des Chutes et la sablière Calida. « L'idéal pour moi serait que, lors de la reprise des activités de la sablière au printemps, le dossier soit réglé », a-t-elle exprimé.
La médiation menée par la firme Englobe, débutée à l'automne, entre les résidants et l'entreprise devrait reprendre après la rencontre de février avec les citoyens.
Des citoyens du secteur avaient lancé une pétition à l'automne demandant de faire cesser les activités de concassage par le nouveau propriétaire.
L'interdiction toujours en vigueur
L'interdiction du transport à la sablière, décrétée à la fin du mois de novembre par un enquêteur de la CNESST après la chute de 30 pieds d'un camion 10 roues dans un ravin, demeure toujours en vigueur. Le promoteur devra doter le chemin de parapets ou aménager un remblai.
«La décision demeure en vigueur tant que l'entreprise n'a pas repris contact avec nous pour qu'un enquêteur retourne constater que les correctifs demandés ont été apportés», a précisé la porte-parole régionale de la CNESST, Swann Thibault.
Un arrêt des opérations était déjà prévu sous peu en prévision de l'hiver peu avant l'accident.